MOVIE | Zootopia : Notre critique !

Rédigé par Pravine Barady
Réalisé par Byron Howard (Volt, Raiponce) et Rich Moore (Les Mondes de Ralph), Zootopie est le 55e classique d’animation des studios Disney. Et il faut dire qu’il est vraiment réussi. La médiatisation était forte et un extrait mythique du film concernant les « Paresseux ». Une version française efficace, comme quasiment tous les films d’animation du studio. Ce sont bien les seuls à pouvoir se permettre de juger positivement leurs doublages.

Synopsis : Zootopie est une ville où les animaux coexistent qu’ils soient proie ou prédateur. Ils peuvent-être ce qu’ils veulent et c’est le rêve de Judy Hopps, lapine voulant devenir policière. Personne ne la prend au sérieux, elle va donc essayer de résoudre une enquête impliquant la disparition de quatorze citoyens à l’aide d’un renard escroc, Nick Wilde.


Les personnages de ce film sont vraiment adorables. Mais contrairement aux Minions, petits bonhommes jaunes stupides répétant sans arrêt la même chose, Zootopie fait en sorte de travailler chacun de ses animaux, leur donnant un véritable caractère. Ils ne sont pas uniquement mignons, il y a quelque chose de plus poussé que cet aspect physique. Le film joue sur les clichés, les poussant au bout du raisonnement qu’ils veulent nous offrir. Par exemple, le renard est futé, le paresseux est lent, le buffle est agressif… Des clichés que nous offrent la vision qu’on peut avoir de ces animaux, tous différents les uns des autres. Des morales positives qui ressortent du film : si on se donne à fond, si on se surpasse, on peut devenir ce qu’on veut. Si des clichés existent, c’est qu’ils ont eu une origine, mais il faut parfois savoir les dépasser et se rendre compte que tout le monde n’est pas comme les autres (tout les renards ne sont pas des voleurs). C’est surtout cette deuxième morale qui est développée dans ce film à travers Nick Wilde et Judy Hopps notamment. Nick Wilde nous raconte à un moment son passé injuste, on est vraiment touché par son récit, et on ne veut absolument pas que cela nous arrive. Judy, quant à elle, est la première lapine devenant policière, elle brise ainsi le cliché disant qu’elle doit cultiver des champs…

L'intelligence du film et sa manière de raconter l'histoire sont étonnantes. Zootopia est un film d'animation destiné à la fois aux petits et aux adultes, et on voit cela grâce aux nombreuses références cachés dans le film. En effet, on remarque des allusions au Parrain, une évidente référence à Breaking Bad à travers le costume jaune qu’on a tant aimé, et surtout les noms de ses coéquipiers « Walter et Jessie ». Et puis enfin, Shakira incarnant l’icône de la ville, un certain modèle à suivre. "Zootopie" est le film d’animation le moins niais de Disney, mais une scène perturbe : Judy Hopps a une conférence de presse, donne son avis, ses explications… Et puis, Nick Wilde juge sa sincérité. C’est vraiment le seul reproche que nous pouvons faire à ce film d’animation, pourquoi toujours devoir rester silencieux, ne pas donner son avis ?


L’humour est bien-sûr l’atout de Zootopie. Les scènes comiques sont présentes quasiment du début à la fin, même dans les scènes les plus sérieuses. Et cet humour est adapté intelligemment aux grands comme aux petits, la voix du « bébé » de Nick Wilde, le cliché du sage ne se lavant jamais… Il faut avouer que l’intrigue principale, l’histoire, est assez basique, c’est une lapine qui va prouver qu’on peut devenir ce qu’on veut en y mettant du sien… Mais à certains moments, les retournements de situations peuvent surprendre, certains éléments du film sont mêmes inattendu. L’assistante du maire s’avérant être diabolique, Flash, le paresseux, conduisant un bolide à toute vitesse, les fleurs étant finalement les fameux « Hurleurs nocturnes »…

Note : 9/10. En bref, Zootopie est un film d'animation divertissant qui mélange humour et action à merveille tout en nous inculquant des morales sur les clichés. 

Bande-annonce :