Les critiques // Agens of SHIELD : Saison 4. Episode 19. All the Madames Men.

Rédigé par Julie Debelfort
Plus on avance dans la série, plus la saison 4 se rapproche de sa fin. Et cela commence sérieusement à se ressentir dans ce 19e épisode qui voit les choses s’accélerer et d’autres être dévoilées pour l’avancement de l’intrigue.

Et l’action commence rapidement. Daisy retrouve ses pouvoirs d’inhumaine, et bien qu’il était appréciable de la voir sans, il faut reconnaître que sans ces derniers ses chances de survies sont assez amoindries, notamment dans un immeuble rempli d’agents d’Hydra. On a donc encore une fois droit à quelques scènes plutôt cool où Daisy s’amuse avec ses pouvoirs, et c’est Madame Hydra/Ophelia/Aida qui en fera les frais, passant littéralement par la fenêtre. Elle sera suffisamment endommagée pour obliger Aida à se retirer de la framework, petite victoire et surtout petit gain de temps pour se préparer à ce qui va suivre.

Et ce qui va suivre, c’est du lourd : Aida veut se construire un nouveau corps qu’elle veut ramener dans le vrai monde et pis encore… le Fitz de la Framework veut la suivre. Une révélation choc qui amène à se poser une seule question : quelle version de Fitz va-t-on retrouver quand l’arc sur la Framework touchera à sa fin ? De tous les personnages, Fitz est le seul à rester profondément ancré dans cette fausse réalité, à tel point que cela en devient inquiétant. Là où tous les autres ne peuvent accepter le mal qu’impose Hydra à un moment ou à un autre, il est le seul à qui cela convient, le seul même, à l’apprécier. Certes, on a pas manqué que depuis le début Simmons semble avoir un léger effet sur lui, une légère perturbation. Mais cela ne va pas au-delà, et celle-ci étant en mission avec Triplett et après avoir assisté à un meurtre de sang-froid, on est pas certain qu’elle soit pressée de lui faire  à nouveau-face. 

Autre avancée de l’épisode qui indique véritablement que l’intrigue touche à sa fin, c’est ce retournement de situation, où, avec Anton qui traîne toujours dans les parages, Aida finit par trouver la localisation de Daisy et Simmons dans le vrai monde. Or, cette information ne signifie qu’une chose : les deux agents manquent de temps alors qu’elles doivent mettre un terme à la framework, tout en sauvant ce monde virtuel quelque peu malgré elles. Monde réel ou non d’ailleurs, la framework est très travaillée et bien trop approfondie pour ne pas y rester indifférent. Entre un Trip fidèle à lui-même qui retrouve son duo avec Simmons, un Ward bon qui apporte une nouvelle perception du personnage et qui nous fait presque regretter sa mort, et un Fitz plus exploité que jamais, des pans entiers de personnages sont abordés et laissent leurs traces sur les spectateurs et les héros de la série. 

Note : 7/10. En bref, un nouvel épisode qui suit son intrigue fidèlement, avec des révélations plus concrètes qui répondent enfin aux questions de cette framewok. Mais l’arc touchant bientôt à sa fin, les choses continuent de s’accélérer et il n’est pas dit que les agents connaîtront une fin heureuse.