Les critiques // The Walking Dead : Saison 7. Episode 10. New Best Friends.

Rédigé par Julie Debelfort
On avait laissé Rick et son groupe face à une nouvelle communauté qui semblait peu accueillante. Cette semaine, on retrouve toujours un Rick confiant, prêt à tout pour rallier n’importe quel groupe à sa cause, y compris ceux qui sont, au premier abord, des ennemis. 

Si la nouvelle communauté nous intrigue, ce n’est pas tout de suite que nous allons en savoir plus sur eux. New Best Friends choisi de s’intéresser en première partie au Royaume et à son histoire compliquée avec les Sauveurs. Plus ça va, moins les gens du Royaume sont respectés et bien traités par les Sauveurs, mais rien n’arrive à faire changer Morgan et Ezekiel d’avis. Que leur faut-ils donc pour comprendre que les Sauveurs sont sans pitié et qu’un jour ou l’autre ils se retourneront contre eux ? Suffit de voir Richard et même Morgan se prendre des coups dans la tronche gratuitement, ça montre tout ce dont est capable le groupe de Negan. Il est intéressant de voir à quel point les deux pacifistes de cette série s’accrochent à leur idéologie alors qu’ils font certainement partie de ceux qui ont le plus souffert de ce nouveau monde (Morgan qui a perdu sa femme et son fils, ne l’oublions pas). Ils ont cet espoir en eux qu’ils n’avaient pas il fut un temps, et c’est presque ironique de remarquer à quel point ils s’ancrent dans une opinion presque surfaite et incohérente en vu du monde actuel. Deux points de vue s’opposent ainsi radicalement depuis cette reprise de saison, et il est difficile de ne pas avoir un avis tranché sur la question, bien qu’on comprenne les deux avis. Mais il faut dire ce qui est : ni Ezekiel ni Morgan n’étaient présents au moment de la mort d’Abraham et Glenn. De ce fait ils ne peuvent décemment vraiment se rendre compte de ce qui motive Rick et son groupe, et ne peuvent que supposer que ne rien faire vaut mieux que se faire tuer. Ce qui n’est pas faux… mais à quoi bon s’accrocher à la vie, à cette idéologie de paix à peine maintenue si on ne peut vraiment profiter, être heureux un minimum de cette vie ? 


Pendant ce temps, et c’est les fans qui ne s’en plaindront pas, on retrouve Daryl au Royaume et ce dernier récupère une arme qu’il apprécie : une arbalète. Certes, ce n’est pas celle que Dwight lui a volé, m’enfin on ne peut pas tout avoir d’un coup. En attendant cette petite scène permet de vraiment s’intéresser à Richard et surtout de voir jusqu’où il est prêt à aller pour que son chef s’engage en guerre contre Negan. C’est assez effrayant et malsain de voir qu’il est prêt à sacrifier une personne chère à Ezekiel pour le faire bouger. Quelles sont ses limites à ce niveau là ? S’il est évident qu’il y a toujours des sacrifices dans n’importe quelle bataille, il y a toutefois une moralité également qui s’y perd. Fort heureusement Daryl ne suit pas son plan en se rendant compte que Richard veut sacrifier Carol, et préfère la rejoindre pour s’assurer de son état. Vis-à-vis de cette réunion s’ensuit des paroles polies et enfin le fameux moment où Carol demande comment va le groupe. Et là… c’est le drame. Daryl lui ment, et The Walking Dead n’échappe pas aux clichés présents dans toutes les séries : mentir, encore et toujours, pour protéger l’être aimé. Oui bien sûr, c’est beau, c’est bien, ça part d’une bonne intention. Mais quelle sera la réaction lorsque Carol apprendra la vérité ? Quand elle recevra sa culpabilité en pleine tronche en réalisant que Glenn et Abraham sont morts en son absence ? Ne nous méprenons pas. On comprend le geste, mais on sait aussi comment va réagir Carol si elle découvre toute la vérité. Et cela risque de faire mal. 

Enfin, pour conclure l’épisode, Rick fait face à Jadis, leader de cette étrange nouvelle communauté, qui agit légèrement à la sauce Negan : sans massacrer qui que ce soit, elle fait partie de ces gens qui prennent aux autres, sans se fatiguer. Ni une ni deux, toujours avec un sourire en coin, Rick débute la négociation. Après un premier refus, Jadis entrevoit la possibilité de conclure un accord sur les arguments de Gabriel. Là encore, ce personnage prend une ampleur qu’on n’entrevoyait pas il y a encore quelques épisodes. Sans son habit religieux, Gabriel apparaît sous un autre jour, misant tout sur ce leader en qui il n’avait pas confiance en premier lieu. Une évolution presque extrême, mais qui fait du bien après toute cette mauvaise période que vient de traverser Rick. Ainsi ce dernier s’engage dans un combat contre Winslow : un rôdeur à l’allure très… originale, transpercé de partout. Si le monstre fait peur au premier abord, c’est presque avec facilité que le combat prend fin et que Rick passe un accord avec Jadis et son groupe. Pour le moment, tout ça reste assez vague et flou, notamment les intentions de Jadis qui sont toujours énigmatiques (quel était son intérêt à prendre Gabriel avec elle ?). En attendant, Rosita fait toujours sa rebelle, et ça commence à nous agacer : à croire qu’elle n’a pas saisit que ses conneries ça allait bien deux minutes. N’oublions pas Tara, qui se fait gentiment rappeler par Rick qu’elle peut les guider et leur dire où ne pas fouiller pour leur future quête d’armes. Va-t-elle craquer et finir par leur avouer l’existence d’Oceanside ? C’est le mystère, mais sachant les propos de Scott Gimple à ce sujet qui disait qu’on n’en avait pas fini avec ces femmes, il y a fort à parier que Tara n’aura d’autres choix à un moment donné que de mentionner leur existence.

Note : 7/10. En bref, un épisode assez tranquille, sympathique à regarder. On assiste enfin aux retrouvailles Carol/Daryl et on est plutôt heureux du développement que subit Gabriel.