Titans, Castle Rock, Maniac...

Les séries à ne pas manquer en 2018.

Sea of Thieves, Spider-Man, Anthem...

Les jeux vidéo les plus attendus de 2018 !

DERNIÈRES INFOS

Les critiques // The Gifted : Saison 1. Episode 10 & 11. eXploited/3 X 1.

Rédigé par Julie Debelfort
Deux épisodes de The Gifted ont été diffusés par la chaîne Fox. Fière de son succès, la série Marvel déboîte toujours autant, et franchit même quelques limites, alors que l’on assiste à de « vrais » mauvais mutants en action.

Et c’est Esme qui a du prendre son pied dans eXploited. Dans l’épisode 9, la télépathe semblait faible, fragile et toute timide. Dans nos deux derniers épisodes, elle se sera montrée sans pitié, et aura affiché une nouvelle facette des mutants : transformée en tueuse de sang-froid, Esme est ainsi devenue l’une des plus puissants mutants de la série, définitivement à craindre par tous, qu’il s’agisse de ses compères que des humains. Sans difficultés, elle aura en effet, et à elle seule, démonté un transfert de prisonniers mutants, tuant tous les gardes et autres officiers de l’ordre attachés à cette mission, et libéré ses deux sœurs. Dans les comics, originellement les sœurs Cuckoos sont cinq, mais étant donné qu’il s’agit ici d’un format TV avec un budget certainement limité, il est tout à fait compréhensible que les sœurs aient été limitées à trois pour The Gifted. Il n’empêche que vu les dégâts orchestrés à elle seule dans eXploited, on a de quoi frissonner en se demandant ce que sont capable de faire les trois sœurs ensemble, leurs pouvoirs mélangés.

Dans tous les cas, l’emprisonnement de la team The Gifted n’aura pas duré longtemps, mais il n’y aura pas eu de happy ending pour autant. Dreamer a en effet été froidement exécutée, et si son usage des pouvoirs a souvent été mal-vu par les fans, il n’empêche qu’elle s’était de plus en plus affirmée comme un membre clé pour le Mutant Underground. La perdre ainsi, presque si ridiculement, simple assassinée d’une balle en pleine tête, ça fait mal, ça fait grincer des dents. Mais cette mort a permis aussi de rappeler que les mutants étaient aussi sacrifiables que les humains, tout aussi apte à mourir, don ou pas don, en plus de rappeler que les personnages principaux et récurrents de la série ne sont pas forcément à l’abri d’un tragique destin. Même si on doute grandement de voir Blink ou Thunderbird succomber d’ici la fin de la saison, mais sait-on jamais !

Dans 3 X 1 en tout cas, les mutants se préparent à prendre les armes. Ou du moins, ils sont manipulés de sorte à sortir les griffes ! Les Cuckoos auront en effet encore abusé de leurs pouvoirs, au sens littéral comme au figuré, alors qu’on a également fait la connaissance du Hellfire Club, une pure organisation de mauvais mutants. Et c’est le père de Lorna qui n’a qu’à bien se tenir ! En un sens, en tout cas, il paraissait logique qu’Esme et ses sœurs ne soient pas les seules « méchantes » parmi les mutants. Toutefois, le Hellfire Club reste assez mystérieux, et qui dit association, dit forcément plusieurs membres. On se doute donc que les Cuckoos ne sont pas les seules mauvaises de l’organisation, mais il n’empêche qu’elles sont les seules à s’être affichées si cruelles, les seules à être sorties de leur cocon pour rallier le Mutant Underground à leur cause. Qu’est-ce que cela signifie donc pour le Hellfire Club ? Est-il seulement au début de son ère, a t-il connu des pertes pour devoir appeler les « gentils » mutants à la rescousse ?
De leurs côtés, les enfants Struckers semblent plus décidés que jamais à prendre part au combat qui les oppose au Sentinel Services. Et si leurs parents sont pas tout à fait d’accord avec leurs choix, les sœurs Cuckoos leur auront prouvé qu’ils ne peuvent pas fuir si facilement le terrain. Et ce n’est pas Blink et Polaris qui diront le contraire, alors qu’elles approuvent, plus ou moins, les méthodes d’Esme et cie pour affronter le Dr. Campbell, l’Agent Turner et leurs sbires. Autrement dit, leurs avis assez tranchés risquent de créer des tensions alors même que Thunderbird et Eclipse sont loin de partager leurs opinions. Dans tous les cas, grâce à Esme, la bombe a été lancée, et ils ne peuvent revenir en arrière alors que le Sentinel Services vient pour eux tous.

