Les critiques // Gotham : Saison 2. Episode 22. Transference.

Rédigé par Karim Saoudi
Après un avant-dernier épisode étrange et décevant, la saison 2 de Gotham s'achève cette semaine avec un épisode dans le même style, décevant qui manque d'ambition pour un season finale. 

En effet, "Transference" n'a rien d'un season finale à part pour les dernières secondes. Mais après une poignée de premiers épisodes parfaits où Gotham avait enfin trouvé son style, la série est complètement revenue à ses débuts dans la première saison en faisant revenir Fish Mooney, mais aussi en utilisant des intrigues et des subterfuges ridicules, servant absolument à rien. Prenons par exemple Clayface en Jim Gordon, c'était le twist/cliff de la semaine dernière, mais cette semaine on découvre que finalement ce twist n'a aucune utilité dans l'épisode et en plus de ça, il rend les personnages ridicules, comment ne pas voir que Jim n'est pas lui même ? Depuis quand Jim souris autant ? Passons. 

Les événements du season finale tournent autour de Jim, Bruce, Fox, Selina et Riddler essayant de quitter Arkham Asylum et ne pas se faire exploser par la bombe mise en place par Hugo Strange. Pas très ambitieux tout ça et on s'ennuie pas mal durant l'épisode. La seule belle scène qu'on retient, c'est celle où Firefly et Mr. Freeze s'affrontent, une belle scène avec des effets spéciaux dignes de ceux de The Flash. 

Si tout l'épisode ennui, l'épisode va installer ce qui va arriver dans la saison 3 lors de ses dernières secondes. En effet, après avoir traqué Gordon, Bruce souhaite maintenant partir à la recherche du fameux conseil secret aka la Cour des Hiboux. La fin de l'épisode nous laisse avec des monstres en liberté, dont l'un d'entre eux a le même visage que Bruce Wayne. A voir ce que cela apportera à la troisième saison, mais rien de si palpitant ou de très intriguant et c'est dommage après un très bon début de saison.

Note : 5/10. En bref, un season finale décevant qui revient à la médiocrité de la première saison, on retiendra quelques scènes, mais plus précisément le rire de Jerome en fin d'épisode...