Les critiques // Supergirl : Saison 2. Episode 15. Exodus.

Rédigé par Julie Debelfort
Alors que le retour de Jeremiah Danvers perturbe Alex, Cadmus en profite pour déclencher une nouvelle action à l’encontre des aliens… Un épisode qui se recentre un peu plus sur les relations familiales et l’importance de ces dernières dans la série.

Supergirl… Kara Danvers, la super-héroïne de National City. Mais loin d’être la seule. Et quand ce n’est pas une petite bande de mecs désireux de recentrer la caméra sur eux, c’est Alex Danvers qui prend toute son importance. Alors qu’on craignait, des suites du précédent épisode, que la relation entre les deux sœurs ne se relève pas du retour de Jeremiah, il semblerait que ce soit tout le contraire. Exodus, c’est l’occasion de voir Alex sous un nouveau jour, et qu’est-ce que cette saison 2 de Supergirl permet aux scénaristes d’explorer toutes les facettes de la jeune femme !  Si la saison 1 était dédiée au coming-out de Kara en tant qu’héroïne et femme à part entière, cette deuxième saison est largement faite pour que ce soit au tour d’Alex de s’épanouir, d’abord en tant que femme aimant les femmes, et maintenant en tant que femme prête à mettre sa famille en avant, et on ne peut lui reprocher.

C’est peut-être bien la leçon de cette série, féministe à ses heures. Sauf qu’ici, le féminisme ne passe pas que par des femmes de pouvoir et fortes à toute épreuve. Ce sont les femmes en leur entièreté qui sont présentées à l’écran, avec leurs faiblesses, leurs blessures, leurs complexités. Kara n’y a pas échappé, et certainement pas Alex qui doit faire face à ses propres choix moraux alors qu’elle est acculée au mur, presque poussée à choisir entre son job et sa famille. S’il y a un vrai conflit d’intérêt, il n’empêche que les actions sont rudement menées et réalisées avec justesse. Quel que soit les avis qui opposent les différents protagonistes, ils sont tous justifiés et trouvent une explication rationnelle largement compréhensible. Les personnages sont purement humains, leurs actions et émotions suivent une logique propre à leur raison d’être, et Supergirl s’affiche clairement comme une série qui aime mettre ses personnages en avant et rester dans le réalisme, de manière générale.

Supergirl fait également, écho à la réalité, notamment avec toute cette histoire de Muslim Ban commandé par Mr. Trump. Si nous n’allons pas nous perdre en politique, il faut reconnaître que la série est habilement utilisée pour faire passer un message de paix de manière générale et d’acceptation. Enfin, avec le retour de personnages comme James (bon sang, même sa courte apparence en Guardian était bad-ass, pour une fois qu’on apprécie le nouveau héros) et l’aide de Lena Luthor, l’épisode fut à la hauteur de nos attentes après les événements engendrés par le retour de Jeremiah.

Note : 7/10. En bref, un bon épisode qui voit la série suivre sa route. Kara ayant perdu son boulot, on se demande néanmoins ce qu’il va advenir d’elle tandis que le passé de Mon-El le rattrape et risque de tout changer.