Note : 8/10. En bref, ces deux derniers épisodes auront été une nouvelle fois excellent, forts en émotions et actions alors que les choses bougent de plus en plus, préparant le terrain pour le season finale qui arrive très vite. Deux épisodes seront en effet diffusés à la suite, et ça promet du lourd pour cette fin de première saison, qui ne nous aura, jusque alors,  pas déçu une seule fois.

Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 5. Episode 5 & 6. Rewind/Fun & Games.

Rédigé par Julie Debelfort
Deux épisodes d’Agents of SHIELD ont été diffusés par ABC. Après une absence ressentie, la team se retrouve au grand complet alors que Fitz retrouve sa place sur le petit écran auprès de nos agents, coincés dans le futur.

Le cinquième épisode aura vu ses quarante minutes entièrement dédiées à Fitz. Si nous n’étions pas certains du résultat, force est de constater que Rewind aura bien marché ! A la manière de l’épisode dédié à Simmons dans la saison 3, ce cinquième épisode aura vu une possibilité nouvelle d’exploiter le potentiel du personnage de Fitz, en plus de mettre en valeur une alchimie fonctionnant à merveille dans Agents of SHIELD : celle de Lance Hunter, guest spécial de cette saison, et de Fitz. Si Rewind ne se sera pas montré aussi exceptionnel que l’épisode consacré à Simmons bien des saisons plus tôt, il n’empêche qu’il aura été revigorant, alors qu’Hunter a fait son grand retour. Si nous sommes tous un peu déçus de le voir seul, non accompagné de Bobbi, il n’empêche que son retour inopiné apporte un vent de fraîcheur à la série, dont la nouvelle saison peut parfois se montrer perturbante avec toute son histoire de futur et d’invasion Kree. C’est d’ailleurs le fait de s’éloigner du futur apocalyptique laissé par les Kree qui permet à la formule de Rewind de fonctionner aussi bien. En plus d’obtenir des réponses sur le pourquoi du comment de l’intrigue de cette saison, l’épisode nous fait oublier ce que traverse Daisy, Phil et compagnie pour se consacrer à la planète Terre, au présent, et ça fait du bien. Plus lumineux, bien que toujours dans des tons dominants assez sombres, Rewind nous permet de souffler et d’assembler quelques morceaux du puzzle. Mieux encore, l’épisode fait le lien entre les saisons passées du SHIELD, alors qu’on découvre que Le Voyant qui a décrit la prophétie poussant les Agents à se retrouver dans le futur, n’est autre qu’une fille d’un inhumain précédemment décédé dans les bras de Daisy. En clair, ces quarante minutes ont tranché avec le futur apocalyptique présenté dès le début de la saison cinq, et ça a fait du bien !

Mais on ne sera pas resté éloigné de la base des Kree bien longtemps, et le sixième épisode aura donc vu Fitz faire sa grande entrée pour la cérémonie et les combats à mort organisés par Kasius. Loin de son apparence des premières saisons, Fitz use à la fois de son intelligence et de son expérience dans la Framework pour se donner une nouvelle apparence, celle d’un habile « chasseur de primes » de l’espace. C’est d’ailleurs très intéressant de voir que Fitz n’est plus qu’une fidèle version de son personnage des premières saisons de la série, mais que tout ce qu’il a vécu et commis dans la Framework ait été gardé, pour le faire évoluer. Cela le rend ainsi plus sérieux, plus sombre, mais aussi plus déterminé alors qu’il compte bien épouser la femme de sa vie, Simmons. En parlant de celle-ci, Simmons fait de nouveau équipe avec Daisy, et il est assez plaisant de retrouver ce parallélisme avec la Framework, une nouvelle fois, alors que les deux protagonistes s’affichent « seules contre le monde ».  Et pendant ce temps d’ailleurs, les Kree font un massacre, puisque l’inhumain télépathe est exécuté, en même temps que Tess, qui avait aidé nos agents lors de leur arrivée dans le futur, au début de la saison. C’est à peine si on les aura vu le temps de deux épisodes, mais l’émotion était là, tout autant que le message reçu : on ne peut définitivement pas s’attacher aux personnages de cet univers futuristique, comme nous l’avions prédit lors de notre précédente critique, et la mort de ces deux persos nous l’auront prouvé une nouvelle fois. Cela n’empêche pas la série d’ajouter des nouvelles têtes au casting, alors qu’un nouvel inhumain est secouru par la team. Son don s’assemble à une recomposition de terre/rochers (oui, ça paraît ridicule décrit comme ça mais c’est bien plus badass à l’écran), ce qui, d’une certaine manière, rejoint assez celui de Daisy, aka Quake. Après tout, elle a elle-même détruit la planète Terre, d’après Deke. Flint pourrait-il, à l’inverse de Daisy, la reconstruire ? 

