Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 5. Episode 1 & 2. Orientation.

Rédigé par Julie Debelfort
Après une excellente quatrième saison, qui mélangeait surnaturel et technologie, nos agents du SHIELD sont de retour pour une cinquième saison placée sous le signe de l’espace.

L’espace. Comme le dit si bien Mack dans le season premiere, c’était bien la seule chose encore jamais tentée par la série. Orientation se sépare donc en deux parties, avec, au bout du compte, une bien meilleure que l’autre. La première partie, instaurant plus ou moins les bases de l’intrigue prévue pour cette saison, mais demeurant quelques peu floues, aura surtout misé sur l’humour pour débuter les nouvelles aventures du SHIELD. Sans être un mal, le côté comique fut parfois ressenti comme poussif, bien que, dans un autre sens, il apportait une fraîcheur nouvelle qui avait le mérite de se démarquer de la saison précédente, très sombre. Mack et Coulson seront donc les deux rigolos de service, tandis qu’on en découvre un peu plus sur ce qui va constituer l’histoire de la cinquième saison : à savoir que nos agents se situent vraisemblablement dans l’espace, sur une base dirigée par des Kree. Si ce n’était que ça, tout irait très bien. Sauf qu’on apprend à la fin du premier épisode que notre équipe a littéralement voyagé dans le futur, par le biais d’un monolithe blanc, et se retrouve donc mêlée à ce qui reste de l’humanité, puisque la planète Terre a été complètement détruite.

Le scénario est donc assez osé pour ce début de saison cinq, presque inimaginable. Au début, on se demande presque ce qu’on fumé les scénaristes à vouloir nous plonger dans une histoire aussi tirée par les cheveux, mais au final, avec Orientation Part 2, on finit par se prendre au jeu. Et il faut bien le dire, après l’échec cuisant d’Inhumans, il était temps qu’Agents of SHIELD prenne la relève sur ABC et surtout, exploite véritablement l’univers offert par Marvel. Ainsi, c’est l’épisode deux, d’ores et déjà plus sérieux que le précédent, qui nous plonge plus passionnément dans l’intrigue nouvelle d’Agents of SHIELD, avec une présentation du fonctionnement du monde à l’ère des Kree dans l’espace. Si le gros plot twist finit par être assimilé au bout de ce season premiere, de grandes questions demeurent, dont une plus que n’importe quelle autre : où est Fitz ? Fitz semble décédé à l’époque actuelle, puisque notre équipe se retrouve dans le futur, et qu’il est le seul, pour une raison inconnue, à ne pas avoir subi le grand saut temporel. Mais tout de même. Fitz mort, absent de plusieurs épisodes de la série ? Voilà qui est nouveau, et on se demande ce que les scénaristes ont bien pu prévoir pour ce personnage qui avait tant de culpabilité à porter depuis la saison précédente, et qui est resté coincé dans le passé, ou plutôt toujours dans le présent. On imagine en tout cas que ce sera grâce à Fitz qu’une partie de  la saison pourra se passer dans le présent, celui qu’on a toujours connu en tout cas, mais rien n’est encore précis à ce stade de la série.

En l’absence de Fitz, néanmoins, on aura fait la connaissance de plusieurs nouveaux personnages, des humains purement futuristiques, si l’on peut dire, habitués à vivre sous le joug des Kree. On croise donc Deke, étrange voleur et arnaqueur, teneur d’un bar hallucinogène, qui ne semble pas beaucoup aimer nos agents. Qui semble également avoir emprunté un petit côté à Star Lord, par ses habits et son casque, mais passons. Ce qui ressortira surtout de ce personnage, c’est justement sa capacité à recréer la framework de la saison passée pour en faire son business, et la révélation   accordée à Daisy : et oui, une nouvelle fois, Quake aura de quoi s’en mordre les doigts, puisqu’il semblerait qu’elle soit la cause de la destruction totale de la terre. Oui, rien que ça. En attendant d’en savoir plus, on rencontre également Tess, survivante aguerrie, qui s’est pliée sans mal aux nouvelles règles de ce qui reste de la société humaine. C’est basiquement grâce à elle qu’on en apprend plus sur le fonctionnement des Kree, et des Metrics que portent chaque humain au poignet (littéralement à travers du poignet même), qui permettent aux aliens de les contrôler. Les Kree ont donc droit de vie et de mort sur tout humain, et chantonnent un mantra assez creepy (une vie due, une vie gagnée, etc etc) tandis que c’est avec les Metrics qu’ils scellent le sort de leurs esclaves. Enfin, Kassius, Kree obsédé par la perfection, fait également son entrée dans l’épisode deux, et risque d’avoir un rôle important tout le long de cette saison, puisqu’il représente l’ennemi.

Note : 7/10. En bref, un très bon double épisode, malgré les premières quarante minutes quelque peu hasardeuses, qui permet à Agents of SHIELD de se renouveler. Fini les grands vilains habituels tels que Hydra ou les Inhumains ou autre organisation malsaine. Nous voilà dans l’espace, face à de véritables aliens, et qui plus est dans le futur. Autrement dit, cette cinquième saison s’annonce énorme, si toutefois elle sera autant à la hauteur que celle de l’année passée, déjà fort excellente.