Les critiques // Supergirl : Saison 2. Episode 12. Luthors.

L’épisode de cette semaine fait revenir Cadmus et Lilian Luthor sur le devant de la scène alors qu’en parallèle on se questionne sur la fiabilité de Lena. Malgré une longue interruption où Les Luthors n’ont plus été vu, « Luthors » amène un brin de fraîcheur dans la série.

On ne peut parler de Luthor sans penser à Lex Luthor en tant que plus grand ennemi de Superman. Alors évidemment, il ne peut y avoir une série Supergirl, cousine de Superman, sans que Les Luthors trouvent leur place dans le paysage. Mais là où la relation Lex/Clark Kent est plus que mis en avant, que ce soit dans les comics, la série Smallville voire plus récemment le film Batman vs Superman mais à moindre échelle, Supergirl se contente de mentionner par-ci par-là Lena, et de la voir apparaitre occasionnellement le temps d’un épisode entier ou de quelques minutes à peine. Difficile à dire si ce degré de présence aussi inégal est vraiment voulu par les scénaristes ou si c’est par crainte que les Luthors ne soient pas bien acceptés par les spectateurs. Toujours est-il que cet épisode spécial fait vraiment du bien : on ne se perd pas dans une multitude de petites intrigues différentes éparpillées par-ci par-là dans la série et on se concentre sur un seul point : Cadmus et son but ultime d’éradiquer les aliens, plus précisément Supergirl. 

« Luthors » éclaire également un peu plus la teneur de la relation entre Kara/Lena. Depuis que cette dernière a fait arrêter sa mère, nous n’avons pas eu de ses nouvelles : si bien qu’on ne savait pas si elle en voulait à Kara, si Kara l’avait revu, si Lena avait changé d’une quelconque manière… Ici, on sent que du temps a passé depuis l’arrestation de Lilian, mais Lena, en apparence, reste toujours cette fille solitaire et en manque d’affection. La relation entre Kara et Lena n’a jamais été aussi forte et soudée, et c’est une véritable amitié qui est nouée. Vis-à-vis de Supergirl toutefois, les choses peuvent être différentes. Supergirl a sauvé la jeune Luthor, mais nous n’avons pas eu de retour après ça. Il est presque dommage en vérité que Lena ne sache pas qui se cache derrière l’identité de Supergirl. Il est peut-être trop tôt pour une telle révélation, mais il n’y a pas de doute que cela apporterait une toute nouvelle dynamique et bien des choses intéressantes entre les deux personnages.

Enfin, l’épisode a dévoilé de courts flashbacks des Luthors. On apprend ainsi qu’elle est la nature exacte de Lena, qui est finalement vraiment une Luthor, et pas seulement une fille adoptée qui hérite d’un nom méprisable et méprisé. L’épisode exploite encore un peu plus la relation mère/fille, et il  y a toujours ce sentiment de manipulation, de froideur mais d’un besoin de dépendre de l’un et de l’autre pour exister. C’est malaisant, presque dérangeant mais cela fonctionne si bien. On doute à chaque fois de Lena quand bien même le vrai démon n’est autre que Lilian. Le dernier flashback, énigmatique, nous fait toutefois douter pour de bon de Lena. On sent que quelque chose la tracasse et qu’elle n’est peut-être pas aussi innocente qu’elle ne le laisse penser à Kara. Il est intéressant de noter également le peu de flashbacks présents dans Supergirl. A chaque fois c’est l’enfance de Kara qui est mise en avant, et cette fois-ci les choses ont été différentes. Les flashbacks ont ce but d’apporter des informations par bribes, et les scénaristes n’en abusent pas, si bien que ces moments passent bien et s’intègrent avec justesse dans la série.

Note : 8/10. En bref, un excellent épisode avec les Luthors sous les projecteurs qui méritent définitivement plus de temps à l’écran. L’histoire de Metallo est toutefois un peu bâclée, on ne sait pas ce qu’il va advenir de ce personnage mais lui aussi était un ennemi prometteur. On en redemande.