MOVIE | Fantastic Beasts and Where to Find Them : Notre critique !

Rédigé par Pravine Barady
Cinq ans après le dernier film de la saga Harry Potter, le studio Warner Bros décide de créer un spin-off de celui-ci. Intitulé "Fantastic Beasts and Where to Find Them", c’est David Yates qui le réalise (déjà présent lors d’Harry Potter 5, 6, 7 partie 1 et 2). La spécificité du film est le fait que J.K.Rowling joue le rôle de la scénariste, on pourrait donc penser que le film sera forcément réussi, sauf que ce n'est pas le cas...

Synopsis : En 1926, Norbert Dragonneau débarque à New York après un long voyage à la recherche de créatures. Sa tranquillité est tout de suite mise à rude épreuve puisque des créatures s’échappent et un mal rode dans les parages…

Un projet ambitieux qui partait bien pour un film finalement pas très rassurant. Les fans, les « Potterhead », aimeront forcément le film puisqu’il y a de nombreuses références aux livres (Gellert Grindelwald en fait parti), mais également parce qu’ils ne peuvent pas atteindre une certaine objectivité sur l'univers d'Harry Potter. C’est bien évidemment un film qui plaira aux fans parce qu’on ressent une certaine forme de magie.

Le rendu visuel est simplement éblouissant, les créatures ont un design qui plaira à tous et la 3D a un rôle assez utile. L’utilisation de la magie est également assez bien gérée, même si on aurait aimé en voir un peu plus. Mettre en avant un sorcier adulte, sachant déjà utiliser la magie avec brio change d’Harry Potter. On a l’impression de suivre quelqu’un qui est déjà au top de sa forme, c’est l’effet que donne Norbert Dragonneau. Un trio est d’ailleurs présent en quelque sorte comme dans Harry Potter : Norbert, Tina, Jacob.

Mais voilà, les défauts sont omniprésents et on peut tomber assez rapidement dans l’ennui. Le film manque de contexte, on est plongé directement en 1926 sans la moindre explication sur ce qu’il se passe, ou ce qu’il en est des sorciers. On est donc véritablement perdu, surtout que quelques personnages sont mal introduits, comme Norbert, Goldstein, Graves… Le monde de la magie et l’institution gérant celle-ci est présentée de manière descriptive, directement à l’écran. Mais c’est tout. On aurait quand même aimé connaitre plus de choses sur des personnages comme Graves ou Croyance.

La prévisibilité rend le film insupportable à suivre, tous les événements sont devinables et les personnages font exactement ce qu’on pense qu’ils vont faire. Si vous pensiez être surpris par un bon scénario, vous vous trompez. Il y a deux trames dans le film : celle de Norbert Dragonneau à la recherche des créatures évadées, et celle de la famille Bellebosse qu’on découvre petit à petit. L’agencement entre les deux intrigues se fait vraiment très mal, on voit très bien qu’une des deux trames prend le dessus sur l’autre et le mélange fun (Norbert) et dark (Graves et la famille Bellebosse) passe très mal. En parlant de fun, le film est vraiment lourd au niveau de l’humour. Le personnage de Jacob véhicule un humour propre à lui répété sans cesse dans le film. A un certain moment, on perd l’envie de rire même si les blagues ne sont pas si mauvaises. Les personnages sont d’ailleurs vides, il n’y a rien d’intéressant chez eux. Ils manquent de personnalité et d’âme, comme le film. Ezra Miller est également un personnage qui semble avoir de l’importance mais au final, il ne sert à rien… 

On se demandait tous ce qu’allait donner le rôle de Johnny Depp. Son caméo dure moins d’une minute, mais c’est probablement le personnage le plus impressionnant du film. Blond, cheveux rasés sur le côté, regard sombre, Johnny Depp incarne à merveille Gellert Grindelwald, et on espère sincèrement qu’il jouera un rôle majeur dans le second opus. Albus Dumbledore est également confirmé pour le second opus. 

Note : 3/10. En bref, Fantastic Beasts and Where to Find Them est un film sans saveur qui parvient à se perdre dans un scénario mal écrit du début à la fin, même le twist final ne sauve pas le film puisqu’il est rapidement traité. Est-ce qu’on a envie de voir la suite même en ayant pas aimé le film ? (Malheureusement ?) Oui, parce qu’on veut voir Johnny Depp et Dumbledore, et la suite pourrait corriger les défauts de ce premier opus, mais on y croit pas trop. 

Bande-annonce :