Les critiques // The Walking Dead : Saison 7. Episode 1. The Day Will Come When You Won't Be.

Rédigé par Julie Debelfort
Six mois d’attente… six longs mois d’attente accompagnés de spéculations en tout genre et de spoilers possiblement véridiques… Et finalement, l’épisode tant attendu et redouté a été diffusé hier soir aux USA. Alors, qui a souffert du courroux de Negan ? 

Et bien on ne le sait pas. Du moins pas tout de suite. Loin de dévoiler dans la seconde qui est mort, l’épisode commence en vérité juste après le massacre perpétré par Negan. Rick, dans un dernier élan de fierté, lancera un de ses célèbres regards assassins à Negan, qui va lui donner une petite leçon. Une leçon d’humilité qui va en réalité durer sur quasiment tout l’épisode, faisant presque passer au second plan les morts (et oui, il y en a eu plusieurs) de cet épisode. Alors pourquoi appuyer sur cette confrontation Rick/Negan ? Ce fut surtout l’occasion de jouer sur un climat d’angoisse, qui ne cessait de grandir au fur et à mesure que le chef des Sauveurs dévoilait sa personnalité. Même après la perte de deux personnes de son groupe, Rick Grimes continue de vouloir défier son ennemi de cette saison. Mais justement, cette saison 7 démontre un point véritablement nouveau dans la série : Rick et son groupe sont tout simplement impuissants et ont meilleur temps d’être à la botte de Negan plutôt que de tenter une attaque contre lui. 

La première victime de Negan ne sera dévoilée qu’au bout d’un long quart d’heure et de manière assez surprenante. En effet, c’est dans un flashback que l’on découvre qui a été la victime du terrible jeu de Negan. Et, après de longs moments, alternant entre l’am stram gram stressant du grand méchant de cette saison et des silences, se dessine enfin le grand gagnant de la loterie : Abraham. Si vous avez suivi les rumeurs qui se faisaient de plus en plus pressantes ces derniers jours, ça n’aura probablement pas été une surprise en soit. Surtout que des indices à la fin de la saison 6 nous laissaient présager que ce serait une personne suffisamment forte pour se relever après un coup de batte de Negan qui y passerait. Ainsi, voir Abraham désigné pour l’exemple ne nous choquera pas plus que ça. Toutefois, ce fut l’opportunité pour la série de mettre enfin en avant un côté quelque peu gore, qui à tendance à être soit désiré soit critiqué. 

La deuxième victime de Negan en revanche, a de quoi surprendre. En fait, elle passe même inaperçue, ce qui choque beaucoup plus que la perte d’Abraham, un personnage auquel on ne s’était pas véritablement attaché. Après un coup de sang de Daryl, Negan se sent obligé de faire un nouveau discours et c’est en plein milieu de celui-ci qu’il assène un coup de Lucille sur Glenn. Inattendu, surprenant mais surtout horrifiant, cette scène fut l’occasion de porter à l’écran le passage mythique des comics de Kirkman où Glenn meurt exactement de cette façon : abattu par Negan qui lui assène un premier coup de Lucille si puissant que la moitié de sa tête en est écrasée, mais qui se relève quand même afin d’exprimer ses derniers mots. Aussi saignante que celle d’Abraham, la mort de Glenn fut surtout beaucoup plus dévastatrice dans le sens où cela faisait plusieurs saisons qu’on n’avait pas eu l’occasion d’assister à une perte d’un personnage du casting principal. Surtout que c’est ironique étant donné le nombre de fois où Glenn a échappé à la mort de près, notamment après le suicide de Nicholas d’Alexandria qui l’avait laissé dans une position risquée, à tel point qu’on croyait tous l’avoir perdu à ce moment-là. 

Cet épisode fut également l’opportunité de véritablement apprécier la prestation de Jeffrey Dean Morgan en Negan. On l’avait certes aperçu en fin de saison précédente, mais bien trop peu pour juger objectivement de sa prestation. Et bien que le Negan de la série soit beaucoup moins vulgaire et rustre que celui des comics, force est de constater que son interprétation ne nous laisse pas indifférent. Le jeu d’acteur de Jeffrey Dean Morgan est indéniable, tout autant que le charisme de Negan qui ressort parfaitement à l’écran. En somme, on est loin des Loups ou des Cannibales du Terminus qui étaient menés par des leaders peu élégants. Ici, la présence de Negan crève l’écran et on sent que ce sera LE grand méchant de la série qu’on va adorer détester, après le Gouverneur qui semble tout d’un coup bien inoffensif. 

The Day Will Come When You Won’t Be marque un sacré tournant dans l’histoire de la série : nos personnages sont plus faibles que jamais, notre groupe vient d’essuyer deux très lourdes pertes et tout le monde est brisé, dévasté, à la merci d’un mec qui n’a eu qu’à faire son one-man show pour se faire respecter. Les acteurs, en tout cas, ont véritablement été impliqués dans le tournage de cet épisode. Leurs émotions et peurs sont palpables tout du long de ces 45 minutes et en tant que public, on avait véritablement l’impression d’être agenouillé à leurs côtés au moment du massacre perpétré par Negan. Mais après une telle démonstration de force, on se demande bien ce qui va pouvoir nous impressionner pour le reste de la saison. En effet, après cet épisode, beaucoup de fans restent choqués de ce qu’il s’est passé. D’ailleurs, certains se demandent même si les producteurs n’ont pas été trop loin ? Ou bien est-ce tout simplement parce que les fans ne sont plus habitués à un tel retournement de situation ?

Note : 8/10. En bref, un épisode de retour qui claque et éclate. Les scènes « gores » de cet épisode en marqueront plus d’un, tout autant que la batte de Negan, Lucille, complètement ensanglantée et encore couverte de morceaux de cervelles d’Abraham et de Glenn. On aura toutefois eu l’impression brève d’avoir un happy end pour conclure l’épisode lorsque tous nos survivants favoris se sont retrouvés attablés comme une grande famille. Un happy end qui n’aura jamais lieu et qui clos cet épisode stressant d’une main de maître. Pour autant, un petit soupçon de déception subsiste : n’était-il pas trop facile de sacrifier Abraham et Glenn en sachant que c’était exactement ce à quoi on s’attendait de par la BD ? Ou était-ce là le moyen des producteurs de montrer que justement la série ne s’écartait pas autant des comics qu’on le prétend ? En tout cas, ce season premiere aura effectivement su répondre à nos attentes et les propos des acteurs se sont révélés vrais : impossible de rester insensible après de tels événements qui vont impacter notre groupe de manière significative.

Dans le prochain épisode :