Note : 7/10. En bref, deux très bons épisodes, qui penchent toujours dans un univers et des tons noirs, mais qui fonctionnent. On obtient enfin un peu plus de réponses, alors qu’il est question de  prophétie et de sauver le monde. Et s’il est toujours flou concernant ce que doit vraiment faire notre équipe pour éviter le futur apocalyptique, on commence à vraiment aimer à suivre leurs difficultés dans la base des Kree.  

MOVIE | Marvel prépare un film sur Black Widow !

Un film solo sur le personnage de Black Widow serait en préparation chez Marvel. 

En effet, Variety dévoile que le projet (en début de développement) Black Widow aura Jac Schaeffer en tant que scénariste. On retrouvera donc Scarlett Johansson dans le rôle de Black Widow après "Avengers Infinity War". 


Audiences US Mardi 9/01 : Petite baisse pour This is Us !

Audiences US du mardi 9 janvier 2018.

20h
The Middle (ABC) : 5,39 M - Taux 1,3
NCIS (CBS) : 14,15 M - Taux 1,5
Lethal Weapon (FOX) : 4,23 M - Taux 1,0

20h30
Fresh off the Boat (ABC) : 3,63 M - Taux 1,0

21h
Black-ish (ABC) : 3,77 M - Taux 1,0
Bull (CBS) : 10,43 M - Taux 1,2
LA to Vegas (FOX) : 2,63 M - Taux 0,8
This is Us (NBC) : 9,70 M - Taux 2,7

21h30
The Mick (FOX) : 2,01 M - Taux 0,7

22h
Kevin Probably (ABC) : 2,44 M - Taux 0,7
NCIS New Orleans (CBS) : 8,59 M - Taux 1,0
Chicago Med (NBC) : 6,93 M - Taux 1,4

Marvel's Runaways renouvelée pour une saison 2 !

La nouvelle série Marvel du service streaming Hulu, "Marvel's Runaways", vient d'obtenir une seconde saison.

La première saison de "Marvel's Runaways" s’achève ce mardi sur Hulu. 

The CW annonce des dates pour le retour de The 100, iZombie et The Originals !

The CW vient d'annoncer des dates pour le retour de "The 100", "iZombie" et "The Originals".

La saison 4 de "iZombie" débutera le 26 février à 21h, la saison 5 de "The 100" débutera le 24 avril à 21h et enfin, la dernière saison de "The Originals" débutera le 20 avril à 21h.

 The CW proposera également "Black Lightning" et "Life Sentence" en mi-saison. 

The Gifted renouvelée pour une saison 2 !

Lors de la conférence de presse TCA de 2018, FOX a annoncé le renouvellement de sa nouvelle série "The Gifted".

Le drame Marvel obtient donc une seconde saison, le nombre d'épisode n'a pas été dévoilé pour le moment.

Le final de la première saison sera diffusé le 15 janvier sur FOX.

Audiences US Lundi 1/01 : The Gifted et Lucifer au plus bas !

Audiences US du lundi 1er janvier 2018

20h
Lucifer (FOX) : 3,14 M - Taux 0,7

21h
Valor (CW) : 0,79 M - Taux 0,2
The Gifted (FOX) : 2,53 M - Taux 0,7

Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 5. Episode 3 & 4. A Life Spent/A Life Earned.

Rédigé par Julie Debelfort
Deux nouveaux épisodes d’Agents of SHIELD ont été diffusés ces deux dernières semaines. Sans surprise, on retrouve notre équipe prisonnière du futur, tandis que Kasius les capture un par un.

