Les critiques // Better Call Saul : Saison 2. Episode 1. Switch.

Rédigé par Michael Garcia
Après de longs mois d’attente et une séquence d’introduction parfaitement maîtrisé que l’avocat le plus douteux d’AMC est de retour. La première saison du spin off était maîtrisée, apportant un regard nouveau sur l’univers du créateur de Breaking Bad, Vince Giligan, dans la parfaite continuité des cinq saisons des aventures de Walter White et Jesse Pinkman. 

Parce qu’en effet, la tension propre aux errances parfois délicates de nos protagonistes est une fois de plus, bien présente. Un simple échange de drogues au début de l’épisode, et l’ambiance devient pesante, ce qui contraste avec la légèreté de l’interprétation toujours au point de Bob Odenkirk. C’est d’ailleurs la que se trouve toute la légitimité du spin-off, dans le personnage principal. Non pas que le reste du scénario sois inintéressant, mais plutôt qu’il est porté par James Morgan McGill.

Sans revenir sur cette séquence introductive vraiment plaisante, le reste de l’épisode est convaincant, sans être fantastique. La réalisation reste basique, sans réelle prise de risques. En revanche, la totalité du casting est parfaitement juste, mention spéciale à l’homme d’affaire jouant le conseiller financier, qui se fait au passage magnifiquement berner. Il en ressort un épisode convaincant et immersif.

Les grands enjeux scénaristiques sont donc désormais posés, ou du moins en partie. Cela promet une seconde saison du même calibre que la première, mais il est encore trop tôt pour s’avancer. 

Note : 7/10. En bref, retour réussi pour Better Call Saul, mais pas encore à son plein potentiel. Il faudra espérer une montée en puissance progressive.