Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 4. Episode 16. What If.

Rédigé par Julie Debelfort
Après plusieurs semaines de pause, Agents of SHIELD revient pour son dernier arc de la saison. Dans un monde alternatif où Hydra règne en maître, c’est l’occasion de découvrir nos personnages sous un jour nouveau.

Il était difficile d’échapper à la promo pour la reprise de la série à l’occasion du seizième épisode « What If ». Jamais Agents of SHIELD n’aura autant bénéficié de posters et de coups de pub à tout va, notamment ces derniers jours où tout s’est accentué. Mais désormais, après la promo retombe aussi l’excitation de ce retour tant attendu, et c’est d’un œil plus critique et avisé qu’on lance ce dernier épisode. On reprend donc, sans surprise, exactement où on s’était arrêté il y avait quelques semaines : Daisy qui atterrit dans le framework et découvre un Ward bien vivant et en couple avec elle, Jemma enterrée (mais elle ne le reste pas longtemps), May bossant pour Hydra et Coulson en professeur anti-inhumains. Il faudra patienter pour avoir plus d’infos quant aux autres personnages : Fitz en horrible « Doc » qui prend apparemment un certain plaisir à torturer des inhumains et Aida… qui devient finalement Madame Hydra, personnage culte des comics qui se voit donc enfin adapté dans la série. 

C’est probablement dans ces retours inattendus de personnages que la série a su nous surprendre. Je dois avouer pour ma part que je m’attendais à voir Radcliffe être le fameux « Doc » et non Fitz. Quant à Jemma censée être morte, nous cherchons encore une explication à tout ça. Et c’est bien que de se dire que les choses ne sont pas évidentes ni résolues au bout d’un épisode. Fitz avec Madame Hydra par exemple, c’est une histoire qui vaudra certainement le mérite d’être plus exploitée, étant donné que Jemma est loin d’apporter que de la « douleur » à Fitz. Car quand bien même le framework est censée effacer la douleur, il y a des choses qui ne s’expliquent pas, comme le fait de retrouver Daisy à Hydra d’ailleurs, et qui dont le gêne inhumain ne s’est pas encore déclenché. Et de l’autre côté, il y a des choses complètement claires, comme Ward qui joue toujours à double-jeu quelque part, mais qui reste d’une façon ou d’une autre liée à Daisy, ou plutôt Skye. Sans compter les personnages que nous n’avons pas encore vu, comme Mack ou Mace. Qui sait, on verra peut-être même un Lincoln débarquer ou un Agent Triplett ? 

Pour cette reprise en tout cas, What if rempli les attentes sans trop en dire, mais en maintenant une certaine logique. C’est en effet cohérent que May soit à la base de ce nouveau monde où règne Hydra en maître, sachant que Radcliffe a tenu à modifier ce qui constitue la base du personnage : la mission à Bahrein. De ce fait un monde s’est effondré pour en construire un autre, et à partir de là, les choses suivent leurs cours. 

Note : 7/10. En bref, un épisode censé, où il est plutôt intéressant et même secouant de découvrir ce nouveau monde sous la tutelle d’Hydra. S’il n’est pas excellent, What If est prometteur quant à la suite de cet arc.