Ces deux derniers épisodes auront levé le voile sur quelques questions. On prend enfin connaissance des intentions de Kasius qui désire, au bout du compte, détruire son refuge d’humains. On apprend également que les inhumains ne sont rien de plus que des objets mis aux enchères, tandis que le reste de l’humanité est soumise à un certain esclavagisme. Au final, c’est assez ironique de constater que les humains et inhumains sont placés sur ce même pied d’égalité, les deux « espèces » soumises à un traitement équivalent, soumises aux Kree. Cela change drastiquement des premières saisons d’Agents of SHIELD, où les inhumains étaient tour à tour adulés ou pourchassés. Dans la saison 5, ces différends n’existent plus, bien que l’égoïsme soit au final la seule règle qui prévaut dans la nouvelle ère de l’humanité. On apprend même que les humains ne sont plus fait normalement, comme la biologie l’impose quand un homme et une femme passent une étape ensemble, mais qu’ils sont crées littéralement par les Kree. Au bout du compte, les humains, tout comme les inhumains, ne sont qu’une monnaie d’échange, un fond de business pour les aliens. Et c’est assez effroyable que d’être témoin d’une telle déchéance, d’autant plus que Kasius est loin d’être aussi invincible qu’il n’y paraît.

Kasius qui, justement, arrive à mettre la main sur plusieurs Agents du SHIELD. Après Jemma, qui doit affronter un mutisme et une surdité extrême, c’est Daisy qui est sa prisonnière. Ce qui est surprenant, ceci dit, c’est qu’à part Kasius lui-même, presque personne ne s’étonne que Quake ait soudainement décidé de partager sa compagnie sur la base des Kree. Même quand elle est exposée pour une future vente aux enchères, c’est à peine si les invités sourcillent alors que la célèbre Destructrice de Monde est là, enchaînée comme un vulgaire animal. Personne n’est donc capable de voir que quelque chose ne va pas ? Qu’une personne aussi puissante qu’une inhumaine soit-disant (pour ce qu’on en sait, elle n’est peut-être pas responsable d’une telle apocalypse) capable de détruire une planète entière ne devrait pas être si facilement capturée ? Non ? Bien, la domination des Kree n’aura pas nécessité d’avoir nombreux neurones dans le crâne, apparemment. Enfin, May à, a son tour, été capturée. Avec sa blessure déjà bien handicapante à la jambe, on se demande bien ce que lui réserve Kasius et la femme qui semble lui servir de bras droit. Devrait-on craindre une nouvelle perte pour l’équipe, cette année ?

Enfin, en guise de twist final, c’est à la toute fin du second épisode que Fitz fait son apparition. Loin d’être bloqué dans le présent, il est bien dans le futur, et semble avoir toute sa tête. Si on sait, grâce à la promo du prochain épisode, que les 40 prochaines minutes lui seront entièrement dédiées, on se demande bien quel est son plan en tête. Car venir dans le futur pour rejoindre ses amis, c’est bien beau, mais est-ce que cela implique qu’il sait comment retourner dans le passé ? Bizarrement, on a un doute là-dessus, sachant que la saison vient juste de commencer, on sait bien que l’équipe ne va pas retourner dans le présent immédiatement. D’autant plus avec l’intégration de nouveaux personnages. Même si on pourra difficilement retrouver ces derniers dans une autre saison d’Agents of SHIELD (si la série est renouvelée toutefois), ils doivent encore être exploités d’ici à ce que les choses redeviennent normales. Il est clair que certains d’entre eux ont des compétences, du potentiel à développer, qu’il s’agisse du télépathe que des quelques humains qu’on a croisé depuis le début de la saison 5. On inclut Deke dans le lot, bien qu’on sent sa quête de rédemption venir. Il est vrai que le personnage s’est montré très antipathique depuis le season premiere, mais avec ce qui a été dévoilé dans l’épisode quatre, on voit déjà le désagréable personnage se racheter une bonne conduite, voire se sacrifier pour l’équipe (ou parce qu’il serait tombé amoureux de Quake ? Ça ne serait pas surprenant). Bref, on espère que la série évitera un peu trop les clichés alors que les nouveaux venus sont prometteurs, bien qu’ils sont aussi présents pour un court-terme. A moins que nos agents arrivent à commettre l’impossible, ces personnages risquent de disparaître du jour au lendemain, puisqu’ils sont issus du futur, et que la série ne restera pas éternellement bloquée sur cette temporalité.

