Les critiques // Supergirl : Saison 2. Episode 4. Survivors.

Rédigé par Julie Debelfort
Après la découverte de nouveaux aliens de plus en plus présents dans la série, Supergirl semble bien décidée à mettre en avant deux d’entre eux, au détour de démonstration de pouvoirs et scènes plus ou moins émotionnelles.

La semaine dernière, on se quittait avec J’onn découvrant qu’il n’est plus le seul fils de Mars, puisqu’il fait face à M’gann, prononcez Megan, la dernière fille de Mars. La nouvelle a bien chamboulé Hank, à tel point qu’il en oublie quelque peu son rôle au sein du DEO. Alors qu’il avait l’habitude d’être le mentor, Hank est tellement chamboulé que ce sera surtout Alex et Kara qui tenteront de le conseiller dans la meilleure manière d’approcher M’gann. Un inversement de rôle qui est assez bon à prendre, même si ça a tendance à virer au mélo-dramatique entre les deux aliens de Mars. Entre haine, ressentiment, pardon et tentatives d’approches, on ressent une certaine lourdeur. En effet, plus ça va, plus la série mise sur les « derniers aliens » de « telle planète » qui au final ne sont plus aussi derniers qu’ils le croient. Rien de bien original, et si l’idée est bonne, il faudra attendre la scène finale de Survivors pour vraiment être intéressé par le personnage de Megan, qui semble effectivement avoir énormément de choses à cacher. La scène est perturbante, on s’interroge, et c’est sur ce genre de cliffhanger que Supergirl réussit vraiment à s’imposer comme une bonne série. 

Par ailleurs, les scénaristes cherchent, dans cet épisode, à développer deux relations. Premièrement, celle entre Alex et Maggie Sawyer. Entre elles, la dynamique est bien présente et on peut ressentir leur alchimie sur le terrain. Depuis que Maggie a reconnu son homosexualité d’ailleurs Alex s’affiche plus que clairement intéressée, et c’est une partie d’elle totalement inconnue qui est vraiment un excellent point à développer. Supergirl semble miser sur cette relation pour attirer un certain public et pour exploiter un peu plus le personnage d’Alex en-dehors de son rôle de grande sœur qui a tout sacrifié pour Kara, et c’est très bon à prendre. Malheureusement, on a un peu peur que cette histoire devienne trop lourde à force de jouer sur les sentiments d’Alex et Maggie, l’une ayant des vues sur l’autre qui flirte légèrement avec elle alors qu’elle est en couple. On espère que la série ne va pas tomber dans le stéréotype suprême d’un triangle amoureux ou bien nous montrer deux femmes éperdues d’amour à tel point qu’elles en perdraient toute leur force. On a assez souffert de ça dans la saison 1 entre Winn, Jimmy et Kara, alors si Alex pouvait s’en passer, on ne dirait pas non.

Comme autre relation développée on voit celle de Mon-El et Supergirl prendre un tournant. Loin de la haine du premier épisode, et même s’il existe quelques arrières pensées, les deux aliens de planètes historiquement ennemies se rapprochent et dégagent une certaine complicité plutôt bonne à prendre. Si on peut craindre une énième relation amoureuse en devenir, pour le moment il faut reconnaître que les deux forment un bon duo et il serait très intéressant de les voir combattre ensembles. Chris Wood, dans Survivors, nous montre un peu plus de son jeu d’acteur et on est beaucoup moins déçu que lors du précédent épisode, même si Mon-El n’est pour le moment pas le personnage le plus intriguant ni le plus exceptionnel de la série.

Les deux points positifs de la série, en ce qui nous concerne, se résument en deux personnages. Premièrement, Roulette : Dichen Lachman est excellente dans son rôle d’organisatrice de combats clandestins et c’est un personnage à la vérité froide et au charisme indéniable qu’on aime détester. On espère la revoir occasionnellement dans la suite de la série car il y a un gros potentiel en elle. Pour une fois, ce n’est pas un alien incompris le vrai méchant de l’épisode mais une humaine qui tire profit de la situation et qui, dans ses arguments, n’a pas forcément tort. L’autre bon point fut donc l’apparition courte mais efficace de Lena Luthor. Il se dégage quelque chose entre elle et Kara qu’on n’arrive pas à encore à expliquer mais qu’on apprécie grandement. On sent que quelque chose se prépare pour Lena sans savoir quoi, et on aime cette manière subtile mais radicale d’introduire le personnage tout en douceur et mystère.

Note : 7/10. En bref, en bref, si certains moment furent assez lourd, le développement de Megan, de Lena et l’introduction de Roulette sont un pari réussi pour Supergirl. La fin nous enthousiaste au plus haut point, et on veut en savoir plus sur ce que nous prépare les scénaristes.