Les critiques // The 100 : Saison 3. Episode 16. Perverse Instantiation: Part Two.

Rédigé par Pravine Barady
La seconde partie de « Perverse Instantiation » nous enjolive, car la saison est enfin terminée… Après un des épisodes les mieux réussi de cette saison chaotique, nous revoilà à la réalité, face à l’artificialité de The 100, et pourtant, nous sommes face à un season final, titre racoleur signant le climax d’une saison et la longue attente qui en découle.

D’une manière générale, tout l’épisode est de l’ordre de la simulation et de l’artificiel. Après le retour d’Abbie, Clarke s’insère la flamme pour régler le problème d’elle-même (comme à son habitude au final) et du côté de Jasper, il est arrêté par Monty et Harper. Pourquoi réduire en néant l’intrigue de Jasper qui était pourtant plus originale et captivante? Rien qu’au départ, après ces choix scénaristiques dérisoires, les producteurs ne peuvent pas remonter la pente raide qu’ils ont accumulée. Un nouveau décor nous est présenté, la City of Light avait un aspect irréel mais maintenant que Clarke y est, on pourrait se croire dans une autre série basée dans une grande ville comme New York, les habitants et les gratte-ciels forment une masse. Les scénaristes essayent tout de même d’envoûter le spectateur en nous montrant une Lexa aidant Clarke dans cette City of Light… Sans succès, tout parait totalement faux et sur-joué malgré son court retour.

Du côté de la Tour, des conflits presque sans intérêts ont lieu puisque nous savons que Clarke réussira sa fameuse mission… La relation entre Octavia et Pike est toujours complexe, les « infectés » par la City of Light grimpent et affrontent nos protagonistes, mais Octavia fait le choix presque ridicule de taillader Pike, son allié à l’heure actuelle. N’oublions pas d’évoquer le lancer de sabres laser à la Star Wars que nous propose Bellamy dans une scène… Mais malgré toutes ces intrigues, qui sont finalement futiles, Clarke active le « kill switch » et c’est la fin de la City of Light (ENFIN !), et Octavia tue pour de bon Pike (ENFIN !).

Seul point positif du season final, on découvre la genèse de la saison 4, ce sur quoi elle portera. D’après ses calculs, A.L.I.E affirme que 96% de la Terre deviendra invivable dans 6 mois suite à la fonte de différentes centrales nucléaires et au retour des radiations mortelles. On peut vraiment être soulagé pour le moment car la base de la série est la survie, et la trame de la City of Light a été un gros coup dur pour The 100 car on a ressenti l’écart de niveau entre les saisons 2 et 3. Malgré tout, la fin donne envie de voir comment les scénaristes vont remonter pour de bon ce tunnel sans fin de nullité.

Note : 6/10. En bref, le season final de la saison 3 de The 100 est d’une artificialité presque gênante, nous sommes néanmoins heureux de voir la conclusion (toujours médiocre) à cette City of Light, sans oublier un retour à la survie qui pourrait être intéressant dans la saison 4.