Note : 6/10. En bref, deux bons épisodes, mais pas exceptionnels pour autant. Après un début assez compliqué, désormais l’intrigue poursuit son cours, de manière assez calme, certains rebondissements placés là pour nous surprendre. On s’interroge donc sur le sort de May et la venue de Fitz, et on attend aussi d’y voir plus clair quant à cette saison cinq d’Agents of SHIELD.

GAMING | Sea of Thieves, Spider-Man, Anthem... Les jeux vidéo les plus attendus de 2018 !

Après une année 2017 marquant l'agacement des joueurs envers les microtransactions, voici ce que l'industrie du jeu vidéo nous prépare pour 2018.

Sea of Thieves
Le studio Rare est de retour avec un jeu action-aventure multijoueur totalement unique et fun. "Sea of Thieves" regroupe un équipage de joueurs qui parcourent et explorent un monde ouvert à bord d'un bateau pirate, chacun pouvant s'occuper des diverses tâches nécessaires. Ils peuvent accomplir des quêtes, accumuler des butins et s'engager dans des batailles avec d'autres équipages. Sea of Thieves sortira le 20 mars exclusivement sur Xbox One et Windows, et sera également cross-platform. 

Marvel's Spider-Man
Après plusieurs jeux vidéo ratés sur le héros Spider-Man, c'est désormais au tour du studio Insomniac ("Ratchet and Clank", "Sunset Overdrive") de tenter sa chance avec "Marvel's Spider-Man" qui mettra en avant Peter Parker, ainsi que Miles Morales. Le jeu sera exclusivement sur Playstation 4. 

Red Dead Redemption 2
Initialement prévu pour l'automne 2017, Rockstar Studios repousse finalement jeu vidéo très attendu au printemps 2018. "Red Dead Redemption 2" sera un jeu solo à monde ouvert avec également un mode multijoueur (microtransactions confirmés). 

Anthem
Le prochain jeu vidéo de BioWare, publié par EA, sera "Anthem", un jeu vidéo multijoueur RPG. Les joueurs prendront le rôle d'un Freelancer, un groupe de personnes qui quittent leur civilisation pour explorer le paysage environnant. "Anthem" sortira en automne 2018 sur Xbox One et PS4. 

Dragon Ball Fighter Z
L'animé populaire est de retour dans l'univers des jeux vidéo de combat avec des mécaniques similaires à "Marvel vs. Capcom". Les joueurs choisiront trois personnages pour former une équipe et pourront commuter avec les personnages à tout moment. "Dragon Ball Fighter Z" sortira le 26 janvier 2018 sur Xbox One et PS4. 

The Last Night
Présenté lors de la conférence Xbox à l'E3 2017, "The Last Night" est un jeu vidéo 2.5D plateforme qui nous laisse contrôler Charlie vivant dans un monde où les ordinateurs et les machines ont pris le dessus sur tout le travail subalterne. Les joueurs pourront aussi explorer la ville, parler librement aux autres citoyens, s'impliquer dans des fusillades avec des éléments de furtivité. "The Last Night" est une exclusivité temporaire sur Xbox One. 

State of Decay 2
L'excellent jeu de survie zombie sera de retour en 2018 avec un plus grand monde à explorer composé de trois cartes et la possibilité de jouer avec trois autres joueurs en coop. "State of Decay 2" sortira au printemps 2018 exclusivement sur Xbox One et Windows 10. 

The Darwin Project 
C'est à la mode et ce n'est pas prêt de s’arrêter, après le succès de "Fortnite", le prochain jeu vidéo Battle Royale sera "The Darwin Project". Situé dans les froid post-apocalyptique des montagnes du Canada, les joueurs devront survivre à des conditions environnementales extrêmes, traquer ses adversaires et établir des pièges pour gagner. "The Darwin Project" est prévu au printemps 2018 et sera une exclusivité temporaire sur Xbox One et Windows 10. 

