Les critiques // Supergirl : Saison 2. Episode 6. Changing.

Rédigé par Julie Debelfort
Alex arrive à un stade où elle a besoin de faire son coming out, tandis qu’en parallèle Supergirl essaye de donner un sens à la vie de Mon-El coincé sur Terre. Un épisode qui apporte des changements profond pour certains personnages mais aussi qui n’avance pas des masses.

Changing porte bien son nom : à défaut d’avoir un méchant vraiment spectaculaire, qui ne dépasse pas le stade d’un parasite qui utilise un hôte pour se nourrir et faire de vilaines choses, les personnages dirons-nous secondaires de la série prennent de l’ampleur et voient leur destin changer d’une manière impensable il y a encore peu d’épisodes. 

D’un côté nous avons Alex, qui depuis l’épisode précédent, se (re) découvre et ose enfin franchir l’étape du coming-out auprès de sa famille, c'est-à-dire Kara. Un moment déchirant, bourré de réalisme (heureusement en même temps), qui décrit bien les difficultés qu’on peut ressentir lorsqu’on se découvre aimer quelqu’un du même sexe que soi. La peur du rejet, de la déception, de l’abandon était bien présente, et tout ceci n’arrive pas qu’aux ados, même une femme adulte qui semble affirmée peut connaître des doutes et mettre du temps à se réaliser. La difficulté d’Alex pour parler de ses émotions à ce stade le plus important de sa vie était bouleversante, et heureusement pour elle, Kara est là pour la rassurer. Il faut dire que Kara, c’est l’héroïne qui incarne les meilleurs valeurs qui soient, alors la voir rejeter sa propre sœur, ça semblait impensable. Malheureusement pour Alex, son coming out n’apportera pas une jolie histoire d’amour, et bien que ce fût étonnant, c’est surtout bien pensé de la part des scénaristes de la jouer ainsi entre les deux agents. Alex n’a pas fini d’en baver, et on aime découvrir cette nouvelle facette du personnage, bien que le reste soit un peu mis au second plan.

Pendant ce temps, James Olsen aussi traverse un grand changement. Fini le James derrière l’appareil photographique, faites place au Guardian de National City. Pour le moment, il est difficile de juger du personnage, mais cela sera intéressant de le voir affronter plus d’ennemis à l’avenir. Là encore, nouvelle surprise de voir que James et Winn comptent ne rien dire à Supergirl. Les deux sont d’ailleurs comme cul et chemise, devenus soudainement les meilleurs amis du monde. C’est un peu kitsch, surtout alors que les deux continuent d’éprouver des sentiments pour Kara. Pendant un bref instant, on a cru que le triangle amoureux allait être de retour, et bon sang, on supplie les scénaristes de ne pas jouer de nouveau cette carte piège. Surtout qu’on sent très vite qu’il va se passer quelque chose entre Kara et Mon-El, tant la série surjoue sur leur relation.

On n’oublie pas donc Mon-El, qui se découvre entièrement sur cette Terre. Sur les fortes recommandations de Kara, Mon-El ose enfin utiliser ses pouvoirs à bon escient. Une sorte de futur Superboy, bien moins assuré que Supergirl et qui n’a pas atteint son charisme à ce niveau-là. Malheureusement pour lui aussi, ses maigres tentatives d’aider son prochain résulte sur son kidnapping par Cadmus. Celle-là, quand on pense passer un moment tranquille sans la voir, on finit toujours pas être surpris. 

Note : 4/10. En bref, malgré des bons changements à prévoir pour certains personnages, aka Alex et James, cet épisode est dans l’ensemble relativement décevant. Cadmus se manifeste toujours de loin, les relations amoureuses semblent être devenues l’intrigue principale de la série, le méchant est ridiculement écrasé à la fin… Si le chemin est long et tortueux pour des personnages comme Alex, qui semble être presque le seul atout de cette saison 2, le reste est un peu trop superflu. De plus, on craint toujours que de voir trop de super-héros se manifester dans la série pourrait nuire à l’intérêt même de Supergirl : à savoir, en principe, Supergirl.