Les critiques // Scandal : Saison 5. Episode 17. Thwack!.

Rédigé par Marion Levasseur
Quand le passé rattrape nos personnages principaux, cela donne un épisode particulièrement savoureux. 

Lorsqu’on regarde cet épisode, nous avons l’impression qu’un ouragan déferle sur nous. Tout le monde est touché de près ou de loin, tout est remis en cause, y compris nos propres pensées quant aux visionnages éloignés de ces scandales américains. 

Le Vice-Président Andrew Nichols se remet de son « attaque cérébrale » et forcément, a retrouvé la capacité de s’exprimer. Olivia revit son kidnapping et tout le monde se réunit pour savoir comment cacher le fait que le Président ait déclenché une guerre pour sa maitresse. 

Et puis, une question se pose : comment agir sans devenir un monstre ? Sans avoir recours au meurtre ? Comment garantir les projets des uns et des autres ? Les décisions prises sont surprenantes, et je retiendrai particulièrement les actes d’Abby qui décide volontairement de devenir le monstre qu’elle souhaitait même si au passage, elle perd tout, du moins ce qui la rendait encore, un tant soit peu, humaine.

Et puis, il y a Olivia. Qu’aurions-nous fait à sa place ? « Thwack » également ? Peut-être. Et la voilà qui retourne à la maison, celle qu’elle avait décidé de quitter, celle contre laquelle elle se battait, celle à laquelle elle ne voulait surtout pas appartenir. Mais au final, poussés à bout, nous aurions peut-être réagi de la même façon. Mais j’ai hâte de voir les résultats de ce coming home. 

Note : 8/10. En bref : un ouragan, une tempête, de la manipulation, de la douceur et de la violence morale et physique.