Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 4. Episode 8. The Laws of Inferno Dynamics.

Rédigé par Julie Debelfort
C’est l’heure pour la série d’ABC de clore son arc concernant Ghost Rider et le Darkhold et de nous laisser patienter jusqu’à début mi-janvier pour retrouver nos agents préférés. Retour sur ce winter-finale finalement pas aussi exceptionnel que ce qu’on aurait voulu.

Après 4 semaines d’absence, Agents of SHIELD était revenu pour son septième épisode en beauté, misant sur une double perspective et sur ce côté sombre qui lui est propre depuis cette saison. Et si on s’attendait plus ou moins à un winter finale quelque peu spectaculaire, force est de constater que ce n’est pas le cas : en réalité, on se débarrasse facilement d’Eli Morrow, Ghost Rider disparait mais tout le monde a l’espoir de le revoir, Daisy reprend du service au SHIELD. En bref, si ce n’est pour Aida qui tourne aussi mal qu’Ultron et retient l’Agent May prisonnière, c’est comme si tout allait pour le mieux. L’épisode en soit est bon, mais beaucoup moins dynamique qu’attendu. Malgré de très bons points positifs, avec notamment le retour de Yo-Yo – en même temps avec la web-série spin off annoncée, il fallait bien marquer le coup- et Jeffrey Mace qui ose aller sur le terrain avec son propre costume, on reste sur notre faim. 

Le fait est qu’il s’agit là d’un épisode de saison habituel, et non d’un winter-finale. Il n’y a pas vraiment de plot-twist ou de cliffhanger : c’est à peine si le fait de voir Aida se retourner et kidnapper May est une vraie surprise. En soit, forcément c’est étonnant, mais ça revient presque à se demander si Coulson, Fitz et Robbie sont morts ou non à la fin de la saison 6. Et encore, cette question était relativement plus prenante. Le défaut de cet épisode réside en ce manque d’apparitions : que ce soit de May pour qu’on remarque son absence ou encore du Ghost Rider qui n’a eu droit qu’à une longue discussion avec Eli avant de le tuer et de disparaître mystérieusement. L’épisode est bâclé, il manque quelque chose, tout se passe vite sans vraiment avoir le temps de profiter de l’action en elle-même. 

Toutefois, il faut reconnaître que ce début de saison s’est révélé plus que prometteur : les nouveaux personnages ont été introduits avec brio, Gabriel Luna défiant toutes les critiques et tout simplement parfait dans le rôle de Ghost Rider, au même titre que l’a été Jon Bernthal pour le Punisher. Aida, bien que plus discrète, est toute aussi intéressante : après tous ces bons épisodes, on se dit forcément que les scénaristes nous préparent quelque chose d’original et non une simple copie d’Ultron. Malgré un long passage à vide de Daisy dans sa quête solitaire, on est rassuré de la revoir rejoindre à nouveau le SHIELD : son côté martyr et solo finissait plus par agacer qu’autre chose. La perspective d’en apprendre plus sur Mack et de revoir Yo-Yo à nouveau nous enchante, au même titre qu’on va aimer savoir ce qu’il va advenir de May, en sachant qu’un double d’elle traîne dans les parages sans que personne n’y voit du feu… du moins pour l’instant.

Note : 6/10. En Bref, malgré un winter-finale plutôt banal, cette saison d’agents of shield dépasse toutes nos espérances. Si l’arc du Ghost Rider semble clos, on espère le revoir rapidement dans la deuxième partie de saison à venir en janvier 2017.