MOVIE | Star Wars Rogue One : Notre critique !

Rédigé par Pravine Barady
Gareth Edwards a été solide et ses épaules n’ont pas craqué. Parce qu’être à la tête d’un spin-off sur l’univers le plus connu au monde n’est pas de tout repos. Star Wars : Rogue One fait parti de la trilogie spéciale mettant en avant un événement ou un personnage des films d’origines. Nous verrons notamment une origin-story sur le regretté Han Solo…

Synopsis : Ce spin-off est situé juste avant l’épisode 4 intitulé « Un nouvel espoir ». L’Alliance rebelle apprend l’existence de l’Etoile de la mort et veulent à tout prix la détruire.

Avouons-le, sur le papier, le film parait tout simple et le synopsis très banal. Il faut bien évidemment suivre la trame principale afin de ne pas défaire la logique des films d’origines et y insérer le spin-off. Ce que fait brillamment Gareth Edwards, le réalisateur du fameux Godzilla, réussi uniquement visuellement. En effet, il parvient à créer un spin-off quasiment parfait, en s’éloignant des anciens Star Wars. Si le personnage principal est féminin, il y a une raison à cela, c’est tout simplement pour mettre en avant l’histoire de Jyn Erso, la fille d’un scientifique de l’Empire. Et cela marche parfaitement bien : son histoire est retracée très rapidement au début et elle ne prend pas non plus une place considérable, elle est traitée comme les autres personnages, au même niveau. En parlant d’elle, son père, incarné par Mads Mikkelsen, a l'allure parfaite pour incarner un Jedi. Son aisance et son talent est indéniable, il met en avant ses qualités émotionnelles dans ce film. Les autres personnages sont également très imposants et on aimerait en savoir plus sur eux, comme par exemple Chirrut et Baze… A-t-il un lien avec les Jedis ? D’où lui vient sa dextérité au combat ? 

Comparé aux autres films, celui-ci est vraiment particulier et se démarque magistralement du reste. Prenons tout d’abord en compte que Star Wars est un univers dense, tellement dense qu’on ne connait pas tout. Et bien dans Rogue One, on voyage 3x plus que dans n’importe quel autre film. C’est quelque chose d’assez logique, et pourtant, on découvre des planètes et on voit à quoi elles ressemblent. Le décor est par ailleurs très caractéristique de Star Wars, et l’espace en soi est très bien gérée. Le rendu visuel et les effets spéciaux sont géniaux, surtout que c’est un film de guerre et que  les explosions sont plus nombreuses que dans n’importe quel autre film. Quand l’Etoile de la mort attaque la ville et que nous voyons le paysage s’écrouler, l’esthétique est tout simplement magnifique. En parlant d’action, la séquence finale est peut-être trop longue et le combat s’éternise… C’est le seul défaut qu’on pourrait inscrire au film.

Il en va sans dire qu’il y a énormément de références à des événements et à des personnages. Et pourtant, on prend un malin plaisir à voir certaines créatures faire un caméo dans le film. Dark Vador, quant à lui, était présent dans le trailer. On ne le voit pas beaucoup, mais une de ces scènes est tout simplement ahurissante. On espère le revoir bientôt dans un rôle plus conséquent. C’est Michael Giacchino qui orchestre la bande-originale, et il nous impressionne vraiment. Elle est fascinante et il reprend à notre plus grand plaisir quelques airs qu’on a déjà pu entendre dans Star Wars. 

Note : 9/10. En bref, Star Wars : Rogue One est un spin-off réussi sachant combiner à la fois un bon scénario et des personnages travaillés. Malgré la dernière séquence très longue, le film a un rythme régulier qui divertit parfaitement.

Bande-annonce :