MOVIE | Kong Skull Island : Notre critique !

Rédigé par Pravine Barady
Le roi de la jungle est de retour, mais il ne s’agit pas d’un remake ou d’une suite, mais d’un reboot.  C'est-à-dire que Kong : Skull Island est totalement différent des versions de 1933, 1976 et 2005, et s’inscrit dans un nouvel univers qui rejoint le Godzilla de 2014 (Monsterverse). S’il n’est pas un chef d’œuvre scénaristique, Kong a quand même des atouts propres à lui qu’il exploite merveilleusement.

Synopsis : En 1970, une équipe d’explorateurs trouvent une nouvelle île inconnue située dans le Pacifique. Malheureusement, c’est ici que réside des créatures hors du commun.

Tous le monde connait ce monstre mythique du cinéma malgré ses nombreuses apparitions, la plus connue étant la version récente de Peter Jackson. On est directement plongé sur cette île grâce à cette scène d’ouverture qui paraît vraiment artificielle, à la limite du ridicule, mais elle nous permet de jeter un premier coup d’œil sur Kong, nous montrant qu’il est présent depuis la nuit des temps. Il est vrai que certaines scènes sont hilarantes alors qu’elles suivent des scènes intenses mais cela est dû à des dialogues parfois assez inutiles. Malgré la longueur des 30 premières minutes vraiment décousue et prévisible, on se retrouve enfin pas très loin de l’île, et les choses commencent à devenir fascinantes. Dès l’arrivée, avec cette scène d’action qu’on peut observer dans le trailer avec les hélicoptères. Ce Kong, de plus de 30 mètres de haut est plus fort que jamais et on ressent la monstruosité dans chacun de ses coups. La réalisation est véritablement un point fort du film, que ce soit avec les scènes d’action, qui ne cut pas chacun de ses coups, mais avec des plans assez larges qui montrent l’étendu de sa puissance. Les explosions sont là, les coups de feu sont également présents, c’est un véritable spectacle qui s’offre à nous. Les créatures sur l’île sont originales, possédant chacune des particularités physiques et des points faibles. Elles seraient apparemment inspirées des créatures de Miyazaki, et plus particulièrement de Princesse Mononoké.

Le film devient particulièrement intéressant lorsqu’on parle du rendu visuel et de l’esthétique que nous propose Kong : Skull Island. Le film regorge de couleurs, la plupart très originales comme le vert. Mais la couleur prédominante est très clairement le rouge crépusculaire, l’orange, et puis le vert puisque nous sommes sur une île. La réalisation très propre accompagnée d’une scène d’action et de belles couleurs rend le propos plus attrayant, puisque l’histoire en soi n’est pas si exceptionnelle que ça. Samuel Jackson joue ce personnage totalement insupportable, Tom Hiddleston sur-joue clairement son personnage lors des scènes d’action, et on reconnait assez rapidement qui va mourir ou rester en vie. Le point fort côté personnages, c’est la photographe interprétée par Brie Larson, on se retrouve pour une fois avec une héroïne forte qui n’est pas là uniquement pour créer une relation avec un gorille…

Note : 7/10. En bref, malgré le scénario assez banal de Kong : Skull Island, le film séduit grâce à des atouts propres et l’originalité constante du visuel. Ne partez pas avant la fin du générique, une surprise vous attend...

Bande-annonce :