Les critiques // Supergirl : Saison 2. Episode 9. Supergirl Lives.

Rédigé par Julie Debelfort
Après une longue pause hivernale, les séries de l’Arrowverse font leur grand retour. Et cette semaine débute avec le neuvième épisode de Supergirl, qui creuse les caractères de certains personnages.

Ce neuvième épisode est un produit tout beau tout frais livré par Kevin Smith. Le nom vous dit quelque chose, peut-être pas, toujours est-il qu’il y avait eu une grande promotion à travers plusieurs articles sur cette « participation exceptionnelle ». Et si on s’attend à quelque chose d’extraordinaire parce que c’est lui qui a dirigé l’épisode de A à Z…et bien force est de constater que l’épisode ne se démarque pas du tout d’un autre. Alors certes, c’est intéressant de voir les terriens sur une autre planète que la Terre, et qui en plus voit une Supergirl affaibli par le soleil rouge de cette dernière, et c’est intéressant de ramener un alien présent dans le crossover des séries de l’Arrowverse. Mais mis à part ça, il n’y a pas grand-chose de plus à dire. Nous ne parlerons pas des effets spéciaux qui laissent un peu à désirer, d’autant plus sur cet épisode de retour. Toutefois, la série ayant été reprise par la CW, forcément ça se ressent sur le budget alloué pour la production de Supergirl, ce qui est donc facilement pardonnable.

On creuse un peu plus la relation Maggie/Alex, qui s’étaient donc rapprochées lors du huitième épisode. En moins de 40 minutes, elles ont frôlé le bonheur absolu puis ont failli rompre, avant de se laisser une nouvelle chance. Une relation donc exploitée de manière incongrue : déjà qu’elles ont beaucoup hésité à se mettre ensembles, si en plus on en rajoute toutes les deux minutes en misant sur le stress d’Alex Danvers qui en vient à faire fuir Maggie… rien ne va plus. Alors oui, c’est bien de s’intéresser aux relations extérieures au personnage principal de la série, mais ce n’est pas une raison pour aller trop vite et vouloir jouer les principaux rebondissements sur ça. On est donc assez perplexe, vis-à-vis de ces moments entre le nouveau couple phare de la série. Couple dont, on imagine bien, on pourra difficilement passer à côté, tant il est mis en avant. Et si dans un sens, on approuve entièrement ce duo, d’un autre côté, on se dit qu’il n’y a pas que ces « love interests » à explorer dans Supergirl. Heureusement cependant, Alex a retrouvé de sa badassitude comme on l’aime et on en redemande.

D’un autre côté, on en apprend plus sur Mon-El. Ou du moins, on découvre qu’il n’est pas aussi naïf et désintéressé qu’il semble être. Il est recherché par de mystérieux aliens, et on ne sait ni par qui ni pour quoi. Tout ce qu’on se doute, c’est qu’il a beaucoup de choses à cacher et que cela risque de faire mal quand la vérité va éclater. D’autant plus que la encore les scénaristes jouent beaucoup sur la relation entre Kara et Mon-El. On imagine sans peine le cliché à venir, avec une Kara qui va tomber amoureuse d’un Mon-El tout gentil et qui va découvrir ses secrets et finir le cœur brisé. Peut-être y allons-nous trop fort, on est prêt à prendre les paris et on espère même avoir tort. Dans tous les cas, on attend la suite avec scepticisme.

Enfin, cet épisode a fait la part belle à Winn. En tant que coéquipier de l’ombre de The Guardian, Winn doit parfois se mouiller la chemise pour l’aider à arrêter des malfrats. On exploite un peu plus ce personnage qui était jusque là resté tranquille derrière son écran, et de même, à la manière de Maggie et Alex, Winn passe par toutes les étapes pour évoluer en un seul épisode. Là encore, on a ce sentiment que tout est trop rapide : au début de l’épisode, Winn se fait battre par un vilain et a peu de revenir sur le terrain, à la fin il devient le McGyver de l’univers prêt à sauver le monde entier. C’est un peu gros, très exagéré, et c’en est presque agaçant. 

Note : 5/10. En bref, un retour très moyen pour Supergirl, qui nous laisse sur un avis mitigé. Si l’idée de toujours exploiter un peu plus les personnages secondaires est bonne, Supergirl Lives nous laisse sur notre faim. Kevin Smith, présent sur un seul épisode, semble avoir voulu tout faire d’un coup, ce qui n’est pas forcément attrayant ou bénéfique pour les personnages. Et nous ne parlerons pas de la présence de sa fille, Harley Quinn Smith, qui n’a pas eu vraiment d’utilité, si ce n’est de servir brièvement d’excuse pour Supergirl et Mon-El d’atterrir sur une planète étrangère. Heureusement, on aura au moins eu droit de revoir Roulette, une humaine sans scrupules qui est définitivement un ennemi à la hauteur de Supergirl.