Les critiques // The 100 : Saison 3. Episode 8. Terms and Conditions.

Rédigé par Pravine Barady
Cette semaine marque un épisode important car le prochain sera diffusé le 31 mars, dans 2 semaines. Et c’est bien-sûr un suspense intense qui en ressort à la toute fin, découvrez « Terms and Conditions », l’épisode 8 de The 100.

La guerre est enfin déclarée publiquement, deux terriens viennent prévenir Pike de se rendre pour sauver sa population, mais Bellamy reste un parfait idiot et tue ces deux hommes. On pensait au départ que Clarke viendrait à Arkadia gérer de ses propres mains le conflit, mais apparemment  non. On pourrait quand même se demander ce que fait Monty avec eux ? On apprend petit à petit que chaque personne est espionnée, Kane écoute bien évidemment la conversation. La transition est originale entre ces deux scènes, la caméra descend comme s’il y avait deux étages et les personnes en dessous pouvaient écouter ceux qui se trouvent au dessus.

Jasper est aussi un sacré cas, il veut encore finir saoul, mais la caméra nous emmène comme un vent naturel vers Raven et Jaha, voulant récupérer les pilules de la City of Lights, et c’est ainsi qu’ils décident de manipuler Jasper pour les récupérer. Ils parviennent à récupérer la boite, mais on commence enfin à voir les effets néfastes de cette pilule, Raven n’arrive plus à se rappeler d’événements passés, elle commence à perdre la mémoire et c’est le premier défaut qu’on observe pour l’instant. C’est réellement une personne qu’on peut idolâtrer, contrairement au « beau » Bellamy car elle surpasse ses problèmes à chaque fois.

En parlant de celui-ci, il écoute un plan insensé de Pike (qui juge une personne à son espèce, un terrien sera exécuté directement alors qu’un Skykru sera emprisonné) à nouveau et met en prison celui qui aidait Kane. Je pensais qu’il n’allait donc jamais changer, et rester cet esclave. Comme dirait Pike à Bellamy : « Good man », qu’on pourrait traduire par « Bon chien ». Mais c’est un événement majeur de l’épisode qui va lui faire prendre conscience de l’absurdité de ce qu’il défendait. Kane essaye à maintes reprises de remettre Bellamy dans le droit chemin, mais il n’y arrive pas par la parole. Finit la dictature de Pike, les prisonniers s’évadent grâce à un plan ingénieux mais ils sont arrêtés plus loin, il en est de même pour Kane qui emportait Pike à l’extérieur. Cette scène est d’une violence inouïe même si personne ne meurt, et ce sont les tremblements de la caméra qui désignent cela accompagnés du nombre soudain de personnes.

C’est véritablement un épisode basé sur la confrontation d’idéologies, celle de Pike, autoritaire et agressive ; et celle de Kane, plus sage et futé. C’est malheureusement l’ennemi qui emporte le combat si hardent entre ces deux anciens amis, il condamne Kane à mort. C’est cette musique et les différentes scènes qui suivent où nous voyions chaque personne qui nous fait peur. Mais heureusement, la toute dernière scène nous soulage… Après cette mise à mort rude pour tout le monde, Bellamy semble enfin reconnaitre ses tords et change très probablement afin de redevenir l’homme qu’il était.

Note : 8/10. En bref, The 100 va nous laisser dans un suspens intense durant ces deux semaines, on s’interroge désormais sur le destin de Kane mais également des prisonniers. A ma grande surprise, on n’est pas vraiment déçu de ne pas voir Clarke, c’est probablement pour une bonne raison qu’elle n’est pas montrée dans l’épisode 8.