Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 5. Episode 5 & 6. Rewind/Fun & Games.

Rédigé par Julie Debelfort
Deux épisodes d’Agents of SHIELD ont été diffusés par ABC. Après une absence ressentie, la team se retrouve au grand complet alors que Fitz retrouve sa place sur le petit écran auprès de nos agents, coincés dans le futur.

Le cinquième épisode aura vu ses quarante minutes entièrement dédiées à Fitz. Si nous n’étions pas certains du résultat, force est de constater que Rewind aura bien marché ! A la manière de l’épisode dédié à Simmons dans la saison 3, ce cinquième épisode aura vu une possibilité nouvelle d’exploiter le potentiel du personnage de Fitz, en plus de mettre en valeur une alchimie fonctionnant à merveille dans Agents of SHIELD : celle de Lance Hunter, guest spécial de cette saison, et de Fitz. Si Rewind ne se sera pas montré aussi exceptionnel que l’épisode consacré à Simmons bien des saisons plus tôt, il n’empêche qu’il aura été revigorant, alors qu’Hunter a fait son grand retour. Si nous sommes tous un peu déçus de le voir seul, non accompagné de Bobbi, il n’empêche que son retour inopiné apporte un vent de fraîcheur à la série, dont la nouvelle saison peut parfois se montrer perturbante avec toute son histoire de futur et d’invasion Kree. C’est d’ailleurs le fait de s’éloigner du futur apocalyptique laissé par les Kree qui permet à la formule de Rewind de fonctionner aussi bien. En plus d’obtenir des réponses sur le pourquoi du comment de l’intrigue de cette saison, l’épisode nous fait oublier ce que traverse Daisy, Phil et compagnie pour se consacrer à la planète Terre, au présent, et ça fait du bien. Plus lumineux, bien que toujours dans des tons dominants assez sombres, Rewind nous permet de souffler et d’assembler quelques morceaux du puzzle. Mieux encore, l’épisode fait le lien entre les saisons passées du SHIELD, alors qu’on découvre que Le Voyant qui a décrit la prophétie poussant les Agents à se retrouver dans le futur, n’est autre qu’une fille d’un inhumain précédemment décédé dans les bras de Daisy. En clair, ces quarante minutes ont tranché avec le futur apocalyptique présenté dès le début de la saison cinq, et ça a fait du bien !

Mais on ne sera pas resté éloigné de la base des Kree bien longtemps, et le sixième épisode aura donc vu Fitz faire sa grande entrée pour la cérémonie et les combats à mort organisés par Kasius. Loin de son apparence des premières saisons, Fitz use à la fois de son intelligence et de son expérience dans la Framework pour se donner une nouvelle apparence, celle d’un habile « chasseur de primes » de l’espace. C’est d’ailleurs très intéressant de voir que Fitz n’est plus qu’une fidèle version de son personnage des premières saisons de la série, mais que tout ce qu’il a vécu et commis dans la Framework ait été gardé, pour le faire évoluer. Cela le rend ainsi plus sérieux, plus sombre, mais aussi plus déterminé alors qu’il compte bien épouser la femme de sa vie, Simmons. En parlant de celle-ci, Simmons fait de nouveau équipe avec Daisy, et il est assez plaisant de retrouver ce parallélisme avec la Framework, une nouvelle fois, alors que les deux protagonistes s’affichent « seules contre le monde ».  Et pendant ce temps d’ailleurs, les Kree font un massacre, puisque l’inhumain télépathe est exécuté, en même temps que Tess, qui avait aidé nos agents lors de leur arrivée dans le futur, au début de la saison. C’est à peine si on les aura vu le temps de deux épisodes, mais l’émotion était là, tout autant que le message reçu : on ne peut définitivement pas s’attacher aux personnages de cet univers futuristique, comme nous l’avions prédit lors de notre précédente critique, et la mort de ces deux persos nous l’auront prouvé une nouvelle fois. Cela n’empêche pas la série d’ajouter des nouvelles têtes au casting, alors qu’un nouvel inhumain est secouru par la team. Son don s’assemble à une recomposition de terre/rochers (oui, ça paraît ridicule décrit comme ça mais c’est bien plus badass à l’écran), ce qui, d’une certaine manière, rejoint assez celui de Daisy, aka Quake. Après tout, elle a elle-même détruit la planète Terre, d’après Deke. Flint pourrait-il, à l’inverse de Daisy, la reconstruire ? 

Note : 7/10. En bref, deux très bons épisodes, qui penchent toujours dans un univers et des tons noirs, mais qui fonctionnent. On obtient enfin un peu plus de réponses, alors qu’il est question de  prophétie et de sauver le monde. Et s’il est toujours flou concernant ce que doit vraiment faire notre équipe pour éviter le futur apocalyptique, on commence à vraiment aimer à suivre leurs difficultés dans la base des Kree.