Les critiques // Supergirl : Saison 2. Episode 19. Alex.

Rédigé par Julie Debelfort
Supergirl revient pour un nouvel épisode qui se veut plus sombre, tortueux et intense par rapport au reste de la série, du moins de ce qu’on a quasiment connu jusque alors. « Alex » nous offre des performances plus frappantes de la part de Melissa Benoist et surtout de Floriana Lima, qui se voit vraiment mise en avant pendant ces quarante minutes.

L’originalité de ce nouvel épisode vient de là : de ce côté plus dark qui se fait ressentir dès les premiers instants, à partir de l’animosité qui se dégage de Maggie vis-à-vis de Supergirl. Pour la première fois, on voit le boulot de Supergirl remis en cause. Certes, ce n’est pas une première pour Supergirl de ne pas toujours être perçue comme l’héroïne de l’histoire, mais c’est une première que de percevoir les actions de la demoiselle comme des actes qui empirent les choses, notamment d’un point de vue légal, et malheureusement pour elle, humain. Plus sombre, nous disions donc : l’enlèvement d’Alex qui pousse ses proches dans leurs derniers retranchements. Kara et Maggie s’affrontent, se tirent dans les pattes avant de trouver un terrain d’entente, mais c’est justement intéressant d’approfondir ce nouvel aspect dans leur relation si peu exploitée. Au final, les deux personnages, bien qu’opposés sur plusieurs points, se complètent et tirent des leçons de cette tragique expérience. Les deux femmes se sont ainsi sensiblement rapprochées et c’est un fait nouveau qu’il fera bon de creuser.

L’originalité de l’épisode tient aussi du vilain : premièrement, il est humain. L’espèce que maîtrise le moins Supergirl donc, comme c’est si subtilement expliqué durant l’épisode. Ensuite, ce n’est pas n’importe quel humain : un camarade de classe, qui connait les sœurs Danvers mieux que n’importe quel autre criminel. Il les stalke depuis un an et il connait les secrets de tout le monde, Kara, Hank notamment. Quand on y pense, le personnage est si bien travaillé pour paraître infaillible malgré son statut de « simple humain » que c’en est presque risible : il sait tout sur tout depuis un an, à construit une cage pour retenir Alex avec un système sophistiqué entre informatisation et inondation. Et pourtant, depuis un an que le vilain prépare son plan, il n’a pas été fichu de faire évader lui-même son père. Risible, on vous disait. 

Enfin, la nouvelle intrigue avec Rhea et Lena est creusée en parallèle. Si Lena parait naïve et innocente, et tombe dans les griffes de Rhea plutôt facilement, on imagine bien que tout sera mis en place pour performer une fin de saison 2 à coups certains de twists divers. Malheureusement pour Lena, Kara n’a pas pu être là au moment le plus crucial pour son amie. Reste à savoir comment seront amenées et développées les choses d’ici la fin de saison qui se rapproche à grands pas.

Note : 8/10. En bref, malgré quelques faiblesses de réalisme, « Alex » nous livre l’une des meilleures performances de Benoist et Lima à ce jour. Toutefois, certains aspects de la série sont délaissés, qu’il s’agisse de Cadmus ou de personnages comme Hank et James, et on s’interroge sur cette mise à l’écart.