Aussi en 2018 : "Crackdown 3" (Xbox One), "Far Cry 5", "Monster Hunter World", "A Way Out", "Vampyr", "Telltale The Walking Dead Finale Season", "Telltale The Wolf Among Us Season 2", "Ori And The Will Of The Wisps" (Xbox One), "Days Gone" (PS4)... 

MOVIE | Star Wars The Last Jedi : Notre critique !

Rédigé par Pravine Barady
Comment parler de cette fin d’année sans évoquer le phénomène mondial qui a ravivé la flamme des fans il y a 2 ans avec Le Réveil de la Force et qui est enfin de retour ? Depuis 1977, la saga est devenue mythique, légendaire, et Le Réveil de la Force a été une réelle déception pour les fans, autant par son contexte de présentation qui devait mettre en avant un univers qui était éteint pendant 10 ans, mais également par son caractère répétitif venant d’anciens films. Et bien, sachez-le, The Last Jedi est totalement différent de tout ce qu’on a pu voir auparavant, c’est un film qui brise littéralement les codes de la saga, pour nous proposer un contenu divertissant et jouissif malgré un côté bourratif inévitable.

Les quelques instants avant le début de ce générique connu de tous est un instant intense, excitant, et incroyable à vivre : le silence est automatique, et remet directement les fans dans le film. Ce qui manquait à Star Wars, c’est une patte particulière, voire d’auteur afin d’offrir une mise en scène originale et différente (George Lucas était figé dans une mise en scène classique, sans surprises). The Last Jedi a des partis-pris venant de Rian Johnson qui sont visibles notamment à travers la réalisation qui met en avant des plans rapprochés sur les différents personnages, à la fois de manière esthétique, mais également de manière symbolique et représentative de l’état d’esprit. Les gros plan sur Kylo Ren sont extrêmement importants, et par ailleurs, Adam Driver est incroyable et bien meilleur dans ce film. En effet, l’esthétique est un point important et essentiel : il y a les films qui esthétisent et rendent beau l’image mais est mauvais à côté, et il y a l’esthétique qui est simplement un avantage visuel, et c’est cette seconde option qui est ici active. Par ailleurs, la prédominance de la couleur rouge est présente à travers le film et représente beaucoup plus que la violence, notamment à travers la planète composée de sel devenant rouge en l’effleurant. Visuellement, ce film est une bombe, et toutes les séquences d’action sont époustouflantes, on retrouve enfin des combats que nous pensions ne jamais revoir, autant au corps à corps, mais également dans l’espace dans les X-Wing.

Ce qui faisait vraiment peur, ce n’était pas de retrouver l’univers, puisqu’il possède des codes qui ont toujours été utilisé, c’était de retrouver une histoire et parvenir à combler les fans avec celle-ci. Et bien Rian Johnson a rendu le film cyclique, pas d’un terme péjoratif, mais il capte notre attention pendant 2h30 en mettant en parallèle des séquences à en couper le souffle, et des dialogues intéressants pour les personnages (qui font avancer l’histoire). Si la guerre était visible petit à petit dans l’opus précédent, celui-ci est direct, il n’y a pas de temps morts, d’ailleurs les survivants de l’armée Rebelle sont de moins en moins nombreux et les enjeux sont présents, il n’y a plus de place à l’échec, et c’est une manière de briser les codes de Star Wars, qui nous a montré des mouvements rebelles qui ont quasiment toujours abouti. La défaite, la déception, la perte d’un proche sont évoquées, nous ne sommes plus simplement face à de simples « morts », ils commencent à peser. Tout comme pour le spectateur.


Si les personnages restent intéressants et le retour de Luke Skywalker est un véritable plaisir (son interprétation est géniale et son personnage vraiment changé), la présence à l’écran de Carrie Fisher est également un hommage intense, elle vole toutes les scènes dans lesquelles elle se trouve. Néanmoins, la partie entre Luke Skywalker et Rey peut paraître longue, et cela fait parti des défauts du film, ce fameux décalage entre les attentes et la réalité. Nous nous attendions à un entraînement intense, mais c’est autre chose qu’il se passe. Snoke fait également parti de cette possibilité de déception, mais c’est une scène nécessaire afin de faire évoluer le personnage de Kylo Ren. Tout comme les révélations autour des parents de Rey, cela va poser problème à certains fans.


