Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 4. Episode 2. Meet the New Boss.

Rédigé par Julie Debelfort
Alors que la série se poursuit tranquillement au niveau des audiences, on rencontre le nouveau directeur qui se faisait bien mystérieux la semaine dernière. Et le moins qu'on puisse en penser, c'est que c'était inattendu.

Et oui, une des grandes questions présentes dans notre critique la semaine dernière résidait en l'identité du nouveau directeur du SHIELD. Maintes fois mentionné, et semblait-il détesté, on appréhendait de découvrir le visage de cet énigmatique nouveau directeur, au point d'en friser la paranoïa. Mais l'homme, du nom de Jeffrey, s'avère être tout le contraire de ce à quoi on s'attendait : un homme affable, à la belle-parole, qui fait des blagues à la Coulson, pas moche à regarder, à l'air assuré et charmeur… Le stéréotype de l'homme sûr de lui qui semble n'avoir rien à cacher. Et en prime, on découvre que c'est un inhumain, un double pouvoir donc, puisque c'est à la fois un politicien et un de ces « monstres » qui sont tant redoutés. Sans oublier qu'il a son propre slogan « A team that trusts is a team that triumphs ». Un slogan assez ironique quand on voit la team du SHIELD s'effondrer en morceaux. Mais passons, la découverte du nouveau directeur nous laisse perplexe. Si de premier abord c'est un politicien très diplomate, bien parti pour relancer le SHIELD comme une organisation officielle, on découvre aussi que l'homme semble cacher des secrets et n'est probablement pas le directeur dont rêvait Coulson en refusant le poste. On sent d'ores et déjà venir les trahisons et autre coups bas.

Pendant ce temps, l'Agent May pète les plombs. Atteinte par ce par quoi les fantômes l'ont touché, elle perd la raison et voit le mal partout autour d'elle. A tel point qu'on la verra engager un combat contre la personne quasiment la plus chère pour elle, à savoir Coulson, et sa propre équipe de jeunes agents qu'elle formait. Un moment assez intense et quelque peu brise-coeur, car après tout ce qu'à traversé May (la transformation de son ex-mari en Inhumain tueur qui finit par se sacrifier pour sauver Daisy notamment), on aurait pu croire que pour une fois le sort aurait pu s'acharner sur quelqu'un d'autre. En attendant cette histoire de fantôme et de possession reste très étrange. Et c'est amusant, ou frustrant selon les points de vue, de constater que les Agents refusent de croire aux fantômes… Ce qui est, en soit, assez ridicule, puisqu'ils vivent tout de même dans un monde où des aliens et inhumains existent. Du coup, le passage où Fitz-Simmons refusent de croire Mack qui insiste sur la possibilité que les fantômes existent pour de vrai est assez hilarant mais surtout peu crédible. A se demander à quoi pensait les scénaristes en incluant ce passage…

Pendant ce temps, Quake ne s'en sort pas mieux avec Ghost Rider. Alors que Daisy connaît un petit retour aux sources, en redevenant la hackeuse seule dans son van à la recherches d'informations, provocatrice à souhait, Robbie et elle finissent par s'allier. Mais ce n'est pas sans un petit combat assez ridicule, où là encore on constate que Daisy ne croit pas du tout que le Ghost Rider n'est pas un inhumain mais bien le produit du diable. A croire qu'ils apprennent pas grand-chose au SHIELD… Mais passons, finalement Daisy sera bien obligée d'admettre que Robbie Reyes n'est pas comme elle, malgré leurs nombreux points communs, dont ce côté sombre et cette envie de mort qui les entourent. Dans tous les cas nos deux héros décident de s'allier à la fin de l'épisode, et on doit reconnaître que c'est plutôt intéressant de les voir assembler leurs forces ensemble pour combattre ces mystérieux fantômes. Fantômes qu'on découvre un peu plus mais dont les causes de leurs existences restent flous : tout semble lier à un certain livre et au Ghost Rider. Mais pourquoi et comment ?

Enfin, on assiste à une scène quelque peu intense quand Daisy retrouve Fitz et Mack. Lorsque Mack comprend que Daisy, aidée de Yo-yo, utilisait son amie pour doubler le SHIELD et à avoir une longueur d'avance sur eux, Mack semble choqué et brisé : finit le temps de la compassion, il a l'air d'en vouloir vraiment à Daisy, tout comme Fitz qui l'accuse d'avoir tourné le dos au SHIELD. Et on doit bien reconnaître qu'il n'a pas tort. Même si Daisy a beaucoup souffert, les autres agents aussi ont un beau palmarès et bon sang, ils pourraient bien apprécier l'aide d'une inhumaine à leurs côtés.

Note : 6/10. En bref, un épisode qui reste sur la lancée du season premiere, quoi qu'un peu moins sombre et passionnant. On en apprend plus sur Robbie Reyes qui fait une légère apparition en temps que Ghost Rider, mais la team du SHIELD reste toujours aussi divisée et surtout toujours campée sur ses positions à travers les différents personnages, ce qui est quelque peu incohérent après les aventures vécues pendant trois saisons.