MOVIE | Pirates of the Caribbean 5 : Notre critique !

Rédigé par Pravine Barady
Après plus de 5 ans d’inactivité, la franchise du pirate le plus réputé du cinéma est de retour pour un 5e opus très attendu, et le capitaine Jack Sparrow navigue à nouveau malgré la déception que représente le film.

Synopsis : 10 ans après le 3e opus, Jack Sparrow se retrouve cette fois face à un ennemi redoutable appartenant à son passé : le capitaine Salazar. Pour le vaincre, il va devoir collaborer avec deux jeunes : Henri Turner et Carina Smyth.

Nous nous attendions à un film réussi, ou du moins, meilleur que la Fontaine de Jouvence, mais celui-ci devient finalement le pire de la saga malgré les quelques qualités qu’il possède. L’engouement des fans se trouvait surtout au niveau du casting, on retrouve notamment Orlando Bloom et Keira Knightley dans les rôles respectifs de Will Turner et Elizabeth Swan. Malheureusement, ils ont un rôle assez secondaire et peu intéressant dans la trame principale de l’histoire. Will Turner, capitaine du Hollandais Volant, est dans ce film présent afin de nous présenter son fils, Henri Turner, et comme on pouvait s’en douter, ses motivations sont exactement celles qu’avait Will Turner dans les premiers films : sauver son père. N’oublions pas de mentionner la prestation médiocre d’Orlando Bloom le peu qu’on le voit. Quant à Keira, c’est pire, puisque ce caméo était montré dans le trailer, et ce moment est le seul où elle apparaît. Le célèbre Johnny Depp est également décevant, livrant une performance moins convaincante qu’auparavant probablement à cause de l’alcool. Jack Sparrow devient dans ce film très lourd, et il lui manque quelque chose, ce qui faisait son charme dans les débuts de la saga. Niveau déception, nous sommes loin du compte, puisqu’Henri Turner et Carina Smyth sont également peu intéressants : Henri est un copié collé de son père mais sans charisme, et Carina Smyth incarne le personnage le plus inintéressant du film.

Le film dure 2h, et on a l’impression que c’est une éternité. La gestion du rythme est très mauvaise, et l’intérêt général du film est réduit à de simples idées qui ne sont pas développées. La mythologie est inexistante alors que nous parlons du Trident de Poséidon, et tout est mal exploité. Le seul point positif est le personnage de Salazar, interprété divinement bien par Javier Bardem, à la fois effrayant, badass et élégant. Sa performance rend son personnage réussi, mais là encore, le personnage est travaillé au début du film, mais devient par la suite secondaire malgré son rôle de grand méchant simplement afin de mettre au premier plan Jack Sparrow. Même l’humour est redondant, trop appuyé, et peu sincère, devenant lourd. L’histoire est décousue et l’action peu convaincante, notamment lors de ce combat entre Jack et Salazar sur leurs bateaux où les plans sont beaucoup trop saccadés, sombres, pour que nous comprenions ce qu’il se passe véritablement. La réalisation reste impeccable et l’esthétique agréable, mais il manque ce côté spectaculaire qu’on avait autrefois en mer.

Note : 5/10. En bref, Pirates des Caraïbes creuse sa tombe tant bien pour son manque d’ampleur, que pour la performance bancale de Johnny Depp. Mais un espoir est toujours là pour la suite après la scène post-générique…