Cette partie sera consacrée à de véritables spoilers, alors ne la lisez pas si vous n’avez pas vu le film. Les thématiques du Padawan et de son maître sont de retours, et cela fait un bien fou. Kylo Ren terrasse son maître Snoke, Luke Skywalker a un contact avec son second maître, Yoda. Bien évidemment, la présence du fameux Yoda a provoqué un amour profond des fans, surtout que sa présence est intelligente (nous avions déjà vu Obi-wan de la même manière, son « âme »). Quant à Snoke, la déception est présente puisqu’on s’attendait au moins à un combat entre Rey & Kylo vs Snoke, le grand méchant qui nous avait été teasé a disparu mais ce n’est pas vraiment le problème, il aurait peut-être fallu nous montrer un combat contre lui. Quant à la présence de la force en Leia ne pose pas problème, c’est assez naturel au final vu qu’elle est la sœur de Luke, mais c’était légèrement déplacé de la faire agir ainsi alors que nous n’avions jamais vu Leia utiliser la force… La grosse polémique va résulter de la fin du film, la mort d’un héros et d’un personnage incroyable : Luke Skywalker. Il est mort comme son maître, et nous savons pertinemment qu’il sera présent à travers Rey, comme l’était Obi-wan et Yoda à travers Luke, mais sa présence nous manquera. La prestation de Mark Hamill dans le film était incroyable. Jusqu’où Kylo Ren va t’il s’engouffrer dans le côté obscur tout en gardant en lui une part de lumière ? Rey parviendra-t-elle à sauver l’univers en entraînant de nouveaux Jedi ?

Note : 8/10. En bref, The Last Jedi est une bombe visuelle dotée d’un fan-service bien maîtrisé et d’une histoire prenant malgré le fait qu’elle puisse être répétitive et bourrative. 

Bande-annonce : 


Audiences US Mercredi 13/12 : Riverdale stable, Star en hausse !

Audiences US mercredi 13/12/17

20h
The Goldbergs (ABC) : 6,10 M - Taux 1,6
Riverdale (CW) : 1,42 M - Taux 0,5
Empire (FOX) : 5,95 M - Taux 1,9

20h30
Speechless (ABC) : 4,58 M - Taux 1,1

21h
Modern Family (ABC) : 5,91 M - Taux 1,7
Dynasty (CW) : 0,72 M - Taux 0,2
Star (FOX) : 4,16 M - Taux 1,3

21h30
American Housewife (ABC) : 4,82 M - Taux 1,3

22h
Designated Survivor (ABC) : 4,39 M - Taux 0,8

The Punisher renouvelée pour une saison 2 !

Après sa sortie le mois dernier, Netflix annonce le renouvellement de la série Marvel "The Punisher".

La série avec Jon Bernthal obtient donc une seconde saison sur Netflix. Egalement prévu, "Jessica Jones" saison 2, "Daredevil" saison 3, "Luke Cage" saison 2 et enfin, "Iron Fist" saison 2. Toutes les séries Marvel de Netflix seront bien de retour en 2018 et plus.

Audiences US Lundi 11/12 : The Gifted stable, Lucifer en baisse !

Audiences US du lundi 11/12/17.

20h
Kevin Can Wait (CBS) : 6,34 M - Taux 1,1
Lucifer (FOX) : 3,36 M - Taux 0,8

20h30
Man With a Plan (CBS) : 5,68 M - Taux 1,0

21h
Superior Donuts (CBS) : 5,22 M - Taux 0,9
Valor (CW) : 0,77 M - Taux 0,2
The Gifted (FOX) : 2,79 M - Taux 0,8

21h30
9JKL (CBS) : 4,33 M - Taux 0,7

22h
Scorpion (CBS) : 5,91 M - Taux 0,9

The Good Doctor : Entre Dr House et Grey’s Anatomy, le succès de la rentrée aux US !

Rédigé par Mickael Lebrun
Tous les ans, début septembre, le challenge est le même pour les networks américains, décrocher la nouveauté à succès de la saison. Après This Is Us l’an dernier sur NBC, c’est au tour d’ABC d’être sur le devant de la scène avec The Good Doctor. Rassemblant en moyenne 10 millions de téléspectateurs tous les lundis et montant jusqu’à 18 millions en J+7, elle s’inscrit parmi les valeurs sûres de la TV américaine aux côtés notamment de NCIS ou de The Big Bang Theory.

