MOVIE | Kung Fu Panda 3 : Notre critique !

Rédigé par Pravine Barady
Produit par DreamWorks Animation, nous nous retrouvons face au troisième opus de la franchise Kung Fu Panda sorti en janvier aux Etats-Unis et ce mercredi en France. Nous pouvons noter la présence d’un casting troublant et fabuleux, bien que ce soit un film d’animation, sans voix, aucune émotion ne peut passer. Bryan Cranston, Jack Black, Angelina Jolie, Jackie Chan ou bien J.K Simmons incarnent ces chers animaux.


Synopsis : Kai, un taureau démoniaque commence à conquérir la Chine en engloutissant les différents maîtres. Il est à la recherche de Po et ses amis, mais sa vie change lorsqu’il voit son père débarquer…

Après deux chapitres réussis de la part de DreamWorks, ils sont de retour dans une aventure un peu plus dosée sur la douceur. L’introduction du film est vraiment soignée, on découvre directement le fil conducteur du film et les dessins sont particulièrement remarquables. Néanmoins, la morale du film déçoit : le personnage principal déprime parce qu’il échoue dans un domaine, à un certain moment, et puis il y a cet événement qui fera en sorte de le rendre meilleur. C’est vraiment une morale qui est de plus en plus martelée alors qu’on devrait s’intéresser à d’autres moins acquises par les enfants. 


La question d’identité est évoquée dans le film, Zootopie était également un film porté sur cette fameuse quête, celle qui nous permettrait d’être en paix avec nous-mêmes. Malgré un côté assez niais de la part de ce studio, on peut se reconnaître sans problème dans certaines situations. Il faut apprendre à renouer avec ses démons, à se redécouvrir et à utiliser ses défauts comme des qualités, ce sont ces éléments qui font avancer l’histoire à travers des dialogues simples, soignés, tout à la fois sérieux et drôle.

Une scène en particulier est bien impeccable, et tout le monde la connait puisque certaines bandes-annonces dévoilent uniquement cette scène, c'est celle de la rencontre entre Po et son véritable père panda, qui est à la fois touchante et drôle. C’est la grande qualité de ce film, si un événement triste se déroule, l’humour sauve cette ambiance maussade qui peut en découler. La bande-originale est à nouveau d’une légèreté parfaite, on ne peut qu’applaudir le grand Hans Zimmer qui produit aussi bien pour des films comme Interstellar ou Batman v Superman, mais aussi pour un dessin-animé comme Kung Fu Panda. 


Les couleurs sont particulièrement colorées, on se retrouve dans un décor asiatique à couper le souffle, c’est un grand plaisir pour nos yeux de voir ces différents dégradés. L’autre point fort de cet univers sont le flash-back, en effet, au lieu de nous plonger dans l’histoire à travers un personnage, elle est racontée de manière dessinée, comme si on lisait une bande-dessinée qui bougeait lentement. On reconnait sans problème des lettres asiatiques, probablement chinoises et des éléments propres à cette culture orientale. On pourrait penser à Mulan à certains moments, les entraînements préparatoires au grand combat par exemple.


Il y a un grand nombre de personnages, et pourtant, ils sont très travaillés. L’astuce est simple, il y a moins d’une dizaine de personnages principaux, les autres sont catégorisés. Il suffit de prendre un animal, choisir sa qualité ou son défaut, le moyen de le reconnaître, et puis l’appliquer à toute sa race. Les combats sont bien chorégraphiés et bien pensés, le méchant est par ailleurs plutôt badass accompagné par la musique orientale et le bruitage de ses armes. Le problème est le scénario, tout à fait classique et prévisible… Nous pouvions prévoir dès le départ ce qui allait arriver à la fin : dès que le Chi est évoqué, on sait que Po l’aura finalement. Dès qu’il y a un méchant, on sait qu’il gagnera à la fin. C’est cet optimisme poussé au paroxysme qui baisse finalement l’intérêt second du film. Les enfants pourront adorer le film, mais les parents l’aimeront sans plus.

Note : 7/10. En bref, Kung Fu Panda 3 apporte une douceur que les volets précédents ne possédaient pas, l’action est là, les dialogues sont captivants et comiques, le scénario est simplement peu travaillé et manque de profondeur. Zootopie allait plus loin dans le raisonnement, alors que ce film s’étale un peu trop sur une morale acquise.

Bande-annonce :