Les critiques // Inhumans : Saison 1. Episode 7. Havoc In The Hidden Land.

Rédigé par Julie Debelfort
Pour son avant-dernier épisode, Marvels Inhumans semble se réveiller et offrir un épisode plus que potable. A l’aube du season finale, nous avons en effet droit à des beaux retournements de situation et à de l’action bien tournée.

Oui, enfin, enfin, au bout de 7 épisode, nous avons droit à un bon épisode. Alors, certes, il n’est pas parfait. Mais qu’est-ce que ça fait plaisir de ne pas passer son temps à checker la barre de minutes pour savoir quand se termine l’épisode. Malgré des moments prévisibles, par exemple le retour de Tritton qui était à prévoir bien qu’il aurait été bienvenu un peu plus tôt, ou encore Karnak qui désobéit à son roi pour tenter de sauver une ultime fois Gorgon d’entre les morts ; Havoc in the Hidden Land a su agréablement surprendre les spectateurs. D’une, nous avons en face de nous une Medusa plus évoluée, plus sage, à tel point que nous passons presque du coq à l’âne dès qu’il s’agit de décrire notre degré d’affection pour le personnage. Il y avait encore deux épisodes, on la détestait, avant cela, on commençait tout juste à l’apprécier, et désormais, c’est probablement un des meilleurs personnages que la série a à nous offrir. Dommage toutefois qu’elle doit subir la boule à Z pendant encore un certain temps, car même si cela nous aura sauvé des effets désastreux liés à ses cheveux, il y a quand même un manquement à la voir ainsi limitée sans son don (mais toutefois badass en terme de combat au corps-à-corps). A l’inverse, Black Bolt est mu par une soudaine envie de vengeance, compréhensible, mais qui le mène tout droit à incarner un Roi tyrannique et sans pitié, ce que tout le monde s’efforce d’éviter pour lui. C’est intéressant de le voir ainsi débattre intérieurement, entre la bonne conscience que représente sa femme et la mauvaise que représente Karnak, lui-même assombri par la mort de Gorgon. Il y a une dualité, qui n’est malheureusement pas assez développée en fin de saison, qui montre Black Bolt sous un autre jour. Il n’est plus cet homme patient, privilégié, qui a su faire de son handicap une force. Il est devenu ce roi rejeté par son frère, détrôné, qui vient de perdre un des siens et qui a soif de sang. Et cela, Anson Mount doit le montrer en utilisant seulement des signes, c’est tout de même une sacrée performance !

En parallèle, Auran change de camp. Là encore, c’était prévisible, à partir du moment où elle a appris que Maximus lui mentait sur certains objectifs de missions. C’est toutefois assez rassurant de la voir du bon côté, si tant est qu’il y en a un, car c’est un personnage qui a vraiment du potentiel à exploiter, et qui ne devrait pas juste servir de victime assassinée à chaque épisode. Crystal, quant à elle, reste malheureusement toujours aussi dénaturée et tombe dans le cliché. En deux jours, elle est tellement tombée amoureuse de l’humain Dave qu’elle est déjà rendue nostalgique de la planète Terre et du garçon qu’elle ne connaît ni d’Eve ni d’Adam. Si ce côté fleur-bleue est vraiment mal joué, on regrette surtout le peu de présence à l’écran de Crystal, qui est tout de même une Inhumaine plutôt importante dans les comics. Concernant Maximus, sans surprise, il devient la caricature même du méchant : celui qui se fiche, au final, de sa ville, prête à la réduire en miettes avec lui plutôt que d’abdiquer et supporter son sort de simple humain (qu’il n’est pas, on le sait).

Au final, cet épisode aura montré les deux facettes de la série : ses mauvais aspects, avec une Crystal toujours aussi naïve et invisible, un Maximus prévisible et une confrontation échouée qui en amènera à une autre. Mais aussi ses bons aspects, avec l’évolution éclaire mais favorable de Medusa, le retour de Tritton qui nous a offert de belles chorégraphies de combat (bien qu’elles ne soient pas non plus extraordinaires, on l’admet) ainsi qu’à un retour vers l’intrigue principale d’Inhumans, plus sombre et plus adaptée que les péripéties de la famille Royale sur Terre, entre trafic de drogue et ex jalouse. On doit cependant reconnaître que la présence vivifiante de Louise nous a manqué, et on espère véritablement la revoir pour le dernier épisode de cette première saison, tant son personnage apporte de la fraîcheur à la série.

Note : 6/10. En bref, sans être très bien, Havoc in The Hidden Land demeure être un bon épisode, avec un retour à des intrigues et à des actions plus adaptées aux Inhumains. De quoi promettre un season final haut en couleurs pour sauver la série.