Les critiques // The Gifted : Saison 1. Episode 2. rX.

Rédigé par Julie Debelfort
La série Marvel de Fox continue sur sa lancée pour son deuxième épisode. Comme le premier, intitulé eXposed, rX emmène le téléspectateur dans la suite des aventures des Strucker et de leurs infortunés alliés sur un rythme vif et sans temps mort, qui distille de légers indices quant à ce qui a mené à une haine inexplicable des autorités contre les mutants.

Souvenons-nous, la semaine dernière, nous avions regretté de ne pas en savoir plus sur le background de The Gifted. Si ce deuxième épisode ne nous avance guère plus, il permet néanmoins de détailler un peu plus comment les mutants en sont arrivés à se cacher dans un abri-souterrain. Mal perçu dans les lieux publics, cette fois-ci, nous avons vu un échelon de violence augmenter alors que Blink ouvrait des portails, risquant la vie de ses compagnons. Sans explications concrètes, on a ainsi pu assister à une attitude hostile aussi bien des civils que des autorités, que ce soit par l’intermédiaire de Blink que par la quête de Marcos et Caitlin pour des médicaments. S’ils n’ont pas craint grand-chose et si les motivations amenant à un tel comportement restent mystérieuses, elles ont permis de dessiner un peu plus un monde où il ne fait pas bon de vivre avec des capacités spéciales. Et que dire de Polaris, qui continue sa traversée singulière dans le monde carcéral, et qui en paie le prix cher, que ce soit grâce à l’accueil glacial réservé par les gardiens que par celui mortel de ses co-prisonnières. Espérons que cet accueil ne sera véritablement pas mortel pour le bébé qu’elle porte, après avoir écopé de nombreux coups de la part des femmes incarcérées.

Second avantage de ce second épisode : Caitlin Strucker. Dieu merci, Amy Acker n’a pas été cantonnée à un rôle de femme apeurée pour rX, et c’est ce qu’on aime voir avec cette actrice. Ainsi, nous avons pu découvrir, malgré son simple statut d’humaine, à quel point la matriarche de la famille Strucker pouvait être un atout valorisant, aussi bien pour ses enfants que pour la cause mutante en générale. De cette manière, nous avons pu la constater dans une position bien plus réactive et rebelle, ce qui lui sied bien. Bien plus que celle de pleurnicher en découvrant les pouvoirs de ses enfants. Infirmière de qualité, il semble clair que Miss Strucker a pris ses positions quant à la cause mutante après avoir compris l’injustice dont ces derniers pouvaient souffrir. Situation qu’il sera intéressante à suivre alors que son mari semble décidé, sans surprises, à passer un deal pour vendre tous les mutants tant que sa famille reste en sécurité.

The Gifted continue dans tous les cas de nous intriguer. Le travail sur la série est de toute évidence conséquent, allant jusqu’à parler de mutant healthcare (les soins prodigués aux mutants donc), là où un pareil détail serait resté anonyme pour un film X-Men, sans parler du cameo de Stan Lee du premier épisode, qui est toujours plaisant à constater. Mais ce n’est pas le plus curieux dans l’histoire. Non, l’originalité qui a de quoi attiser notre curiosité, c’est de remarquer que des gens aux habilités spéciales, comme Lorna, puissent être incarcérés dans une prison destinée, de base, aux gens normaux, faisant donc un mélange humain/mutant malsain. Certes, Lorna n’est pas censée pouvoir utiliser ses pouvoirs grâce à un collier que même les chiens ne voudraient pas (et pas tout à fait efficace comme on a pu le voir), mais au vu de l’avancée chronologique de Gifted par rapport au monde mutant dans lequel on est plongé, on s’attendrait à voir des établissements spécialement réservés pour les mutants. En parlant de chronologie, on a également pu apprendre qu’un incident important avait eu lieu le 15 juillet, causant la mort de la fille de Turner, sans d’autres détails. En clair, on avance lentement, mais sûrement, et on finira bien par avoir de plus amples explications sur le contexte d’ici les prochaines épisodes.

Note : 7/10. En bref, un second très bon épisode, qui confirme la série prometteuse que représente The Gifted. Avec, encore une fois, aucun temps morts, entre scènes intenses et stressantes et moments plus « calmes » permettant d’en apprendre plus sur le monde de la série Fox. rX contribue donc au bon visionnage de la série qui mérite plus que le coup d’œil. Espérons que la série ne perdra pas en souffle d’ici là, en tout cas, après deux épisodes, le début est plutôt sans fautes !