Les critiques // Scandal : Saison 5. Episode 16. The Miseducation of Susan Ross.

Rédigé par Marion Levasseur
Des scandales, des coups bas, une volonté d’honnêteté… ou pas : le premier débat Républicains et ses conséquences.

Et voilà, Susan Ross était parfaite : intelligente, forte, indépendante, soucieuse, travailleuse… Si nous savions à quel point elle nous semblait humaine, son imperfection la rapproche un peu plus encore de nous. Prendra-t-elle cependant l’ascendant sur les autres candidats ? Nous n’y sommes pas encore.

Et puis, viens la question des campagnes : à quel point doivent-elles être moches ? Quels coups sont permis ? Qui tire vraiment les ficelles ? Si on peut convenir que de base une campagne présidentielle est soumise à qui déterrera le plus de « dossiers », il semblerait que les directeurs de campagne doivent également s’interroger sur leurs intentions et sur ce que pourra endurer leur conscience. 

Olivia semble se perdre et les conséquences sont désastreuses, bien que nous passons très vite sur ce sujet pour nous recentrer sur la décision de Fitz et d’Olivia « de garder cela réel ». Pendant ce temps, Mellie retrouve son sourire et nous nous souvenons qu’elle aussi a un cœur et que, peut-être, elle peut être une femme plaisante. 

Note : 7,5/10. En bref, un épisode où nous retrouvons toutes les histoires et stratégies passionnantes de la course à la Maison Blanche, tout en nous posant la question : à quel point irions-nous à leur place ?