GAMING | Slime Rancher (PS4) : Notre test !

Rédigé par Karim Saoudi
Disponible depuis 2016 en accès anticipé sur Steam et Xbox One, "Slime Rancher" débarque enfin su Playstation 4 en version finale.

"Slime Rancher" est un jeu open-world à la première personne où on incarne Beatrix LeBeau, qui s'installe dans une planète très loin de la Terre appelée Far Far Range pour devenir une éleveuse de "slime", qui consiste à gérer son ranch et explorer l'environnement afin de collecter, élever, nourrir, transformer les plusieurs slimes dans le monde.
Le jeu est très simple à prendre en main, l'idée est simple : trouver des slimes, nourrissez-les avec leurs aliments préférés et récolter leurs "plorts" afin d'augmenter sa fortune dans le but d'améliorer son ranch et de débloquer de nouvelles zones. Pour devenir le rancher le plus riche et le plus organisé, vous êtes munis d'un "vacpack", qui permet d'aspirer les slimes, la nourriture et les plorts. Vous êtes aussi libre d'explorer le monde comme bon vous semble avec un jetpack qui peut être amélioré. "Slime Rancher" est un jeu simple et relaxant, mais qui se veut aussi complexe avec le marché de plortes qui change chaque jour au fur et à mesure que vous vendez les plortes, les slimes qui faut gérer intelligemment car transformer les slimes plus d'une fois fait apparaître le "Goudrron", un slime qui dévore tout et enfin, le jeu devient encore plus complexe une fois certaines zones débloquées, notamment le "Labo" qui permet de créer des gadgets etc.

"Slime Rancher" propose trois modes de jeu, aventure, normal et ruée avec une multitude de trophées à obtenir. Il y a également une histoire à travers des messages que l'on reçoit dans sa boite mail ou en explorant le monde. Une histoire qui se termine avec une cinématique à débloquer une fois le monde exploré.

En attendant le jeu Pokémon AAA sur console, "Slime Rancher" propose une expérience de simulation agréable et relaxante avec assez de contenu pour plus d'une vingtaine d'heures de jeu à explorer, gérer et personnaliser.

Bande-annonce :