Les critiques // The Walking Dead : Saison 7. Episode 3. The Cell.

Rédigé par Julie Debelfort
Après un épisode très calme et posé la semaine précédente, The Walking Dead revient nous montrer la dureté du fonctionnement des Sauveurs, sous le joug du terrible Negan.

Enfin, on revoit Daryl. Beaucoup de fans ont été déçus la semaine dernière par son absence remarquée, malgré l’importance du Royaume dans la suite de la série. Pour autant, si on a aimé en apprendre plus sur le Roi Ezekiel, on devait bien reconnaître que le groupe de Negan et son fonctionnement, ça nous titillait un peu. D’autant plus que Daryl a été fait prisonnier dans le season premiere et que les propos de certains acteurs ne nous rassuraient pas forcément sur son état. Et avec raison, puisqu’on retrouve un Daryl à bout de force, torturé psychologiquement puis physiquement bien plus tard dans l’épisode. Loin de craquer devant Negan qui veut en faire son sbire, et malgré sa culpabilité qui lui pèse énormément sur les épaules, Daryl préfère supporter son triste sort plutôt que de devenir un homme de main de Dwight. Et si c’est tout à son honneur, plus d’une fois le spectateur s’est surpris à encourager Daryl à se faciliter la vie. Difficile en effet de résister à l’offre plus que généreuse de Negan d’en faire son second bras-droit. Si les scénaristes s’accrochent à rester fidèle au personnage intégré depuis la première saison de la série, on peut quand même se dire à juste valeur que Daryl aurait tout à fait le droit d’évoluer différemment et de se soumettre aux Sauveurs. Bien sûr l’homme n’est pas dans la même position de Rick, qui se voit obligé d’obéir à Negan après démonstration de force et menaces non-voilées pesant sur la vie de ses proches. Le fait que Daryl soit isolé et en apparence sans rien ou personne avec et comptant pour lui facilite la compréhension de sa rébellion. Après tout, habitué à prendre des coups, le rustre qu’il est peut bien en supporter encore plus. 

Si c’était donc à la fois plaisant et frustrant de retrouver un de nos survivants principaux dans de telles conditions, on doit avouer qu’on a complètement aimé le fait de voir Dwight mis en avant. Cet épisode 3 complète l’épisode 6 de la saison précédente, qui mettait à l’écran la rencontre entre Daryl et Dwight et Sherry, sa femme –ou son ex-femme désormais-, qui s’étaient entraidés avant de se retourner contre Daryl. Si, sans surprise, on avait détesté Dwight pour ça et surtout pour la mort de Denise, il est maintenant devenu assez difficile de ne pas l’apprécier. The Cell nous montre un homme de main torturé, qui a souffert bien plus qu’il n’aurait dû et qui n’avait d’autres choix que d’obéir à Negan s’il voulait sauver Sherry. Par sa faute, Tina, la sœur de Sherry, est morte. Il ne pouvait donc pas supporter la mort de quelqu’un d’autre sur ses épaules. Au final, Dwight a beaucoup plus de similitudes avec nos survivants que l’on ne veut l’admettre. Le bonhomme est facilement comparable à Daryl dans sa façon d’être, dans ses gestes et actions. Si Daryl n’a pas encore craqué, on voit bien que Dwight a fait de son mieux pour qu’il se plie à Negan, et ce non pas parce qu’il aimait torturer le prisonnier mais bien pour l’aider à mieux accepter sa condition. Après de tels actes, il nous est forcé de revoir nos positions sur Dwight, et c’est bien le plus intéressant dans cet épisode. Ce personnage a une importance précieuse, et on sent bien qu’il n’approuve pas du tout les règles de Negan. Est-ce là le début de la révolution qui va entraîner la chute de Negan ? Si on est loin d’en arriver là, en tout cas, on sent que ci-et-là les producteurs placent des petites pierres qui pourraient se révéler d’une extrême importance quant au destin de Negan et compagnie.

Vis-à-vis de Negan, The Cell ne nous montre rien de nouveau. Il n’y a donc aucune surprise à voir Negan comme la grosse brute armée d’une batte qui prend plaisir à faire souffrir les autres. C’est d’ailleurs un des regrets de cet épisode, puisqu’on n’apprend rien de plus personnel sur Negan. On imagine que son histoire sera sûrement révélée bien plus tard dans la série, mais on aurait tout de même aimé le voir différemment. Dans tous les cas, l’acteur Jeffrey Dean Morgan excelle toujours autant dans le rôle, et on ne peut qu’approuver ces apparitions du bad guy de la saison.

Note : 8/10. En bref, un très bon épisode qui force le spectateur à revoir ses positions sur certains personnages et le fait tomber dans l’empathie envers Dwight. Sans être des fans extrêmes de Daryl, ce fut plaisant de le retrouver dans des conditions dont on n’a pas l’habitude de le voir. De la même façon que l’épisode précédent, The Cell a tenu à nous montrer le fonctionnement d’une nouvelle communauté, ce qui est nécessaire à l’avancée de l’intrigue.