The Good Doctor est une série suivant les premiers pas du chirurgien Shaun Murphy, autiste et atteint du syndrome du savant qui tente de s’intégrer à son équipe. Incarné par l’excellent Freddie Highmore (Bates Motel), qui donne toute la crédibilité à son personnage, va réussir à vous émouvoir. En effet, durant les dix premiers épisodes, vous allez rire, avoir les larmes aux yeux ou encore être en colère, mais pas seulement. Cette série a pour mérite de mettre en avant cette maladie qu’est l’autisme et de montrer combien il est difficile pour ces personnes de s’intégrer et de se faire accepter par cette société où tout écart à la normale est discriminatoire. L’avantage de The Good Doctor est de réussir à traiter ce sujet avec humour. Étant socialement décalé des autres, les réponses de Shaun peuvent nous faire exploser de rire par son apprentissage de la communication humaine. Il ose également exprimer ce que tout le monde pense tout bas à ses supérieurs et ça on adore ! Mais attention, on ne rigole pas pour se moquer de Shaun, mais plutôt pour l’incompréhension des autres personnages. La série arrive à nous mettre dans la peau de Shaun et de comprendre son point de vue en tant qu’autiste.

Les traits de caractère du personnage principal ne sont sans rappeler un autre médecin : le Dr House avec son humour rien qu’à lui et son côté peu conventionnel. Coïncidence ? Eh bien non puisque le créateur et showrunner de The Good Doctor n’est autre que David Shore, le créateur de Dr House. C’est un plaisir de retrouver ce trait de caractère au sein d’un nouveau médecin sans pour autant être une simple copie. Comme au sein de Dr House, Shaun nous expose ses connaissances, à la différence que ce dernier doit faire accepter ses idées par ses supérieurs contrairement à House qui était déjà le boss. C’est là que l’intérêt de l’autisme rentre en compte, car on peut voir à quel point la discrimination est présente. A proposition équivalente, c’est celle de l’un de ses collègues qui sera retenue, mais cela n’empêche pas notre personnage de baisser les bras. Ceci est gage d’espoir et de motivation pour les téléspectateurs atteints d’autisme sur leur capacité d’intégration, mais aussi pour toute personne atteinte de discrimination. Tout au long des épisodes, on suit l’évolution de ce personnage qui tente de se faire accepter par son talent mais aussi qui essaye de comprendre les autres, à savoir le comportement « normal » des gens qui l’entourent. C’est ce côté humain qui nous fait penser à Grey’s Anatomy. Il y a une réelle storyline au sein de la série, on suit les personnages, leurs histoires, il n’y a pas que du médical et c’est aussi ça que l’on apprécie dans The Good Doctor. Les différentes relations qu’entretient Shaun avec les autres personnages de la série et ses situations rocambolesques sont très agréables à suivre, en particulier celle avec sa voisine qui est malheureusement peu présente pour le moment. L’autre ressemblance avec Grey’s Anatomy est l’environnement de travail au sein de l’hôpital et de voir évoluer Shaun et ses collègues à l’instar de Meredith et ses amis en tant qu’interne. De plus, à chaque épisode, nous avons un cas médical différent qui fait vivre à nos personnages toutes sortes de défis aussi bien professionnels que personnels. Le mid season final traite d’ailleurs un sujet d’actualité avec le harcèlement sexuel au travail et les conséquences qui s’en suivent aussi bien pour les victimes que pour les personnes qui tentent de les protéger. The Good Doctor est une série qui n’hésite pas à parler de sujet parfois tabou. Toutefois, jusqu’à maintenant, les sujets traités sont restés assez légers, sans heurter l’opinion du téléspectateur. Reste à savoir si la série à le désire de provoquer le téléspectateur en allant au fond des sujets qu’elle propose.

The Good Doctor est donc la bonne surprise de la saison que l’on n’attendait pas. ABC semble même avoir trouvé le successeur de l’irremplaçable Grey’s Anatomy qui jusqu’à maintenant dominait le genre sans concurrent potentiel. The Good Doctor, qui a été l’une des premières séries de la saison à avoir obtenu une saison complète, reviendra de sa pause hivernale le 9 Janvier 2018, l’occasion de (re)visionner les dix premiers épisodes !