Les critiques // How to Get Away With Murder : Saison 3. Episode 3. Always Bet Black.

Rédigé par Maxime Beaumont
HTGAWM poursuit sa saison en développement lentement mais sûrement ses personnages principaux.

Cette semaine AnnaLise et ses étudiant doivent s’occuper d’une affaire qui fait scandale en ce moment : un homme accusé d’avoir tué une call girl, sachant qu’une vidéo montre l’accusé en train de se débarrasser de la victime. L’affaire paraît indéfendable et personne de la clinique ne veut s’en occuper à part Michaela. Mais cette dernière, face à la nature perverse de son client, ne va plus vouloir le défendre, ce que AnnaLise refuse.
Malgré tout, par un tour de passe-passe dont elle seule a le secret, l’avocate va réussir à obtenir un accord avec le bureau du procureur correspondant à une peine de 3 ans d’emprisonnement ce qui paraît bien peu compte tenu du fait que l’homme a révélé à AnnaLise avoir également tué une autre jeune fille qui a refusé de coucher avec lui quelques années plus tôt.

Le client est tout ce qu’il y a de plus immonde entre sa perversité et le fait qu’il estime que les femmes lui doivent des faveurs sexuelles car il est « gentil », donc l’issue nous paraît bien peu satisfaisante mais AnnaLise est avocate et cet épisode nous montre ce que cela implique. Cela nous permet également de revenir sur la psychologie du personnage de Bonnie avec des scènes assez émouvantes et intéressantes, les scénaristes nous rappellent à quel point ce personnage est bien construit et permet de parler de la difficulté que peuvent avoir les personnes ayant subi des violences, sexuelles notamment, durant leur enfance, à vivre une vie « normale ».

Une bonne partie de l’épisode est également concentrée sur Laurel qui est envoyée par AnnaLise en Floride pour voir son père dans l’espoir de retrouver Frank. Le problème est que la relation entre Laurel et son père est plus que conflictuelle et celui-ci n’accepte de l’aider que si elle donne sa signature pour un nouvel investissement, ce que Laurel finira par faire.

En savoir plus sur la relation particulière entre Laurel et son père est une bonne chose, on comprend mieux le personnage de la jeune étudiante, on apprend d’ailleurs qu’elle a été kidnappée à l’âge de 16 ans. Malheureusement nous n’en saurons pas plus, notamment sur ce que trafique réellement le père de Laurel, ce qui est un peu regrettable compte tenu des attentes sur ce point.

Concernant les autres Keating Five, Michaela décide de prendre 20 000$ à son client pour aller jouer à des jeux d’argent avec Connor, Asher et Oliver pour se venger des hommes car elle a appris que son ex s’est marié. Si le duo Michaela/Asher fonctionne toujours aussi bien, la relation Colliver continue de ressembler à n’importe quoi, on voit Connor s’énerver contre un autre garçon du casino qui essayait de le draguer puis Oliver lui demander d’agir en adulte…  il est difficile de voir à quoi jouent les scénaristes et cela ne fait au final que rendre le personne d’Oliver antipathique. De même West, qui est complétement à l’écart et passe son temps avec sa nouvelle petite amie n’est pas très intéressant, on notera tout de même qu’il semble conserver des sentiments pour Laurel. Affaire à suivre donc !

Pour finir, rien de bien nouveau au niveau du flashforward mais on apprend tout de même que quelqu’un a été retrouvé vivant dans la maison et que Bonnie n’est pas la personne décédée, voilà de quoi relancer notre intérêt…

Note : 7/10. En bref, des personnages qui sont développés lentement mais sûrement, avec une légère déception concernant certains d’entre eux.