Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 4. Episode 5. Lockup.

Rédigé par Julie Debelfort
Daisy et Robbie se retrouvent obligés de coopérer avec les Agents du SHIELD pour trouver la trace de fantômes qui possèdent les gens jusqu’à la mort. On se prend alors à rêver avec espoir d’une réconciliation entre Daisy et ses anciens collègues. Mais les choses ne sont jamais aussi simples…

De toute façon, les choses sont dites dès le départ. Daisy et Robbie n’ont peut-être pas besoin de travailler avec le SHIELD, mais ces derniers ont besoin d’eux. Voilà, la situation est posée, nos protagonistes vont devoir se supporter et s’entraider au possible pour mettre un terme au mystérieux objectif des fantômes. Jusque là, rien de nouveau. En fait, on est toujours sur ce même mode répétitif depuis deux-trois épisodes, à savoir Quake et Ghost Rider travaillant ensemble par obligation tout en nourrissant l’espoir du téléspectateur de les voir rejoindre le SHIELD. Tout du moins notamment pour Daisy dont l’état physique et émotionnel semble se dégrader de plus en plus. Donc si réconciliation il y a, et on espère que oui car bon, c’est un peu l’une des intrigues secondaires les plus importantes au final, faudra pas s’attendre à ce que ça ait lieu rapidement, même si on perçoit une légère ouverture après la discussion entre May et Quake.

Par ailleurs, cet épisode fait légèrement avancer les choses sur le fameux Darkhold et l’importance d’Eli Morrow, l’oncle de Robbie. Bien sûr, beaucoup de secrets sont à révéler, mais ça avance un peu plus et surtout ça permet d’impliquer le Ghost Rider plus sérieusement dans toute cette histoire. Encore une fois ce dernier incarne le vrai côté sombre de la série avec sa perte de contrôle à la prison lorsqu’il a tué par… eh bien par vengeance, puisque c’est ainsi que ça fonctionne. Si la série reste néanmoins assez prude sur les détails de la scène de meurtre, ça reste toutefois intéressant d’exploiter ce côté noir et grave dans Agents of SHIELD. Evidemment on est loin d’équivaloir le niveau des séries Marvel Netflix, mais il y a du progrès. Espérons juste qu’ils ne vont pas finir par nous faire transformer le Ghost Rider en un homme désolé par la suite des épisodes, car on sent que son coup de sang dans Lockup va lui peser sur les épaules, d’une quelconque manière.

Bien que cet épisode se soit largement concentré sur nos Agents enfermés dans une prison, la vraie piste intéressante mise en valeur pendant ces 40 minutes, c’est la révélation de Jeffrey Mace sur son statut d’inhumain au grand public. Et par la suite, le sous-entendu sévère de Jemma qui remet en doute nos a prioris sur le directeur du SHIELD. Depuis le début, on se doutait qu’il cachait quelque chose et même s’il a tendance à paraître cool et charismatique, quelque chose de louche se dégage de cet homme. Qu’a-t-il fait ? Va-t-il être une menace pour notre Team du SHIELD ? Comment va-t-il supporter l’étiquette qui lui sera affublée maintenant qu’il s’est révélé au grand jour ? Au final, cet épisode aura eu le don de tout remettre en question vis-à-vis de Jeffrey. On ne sait toujours pas quoi penser de lui et c’est quelque peu frustrant. Néanmoins c’est très bien joué de la part des scénaristes, qui même sans vraiment mettre trop en avant ce nouveau personnage, arrive à nous intéresser sur sa présence dans la série. 

Note : 7/10. En bref, cet épisode, sans avoir un réel impact sur les intrigues majeures en cours de la série, nous aura tout de même passionné, notamment en mettant en scène l’une des plus belles scènes d’action de la série, à savoir le moment où Daisy combat à mains nues les attaquants de la prison, suivie du Ghost Rider qui mérite de plus en plus son nom. De plus, on a définitivement hâte d’en savoir plus sur Jeffrey Mace, qui nous interroge plus encore que les fantômes et leur Darkhold.