Les critiques // Supergirl : Saison 3. Episode 6. Midvale.

Rédigé par Julie Debelfort
Cette semaine, Supergirl nous propose un épisode flashback bienvenue, sortant des sentiers battus pour se consacrer aux fondations même de la relation des sœurs Danvers.

De la première à la dernière minute, l’ambiance nostalgique de Midvale s’est aussitôt ressentie. Dès les premières scènes, on a pu absorber le changement d’atmosphère de la série, le temps d’une quarantaine de minutes, et cela a fait du bien. Du bien oui, car pour la première fois, ce fut comme si la série s’autorisait à souffler, et à faire souffler ses personnages, ce qui est plutôt bienséant. Cet épisode aura ainsi beaucoup joué sur cet effet nostalgie, ayant également un petit côté Smallville. Et on ne dit pas ça seulement parce que le lycée de Kara et Alex était le même que celui utilisé pour la série en question, ou que Chloe a eu droit à son petit cameo en plus d’être citée avec son mur des bizarreries. Non, il y avait véritablement un aspect Smallville dans l’histoire en elle-même, avec cette adolescente un peu étrange et isolée qui devait s’accoutumer à sa nouvelle vie d’humaine, à ses romances et ses amitiés/relations familiales tout en se retenant de se dévoiler au grand jour. En somme, cela donnait le sentiment de replonger en enfance ou adolescence pour les fans des premières heures, et c’était loin d’être un défaut. Au contraire, Smalville a été une des premières séries à prendre les héros de comics au sérieux et aura beaucoup marqué les esprits durant de nombreuses années. Ce n’est pas pour rien qu’on en parle aujourd’hui encore et que Supergirl y fait référence à sa manière. 

L’énorme point positif résidera en ce changement d’actrices pour jouer les sœurs Danvers adolescentes. Les deux actrices ont fourni un travail impressionnant afin de reproduire avec précision les mimiques de Kara et Alex, allant jusqu’à vraiment leur ressembler physiquement, notamment pour Olivia Nikkanen, aka mini-Alex. Mais Izabela Vidovic (jeune Kara), n’est pas en reste, et au vu de leurs prestations, on redemande presque à les croiser dans de nouveaux flashbacks. C’est à se demander si les deux jeunes actrices n’ont pas passer des heures devant Supergirl pour adapter leurs mimiques à celles de leurs homonymes adultes, en tout cas le pari est réussi, et les spectateurs ont de quoi saluer ces nouvelles têtes au casting, même si ce n’est que pour un épisode !

L’acteur qui joue Kenny Li, Ivan Mok, a également réalisé une très belle prestation. Malheureusement, il est navrant que nous n’ayons jamais eu vent de ce personnage avant Midvale. Tout simplement parce que Kenny représente le fondement même des sœurs Danvers, allant de leur relation très complice à leurs jobs respectifs consistant à sauver des vies. Avec toutes les mentions du passé qui ont été faites depuis le début de la série, on se demande pourquoi jamais Kenny n’a eu droit à être cité, par Kara ou Alex, avant cette saison 3. Bien sûr, l’intention des scénaristes reste louable. Il faut dire qu’en 40 minutes, il est difficile de pondre une histoire qui tienne la route et qui justifie la relation très proche de Kara et Alex. On a pu d’ailleurs s’apercevoir de quelques faiblesses, comme le fait que les deux jeunes filles soient dans la même classe malgré une différence d’âge énoncée, à titre d’exemple. Mais au final, les choses se sont emboîtées assez naturellement, et l’histoire qui sert d’explications aux attitudes actuelles de la famille Danvers est compréhensible et surtout cohérente. 

Voir Erica Durance jouer une scène plus profonde fut également un plaisir coupable. C’est toujours plaisant de se dire que la Loïs Lane de Smallville joue un rôle clé dans la série Supergirl, bien que l’actrice originale pour jouer Alura (Laura Bernanti) avait accompli un formidable travail et que son changement soudain fait quand même de la peine. Toutefois, on a du mal à se dire que J’onn aurait sciemment manipulé Kara, en n’hésitant pas une seule seconde à prendre l’apparence de sa mère pour qu’elle se contrôle. Bien sûr, sa courte apparition a servi à prouver qu’il veillait sur les Danvers depuis de longues années déjà, mais c’est quand même osé, et presque cruel, pour J’onn, de jouer ainsi avec les souvenirs douloureux de Kara. 

Note : 7/10. En bref, un nouveau très bon épisode, malgré quelques légers défauts, qui fait surtout la part belle aux versions jeunes des Danvers. Dommage qu’il n’y avait pas plus d’interruption du flashback pour en revenir au présent et savoir ce que Kara et Alex ont fait de leur séjour chez Eliza, mais cela restait un épisode très sympathique et changeant des intrigues habituelles de Supergirl.