Les critiques // Agents of SHIELD : Saison 4. Episode 1. The Ghost.

Rédigé par Julie Debelfort
Après une saison 3 quelque peu différente, la chaîne ABC nous offre une quatrième saison d'Agents of SHIELD sur un tout nouveau contexte et sur une case horaire différente. Est-ce que cela suffira-t-il à la série de plaire au public ? Découvrez notre critique.

Ah il est fini le temps de la saison 1, ou presque tout était beau et rose. Les Agents s'entendaient à merveille, ils se faisaient des blagues vaches et lourdes à défaut de s'apprécier et Skye était irrésistible en hackeuse qui ne se prenait pas au sérieux. Mais ce temps là est révolu, et avec le changement d'horaire de diffusion, Agents of SHIELD ose risquer de s'enfoncer un peu plus dans les ténèbres. Et ainsi, dès le départ, le ton est donné. La bonne ambiance qui avait tendance à régner au sein de l'équipe a laisser place à de la méfiance. Les membres de l'équipe ne sont, en fait, plus une équipe : dispersés et divisés, ils se jalousent quasiment les uns les autres et se regardent comme des chiens de faïence. Coulson et Mack ont le bonheur de rester ensemble, ce qui fait que l'impact de cette séparation est moins fort pour eux. Fitz est énormément peiné de cette séparation, même s'il ne peut malheureusement y faire grand chose. Mais l'Agent May semble être celle qui en souffre le plus et qui en a surtout après Jemma, devenue très proche du nouveau directeur du SHIELD.

Un directeur qu'on ne verra ni ne nommera. A se demander quel est cet homme si important pour que Coulson ait pu être évincé et pour que tout le monde se retrouve dans une position aussi dérangeante aussi bien pour eux que pour nous, téléspectateur habitué à les voir travailler ensemble. En fait, à bien y regarder, le titre The Ghost ne se réfère pas qu'au Ghost Rider mais au directeur du SHIELD qui est un véritable fantôme. Les scénaristes vont-ils nous garder la surprise pour nous offrir un énième twist ou son identité sera t-elle bientôt révélée ? Des questions encore sans réponse. Une façon de procéder qui, en tout cas, a été utilisée pour le Ghost Rider tout le long de l'épisode. Bien qu'on savait à quoi il ressemblait du fait des annonces de casting et des photos promotionnelles diffusées avant le season premiere, on ne verra le Ghost Rider et son hôte humain qu'à la toute fin de l'épisode à l'occasion d'une confrontation entre Daisy et lui-même. Une Daisy qui est d'ailleurs au bout de sa vie, aussi bien détruite mentalement que physiquement.

Ce season premiere apporte son lot de changement : l'introduction du côté mystique/magie (non ce n'est pas Doctor Strange mais on s'en sort bien) avec l'arrivée du Ghost Rider aka Robbie Reyes dans la vraie vie ainsi que l'ajout de violence et de sang au sein de la série. Le changement de case horaire permet effectivement d'être plus souple de ce côté là, et c'est pas plus mal : cela rajoute un côté réaliste et dark qu'attendaient véritablement les fans de la série, surtout qu'avec la concurrence que fait Netflix, Agents of SHIELD passe presque pour des télétubbies face à Daredevil et Jessica Jones. Ghost Rider ne sera pas le seul élément mystique de la série puisque l'Agent May, au cours d'une mission sensée aider à trouver Daisy, semble avoir été possédée par quelque démon ou esprit, issu d'une mystérieuse boîte et qui rend les gens fous au point de s'entretuer.

Ainsi ce season premiere place trois intrigues : la principale concerne bien évidemment Ghost Rider ainsi que la traque de Daisy aka Quake. La deuxième concerne cette mystérieuse boîte qui renfermait un esprit malsain et la troisième concerne le Docteur Radcliffe, introduit la saison dernière : l'homme, en collaboration avec Fitz, travaille sur un humanoïde humain du nom d'AIDA, supposé protéger les Agents du SHIELD. Un moyen simple et efficace d'incorporer des petites références à Ultron et à ce qu'il s'est passé dans Avengers 2 mais surtout un moyen de forcer Fitz à faire quelques petites cachotteries à Jemma. Et on se doute que si celle-ci l'apprend, elle risque de ne pas bien l'accepter.

Note : 7/10. En bref, un début plutôt prometteur pour cette nouvelle saison qui semble partir sur de nouvelles bases. Terminé la fixation sur les inhumains et sur Ward, place à un nouveau genre. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que pour le moment on est plutôt enthousiasmé par l'apparition du Ghost Rider et par la possibilité que cela offre : plus de noirceur, plus de sérieux malgré qu'on soit un peu dérangé par cette équipe divisée et par cette Daisy bien trop solitaire à notre goût. A voir par la suite des épisodes si la série saura nous garder en haleine et ne pas nous décevoir.

Dans le prochain épisode :