Les critiques // Agent Carter : Saison 2. Episode 8 et 9. The Edge of Mystery/A Little Song and Dance.

Rédigé par Julie Debelfort
Le ton sombre de l'épisode 7 d'Agent Carter s'est profilé encore une fois pour ces deux nouveaux épisodes diffusés hier soir par ABC. Et autant dire que rien ne va plus.

L'épisode 8 commence tout d'abord par un joli et charmant flashback d'Edwin et Ana Jarvis, pour revenir au présent, avec un Jarvis plus énervé que jamais qui va clairement se lancer dans une vendetta personnelle contre Whitney Frost. On découvre alors une nouvelle facette du personnage, sombre, déplaisant, qui pour venger la blessure de sa femme qui ne peut plus avoir d'enfant, ne va pas hésiter à tirer de sang-froid sur une Whitney Frost de plus en plus déboussolée face à la zero matter qui se loge dans le corps de Jason Wylkes. Evidemment, la zero matter présente dans le corps de Frost lui permet de guérir et d'absorber les balles tirées par Jarvis, mais il n'empêche que Frost perd de plus en plus son pouvoir et son côté «méchante» tant elle se fait dépassée par les évènements.

En parallèle, on retrouve un Jack Thompson assez ambigüe, qui joue tout d'abord sur deux tableaux. On a toujours du mal à lui faire confiance, mais comme on s'en doutait il n'est pas suffisamment haineux vis à vis de Peggy pour faire passer sa carrière avant la survie d'innocents. Il est cependant prêt à prendre des décisions dures, comme à faire exploser un immeuble dans lesquels se sont réfugiés Whitney Frost, Jason Wylkes (qui est à deux doigt de littéralement exploser lui aussi et qui au final le fait aux toutes dernières secondes) et Vernon, le faux-chef de la SSR, corrompu jusqu'au cou.

Pendant ce temps, Carter se bat plus ou moins contre ses amis, notamment lors du 9e épisode. Si, tout comme le 8e, cet épisode a commencé avec une note rafraîchissante avec pendant quelques minutes une sorte de comédie musicale qui nous a permis de revoir la douce et sublime Angie et même Dottie, ça n'empêchera pas pour autant de voir Edwin et Peggy s'affronter sur un ton colérique. Le couple de héros qu'on adore depuis le début connait une période sombre, avec Jarvis qui blâme Peggy pour la blessure d'Ana et Peggy qui blâme Jarvis d'avoir voulu tuer Frost de sang-froid et d'avoir envenimé les choses. Pour la première fois les deux protagonistes ont une discussion à cœur ouvert et pour la première fois Jarvis n'est plus aux côtés de Peggy dans cet épisode. On ne doute pas cependant qu'il reviendra auprès d'elle probablement dans le dernier épisode de cette saison, car une Peggy sans Jarvis ne peut plus être l'Agent Carter qu'on connaît.

Ainsi, pour la première fois depuis la création de la série, Peggy Carter semble véritablement toucher le fond. Son obsession à vouloir sauver la vie de Jason Wylkes l'a quelque peu séparé de son groupe et de manière involontaire a mené à la blessure d'Ana Jarvis. Bien sûr, après toutes les pertes qu'a souffert Peggy, on ne peut vraiment lui en vouloir de s'accrocher à ce love-interest, mais il est clair que dans le dernier épisode à venir, Carter devra définitivement faire un choix et revoir ses priorités. Car quand on voit que Thompson est celui prêt à prendre la décision radicale mais nécessaire de tuer tout le monde, on comprend que quelque chose ne va plus avec Carter et qu'elle est en échec total depuis le début, en échec comme l'est Whitney au final.

La fin du 9e épisode nous laisse sur une impression d'explosion de Jason qui contient une quantité immense de la dark matter, mais on ne peut être véritablement sûr de ce qu'il va se passer avant la semaine prochaine, car dans l'univers Marvel, absolument tout peut arriver (et on a du mal à envisager la mort de Frost en sachant qu'elle n'est pas encore devenue le vilain des comics comme il se doit, aka Madame Masque).

En attendant cette fin de saison (et on se demande si ce sera pas la fin de la série vu les baisses d'audiences de plus en plus conséquentes), on doit quand même reconnaître que malgré le ton volontairement sombre, voire un peu trop par moment, certains passages furent grandement appréciés. Et cette idée de show musical au début de l'épisode 9 est intervenue à point. Ni trop long ni trop court pour bien être savouré, ce passage fut un des meilleurs de cette série, et c'est cette touche de fraîcheur, bien présente dans la saison 1, qui manque quelque peu cette année.

Note : 6,5/10. En bref, malgré quelques bons passages et quelques bons rebondissements, on est quand même forcé d'avouer qu'on accroche pas beaucoup à cette intrigue sur la zero matter et à ce ton sombre inhabituel. L'humour et le rythme plus effréné de la saison 1 manque quelque peu pour cette deuxième saison. Si troisième il y a, on espère un changement de ce côté là. Rendez-vous la semaine prochaine pour le bilan de cette saison composée donc de 10 épisodes.