Les critiques // The 100 : Saison 3. Episode 6. Bitter Harvest.

Rédigé par Pravine Barady
Le retour de Jaha va faire bouger les choses, et ça, c’est sûr ! Je n’aimais pas l’intrigue développée sur lui, celle sur la Cité de la Lumière, mais il faut avouer qu’on est de plus en plus captivé.

Comme depuis le début de la saison, les différents personnages possèdent chacun une place majeure dans la série malgré le nombre imposant d’intrigues (même si certaines commencent à se relier). On débute alors l’épisode sur une Lexa véritablement apeurée, puis réconfortée par Clarke, c’est une très belle entente qui ressort de cet épisode envers ce duo qu’on ne peut séparer désormais. Mais malgré tout, on a toujours l’impression que leur relation est lunatique, comme si elles étaient meilleures amies à un moment, puis rivales juste ensuite. D’ailleurs, des teaser et des images promo faisaient polémique, et les fans Lexarke (Clarke-Lexa) pensaient que la relation deviendrait torride mais seulement en apparence parce que Lexa, au début de l’épisode, se réveille d’un cauchemar. Et bien voilà, tout le monde pensait que cette scène ardente serait un rêve, mais attendons la suite.

Plus le temps passe, plus je déteste de plus en plus Michael et ses Minions, ses esclaves. Octavia, agent secrète pour Kane espionne pour lui, et sauve un enfant, que les terriens allaient tuer ! Michael, quant à lui, veut prendre un territoire en tuant tout les terriens s’y trouvant. Le doute prend place dans les yeux de Bellamy, Monty et les autres mais après le discours ennuyeux habituel mais fougueux de Pike, ils redeviennent des esclaves. Je ne soulignerai jamais autant la haine profonde que je ressens envers ce personnage cette saison, Bellamy est profondément inutile. Comme le dit Octavia, « My brother is on the wrong side », peut-être devrait-il apprendre à posséder des valeurs ? Qui sait, peut-être qu’un humain se cache derrière ce monstre ? Celle-ci parviendra d’ailleurs à éviter le carnage évident du village en les prévenant. Ces terriens mettent alors en place un piège ingénieux, ils compensent les armes qu’ils n’ont pas avec un attribut naturel combiné à leur spécialité : le tir à l’arc. Une petite flamme au bout des flèches dirigées sur le village et sur les Minions (Bellamy et d’autres). Bon, malheureusement, Bellamy n’est toujours pas mort et il prendra maintenant pour cible Kane, qui était au courant de l’attaque.

L’intrigue qui m’a vraiment intéressé, pour une fois, est celle ciblée sur Jaha. Raven est examinée par Abbie après sa convalescence exceptionnelle due à la pilule. On retrouve en elle une joie de vivre qu’elle avait perdue, des sourires sincères. D’ailleurs, Jaha offre ses pilules à beaucoup de personnes, toujours sous l’œil accusateur et protecteur d’Abbie, qui protégera Jasper d’en prendre une. Mais ce qui est étonnant est le but final, si on peut l’appeler comme ça, de Jaha et la femme mystérieuse. Pourquoi veulent-ils un programme informatique aussi dangereux ?

Clarke se voit attribuer une boîte offerte par le prince Rohan dans laquelle se trouve Carl Emerson, un des acteurs ayant contribué à la destruction du Mount Weather. Elle doit donc le tuer, mais refuse, parce que « Blood must not have blood », et Lexa comprend cela à merveille, elles décident donc de le libérer. Une des scènes les plus captivantes a été celle où Clarke discute avec Emerson alors que la caméra tourne sans arrêt autour d’eux, ce qui donne un effet de lourdeur. Titus, le chauve conseiller de Lexa deviendra sans aucun doute un ennemi redoutable.

Note : 7/10 En bref, The 100 est une série ayant un potentiel incommensurable, et ce début de saison est bien réussie. Mais le problème principal est Bellamy, personnage ne méritant absolument plus de vivre dans la série. Même l’interprétation par Bob Morley, son acteur, est de moins en moins convaincante.