Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 4. Episode 11 & 12. Wake Up/Hot Potato Soup.

Rédigé par Julie Debelfort
Retour sur les deux derniers épisodes d’Agents of SHIELD, qui se focalise de plus en plus sur l’intrigue principale autour des LMD. Des trahisons et des révélations sont au cœur de « Wake Up » et « Hot Potato Soup ».

C’est véritablement à l’issue de ces deux épisodes que la saison 4 d’Agents Of SHIELD plonge dans la seconde moitié de son deuxième arc. Si on sent la fin de l’intrigue sur les androïdes approcher, il n’en reste pas moins que l’histoire est rudement menée avec une bonne réalisation. Au cours de ces deux derniers épisodes, les actions s’enchaînent à une vitesse hallucinante, et les rebondissements semblent ne jamais prendre fin. A commencer par l’explication sur l’échange entre la vraie May et son double robotisé : c’est un flashback qui nous expliquera comment elle a pu ainsi être trompée et se retrouver prisonnière d’Aida et du Dr Radcliffe. Mais la vraie May n’est pas seulement une prisonnière, puisqu’elle inspire véritablement son double, à l’aide notamment de ses sentiments et de ses souvenirs. Un point important à retenir, puisque c’est avec émotion qu’on voit s’effectuer un changement pour le personnage de May, à travers son LMD. Non seulement Radcliffe joue tristement avec ses souvenirs dans l’objectif de la « rendre heureuse », soit en revenant sur l’épisode de Bahreïn qui lui donna son surnom de cavalerie, mais en plus il l’amène à se dévoiler émotionnellement parlant vis-à-vis de Coulson. Malheureusement c’est bien le robot qui embrasse Phil et non la vraie May, ce qui revient quasiment au point de départ : cœurs brisés, sentiments de trahison et de tromperie à n’en plus finir. Quoi qu’il en soit les scénaristes jouent habilement avec l’émotion aussi bien des personnages que des spectateurs et on se prend justement au jeu. Un pari réussi donc, et une superbe façon d’explorer plus en avant le personnage de May et sa relation étroite avec Coulson.

En parallèle, on en apprend un peu plus sur Mack. La encore, c’est sa relation avec Yo-Yo qui permet d’exploiter un peu plus cet agent qui a sempiternellement cette aura de mystère et de tourment qui l’entoure. On réalise donc qu’il a eu une fille qu’il a perdu quelques jours après sa naissance, et qu’il reste lié à une certaine Nicole, son ex. Si à l’heure actuelle on ne sait pas encore le but véritable de cette révélation, on est forcé de reconnaître qu’il était temps d’en apprendre un peu plus sur Mack. On s’attendrit toujours autant pour lui, même si, d’une certaine façon, on est moins attaché à cet agent qu’aux autres. Un sentiment mitigé ressort donc vis-à-vis de cette confidence. Nous n’oublions pas qu’effectivement, juste avant que le Ghost Rider ne disparaisse, il semblait déterminé à affronter les ténèbres et à se venger de quelque chose, et on a donc ce sentiment qu’on n’est pas au bout de nos surprises avec Mack. De la même manière, on s’imprègne un peu plus du passé de Fitz, vis-à-vis de son père, du lien proche qu’il a développé avec Radcliffe et qui est en rapport avec son passif émotif douloureux à aborder pour lui. C’est assez bref, presque incongru, mais ça marche, et cela permet également de voir Fitz-Simmons renouer naturellement.

D’un autre côté, l’intrigue concernant les inhumains poursuit son petit bonhomme de chemin, et surtout elle se retrouve maintenant entièrement mêlée à celle sur les LMD. C’est, au début, assez compliqué et perturbateur de voir ces deux histoires s’entrecroiser, puisque Radcliffe finit par travailler avec la sénatrice Nadeer qui veut se débarrasser de tous les inhumains, tout en conservant également la partie « Darkhold », qui traîne depuis l’apparition du Ghost Rider. Tout se mélange donc, et si cela finit par prendre son sens et s’emboîter assez logiquement, au bout du compte on est tout de même perdu et il faut vraiment patienter la fin du 12ème épisode pour comprendre l’entièreté de cet arc de la série.

Note : 7/10. Ces deux épisodes se complètent et vont de révélations en révélations. S’il est parfois dur de retrouver sa route dans les différentes intrigues mises en place au sein de ce second arc, Agents of SHIELD succède largement dans ses histoires et réussit toujours autant à nous accrocher, tant on veut voir le bout de ces storylines.