3 bonnes raisons de regarder Quantico !

Rédigé par Mickael Lebrun
Quantico est l’une des nouveautés 2015-2016 du network américain ABC. Bien qu’on ne puisse pas parler d’un nouveau Hit au vu de ses audiences à 6 millions en moyenne, elle s’est imposée comme la nouveauté de la chaîne la plus prometteuse. Elle a d’ailleurs été renouvelée pour une saison 2 il y a trois jours. À l’occasion de sa reprise ce soir après une longue pause hivernale, revenons sur les points forts de Quantico.

Plus qu’une série policière, un soap terroriste
À lire le synopsis, Quantico pourrait sembler être une série policière de plus parmi l’innombrable offre déjà existante dans ce domaine, mais il n’en est rien ! En regardant les épisodes, on se rend compte que cette série n’est pas comme les autres séries policières, elle a ce petit quelque chose en plus. Ce petit quelque chose en plus est tout simplement ce qu’on appel un soap c’est-à-dire le fait qu’une production soit feuilletonnante. En effet, contrairement aux séries policières comme Hawaii 5-0, Esprit Criminel ou encore Les Experts qui ne traitent qu’une affaire par épisode, Quantico installe son histoire au fil des épisodes à l’instar d’un thriller. Ce pari peut être risqué pour une série de ce genre et peut expliquer les audiences assez faibles comparées à ses consœurs. Cela est toutefois réussi puisque l’histoire est captivante.

Quantico est aussi d’actualité avec un sujet bien sombre : le terrorisme. Sans trop en dévoiler, l’actrice principale, agent du FBI est accusée d’être une terroriste. De ce qu’on nous montre, on pense que non mais c’est là tout l’intérêt de la série. On ne sait pas qui a provoqué cet attentat parmi les agents du FBI, tout le monde est suspecté. L’intrigue est assez addictive et à chaque fin d’épisode, on a qu’une envie, regarder la suite pour en connaître plus sur les personnages et identifié le ou la terroriste.

Le Grey’s Anatomy du FBI avec une touche de HTGAWM
Lorsque l’on regarde Quantico, on ne peut s’empêcher de penser à Grey’s Anatomy. Le nom de la série est l’équivalent dans la réalité de l’académie du FBI. Comme nos médecins du grey-sloan memorial hospital, nous suivons de jeunes recrues se former et évoluer au sein de l’académie. On s’attache assez vite aux personnages grâce aux histoires personnelles de chacun que l’on découvre petit à petit, mais aussi et surtout grâce aux interactions entre eux. Qui dit école de formation, dit forcément histoire d’amour, scandal, conflit. Il y a également obligatoirement, du sexe. C’est là que la série fait penser à Murder, qui reste jusque-là, la série la plus provocante d’ABC. Dans Quantico, on n’est pas encore à ce niveau, mais c’est un thème qui n’est pas tabou. D’autres éléments rappellent HTGAWM comme leur professeur parfois aussi dur qu’Annalise Keating ou encore le fait que la série se déroule sur deux périodes en même temps. En effet, nous suivons aussi bien leur formation à quantico que le déroulé du thriller qui est considéré comme le moment présent. Au premier épisode, cela est perturbant et on imagine déjà une autre de ses séries avec des flashbacks répétitif. Mais encore une fois, Quantico réussi à bien maîtriser ce qui aurait pu être son point faible. On a autant hâte d’en savoir plus sur les deux périodes, car elles sont, toutes les deux haletantes à leur façon.

Salué par la presse et un casting diversifié
Quantico a été dès son pilote salué par la critique US et parfois même nommé par la presse comme la meilleure nouveauté de la rentrée 2015. Le célèbre Wall Street Journal résume assez bien la situation dans sa critique : “Si la première heure sert de guide, il y a cependant assez d'action, d'interactions et de gens auprès desquels on peut se sentir en sécurité ou que l'on peut soupçonner, pour que cela reste constamment divertissant. Jusqu'ici, faire attention à tout cela est excitant". Le casting de Quantico est également un autre de ses points forts. Celui-ci est assez diversifié tant sur « l’origine » des acteurs que sur leur orientation sexuelle au sein de la série. Il fait d’ailleurs penser à ceux des séries de Shonda Rhimes. Preuve en est, son actrice principale, Priyaka Chopra est indienne. Cela est apprécié par le public, qui l’a fait savoir lors de la dernière cérémonie des People Choice Awards.  Elle y a reçu le People Choice Awards de l’actrice préférée dans une nouvelle série.

Quantico regroupe donc tous les éléments pour nous rendre accro à son histoire et à ses personnages. Jusqu’ici, en 11 épisodes, on s’est peu ennuyé, le rythme est présent et c’est appréciable. Elle n’est pas LA série d’ABC, mais se positionne comme l’une de ses nouvelles séries phare. Une petite zone d’ombre apparaît néanmoins. L’histoire semble jusqu’à maintenant être prédisposé pour durer qu’une saison. On peut alors se demander comment envisager une suite une fois l’identité du terroriste dévoilé ? Encore une fois, pas d’inquiétude à avoir. Murder est sous le même format et nous offre une saison 2 tout aussi captivante que la première. On ne peut alors qu’espérer la même chose pour Quantico.

Bande-annonce :