Les critiques // Supergirl : Saison 2. Episode 16. Star-Crossed.

Rédigé par Julie Debelfort
Supergirl revient pour un seizième épisode plutôt centré sur Mon-El avec une légère histoire secondaire concernant la copine de Winn. Attention rupture, mensonges et révélations du passé de Mon-El sont enfin au rendez-vous.

Avant toute chose, intéressons nous aux personnages de Queen Rhea (Teri Hatcher) et Lar Gand (Kevin Sorbo), les parents de Mon-El. On pouvait dire qu’après leurs deux mystérieuses apparitions en tout et pour tout dans la série avant Star-Crossed, on attendait vraiment quelque chose de leur venue sur  Terre. Au lieu de cela, on est quelque peu déçu devant l’importance mineure de Rhea et Lar, seulement, et quelque peu logiquement certes, attirés par le retour de leur fils pour réunir le peuple de Daxam. Déception car on les a à peine vraiment vu, et on ne sait pas grand-chose sur eux. On s’attendait à ce que leur présence soit plus conséquente dans ce seizième épisode et qu’elle apporte quelque chose en plus, peut-être des frissons, une menace nouvelle, quelque chose. Mais présenté tel quel, les deux personnages ne sont rien de plus que deux parents soucieux de leur peuple qui se fichent comme de leur première couche culotte de National City ou de Supergirl. Si ce n’est pas plus mal de ne pas tomber sur de nouveaux aliens mauvais par excellence, ça en reste presque risible. D’autant plus qu’on désire vivement que Teri Hatcher trouve le moyen de partager une scène à l’écran avec Dean Cain, respectivement Rhea et Jeremiah, anciennement Lois & Clark tout de même ! Pour finir avec Rhea et Gand, autre questionnement : la venue d’un super gros vaisseau doté d’une artillerie à en faire jalouser le General Lane et d’aliens possédant quelques super-pouvoirs, tout de même, n’inquiète pas plus que ça les habitants de National City ? Il y a de quoi se poser des questions, surtout avec l’histoire de Cadmus et son slogan anti-aliens.

Toutefois, cet épisode n’est pas vraiment centré sur les parents de Mon-El, comme on le constate, mais bien sur l’impact que cette arrivée et les révélations qu’elle implique a sur la relation Kara/Mon-El. S’il est une chose qu’on commence à comprendre dans Supergirl, et dans un peu près toutes les séries existantes possibles, c’est qu’il n’est jamais bon de mentir. Encore moins quand on est engagé amoureusement envers quelqu’un. Encore moins quand on s’appelle Supergirl avec des valeurs et une certaine morale bien ancrées en elle. Forcément, Mon-El a payé le prix fort de ces mois passés à lui mentir, et il faut reconnaître qu’il n’a vraiment pas assuré. Le Prince de Daxam, lâche, qui a laissé l’asservissement régner sur sa planète, qui en a même allègrement profité. Alors certes, il a appris de ses erreurs depuis son arrivée sur Terre… mais on ne doute pas que les scénaristes vont prendre un malin plaisir à jouer de ces cachoteries et de ces différences d’éducation,  de valeurs et opinions qui creusent encore un fossé entre Mon-El et Kara. C’est un peu ennuyant, on ne va pas se mentir. A ce train là, Kara aura le temps de rompre quinze fois avec Mon-El avant de sauver National City une nouvelle fois.

Enfin, Star-Crossed a voulu joué sur deux plans, puisque Winn subit à son tour les frais de manipulations et de mensonges par sa petite-amie alien, Lyra. Si le motif du mensonge est différent, puisqu’il était destiné à sauver le frère de Lyra, il n’en reste pas moins que l’idée de base est similaire, soit mentir à son partenaire, quelle originalité ! La différence étant peut-être qu’une cause est plus noble que l’autre, et aussi que Winn semble réellement attaché à Lyra, jusqu’à lui pardonner. Bien entendu, Mon-El aime Kara et inversement, mais il y a déjà eu trop de passif entre les deux pour que les choses se passent aussi aisément.

Note : 3/10. En bref, un épisode assez ennuyant et décevant. L’apparition de Teri Hatcher et Kevin Sorbo nous laisse sur une note d’inachevé tandis que les multiples mensonges et révélations à tout va sur Mon-El propices à une énième rupture commence à nous lasser.