Les critiques // The Walking Dead : Saison 6. Episode 12. Not Tomorrow Yet.

Rédigé par Nicolas Gardères
Cette saison de The Walking Dead continue décidément d’alterner entre le mauvais et le bon, et ce sur de très nombreux points. Malgré un départ globalement raté, l’épisode de cette semaine s’en tire plutôt bien grâce à un passage à l’action réussi et permet d’atténuer une nouvelle fois les gros défauts pour essayer de se concentrer sur les points positifs.

Les 25 premières minutes, c’est à dire plus de la moitié de l’épisode, sont en effet loin d’être réussies et comme souvent, The Walking Dead a de grosses difficultés à se renouveler et à passionner dans la mise en place de ses intrigues. Il est alors dommage de ne presque plus qu’apprécier les scènes où l’action est de taille, et la série semble peu à peu continuer à perdre ses talents qui se retrouvaient parfois ailleurs, comme dans les dialogues ou l’écriture globale de ses épisodes.

Car dans cet épisode, aucun de ces deux éléments n’est de taille et soit par absence d’originalité et renouvellement, soit par faiblesses dans l’écriture, l’épisode peine réellement à fasciner. Du moins dans sa première partie d’épisode. En fait, lorsque The Walking Dead est calme, elle n’arrive plus à profiter de la situation pour installer des réflexions intéressantes, comme si le tour des questions avait été fait. Il reste bien un ou deux développements pertinents dans cet épisode, notamment celui des principes de Morgan face au changement de stratégie de la communauté de Rick, mais ça reste plutôt faible.

Et dès que l’action prend le dessus sur le calme, la série s’en sort mieux. Pas seulement parce que l’ennui se dissipe et qu’on est toujours quelque peu plus attentionné devant un peu plus d’action, mais parce que la série réussit à relancer ses enjeux et à se permettre des choses intéressantes. Voir des personnages comme Rick, ou plus particulièrement Glenn, tuer de sang froid des individus dans leur sommeil reste assez fort à voir et pertinent dans le changement de stratégie de la communauté qui semble en avoir marre de toujours se faire attaquer en premier.

Ce passage à l’action dans l’épisode permet également de faire un pas de plus dans l’intrigue menant à Negan, et si on en sait encore assez peu sur cette communauté là, on découvre par petites touches leur personnalité, qui promet alors des faces à faces intenses entre les deux communautés.

Là où The Walking Dead reste particulièrement intéressante, dans cet épisode comme pour la globalité de la série, c’est sur le développement de ses personnages. Que ce soit Negan que l’on ne voit pas encore mais qui intrigue, Jesus qui continue de s’intégrer parfaitement au groupe ou encore Carol qui, malgré des moments redondants, reste un atout majeur de la communauté ; la série continue de proposer de bonnes choses sur ce point.

Au final, cet épisode nous propose 15 minutes très réussies et ce sur presque tous les points. On retrouve en effet une mise en scène soignée, des réflexions pertinentes et parfois même nouvelles, des découvertes intrigantes ou encore une action prenante. Mais tout cela ne suffit pas à nous faire oublier les 25 minutes précédentes, presque vides et particulièrement ennuyantes. La série a décidément du mal à proposer un épisode réussi du début à la fin.

Note : 6/10. En bref, The Walking Dead propose une deuxième moitié d’épisode très prenante et réussie, mais cela ne suffit pas à effacer les très nombreux défauts de la première moitié.