Les critiques // Agent Carter : Saison 2. Episode 1 & 2 . The Lady in the Lake/A View in the Dark.

Rédigé par Julie Debelfort
Et on y est ! Hier soir, ABC nous a offert le retour d'Agent Carter par un season premiere de près de deux heures aux Etats-Unis (publicités comprises). Alors, le retour de Peggy et Jarvis dans le feu de l'action est-il aussi réussi après une très longue attente ? Verdict.

Etant donné qu'Agents of SHIELD est en pause, ABC nous propose, pour la deuxième année d'affilée, de patienter avec la série Agent Carter qui est la première série Marvel à mettre en scène véritablement et presque uniquement une héroïne. Remettons-nous dans le bain avant de faire un recap de ce season premiere. A la fin de la saison 1, Peggy Carter a sauvé avec brio toute la ville de New York et a laissé l'agent Jack Thompson prendre tous les crédits de sa victoire, en disant qu'elle connaissait sa valeur en tant qu'Agent de la SSR. Elle semblait aussi être capable d'oublier Steve Rogers et d'aller de l'avant dans sa vie en tant que femme. En bref, une fin presque totalement heureuse pour Peggy Carter.

Ce début de saison 2 change totalement de paysage, à commencer par la délocalisation de Peggy Carter qui se retrouve à Los Angeles contre son gré. En effet, le côté machisme présent dans la saison 1 est certes moins discernable dans ce début de saison, mais très imprégné en la personne de Jack Thompson qui n'assume pas l'idée que Carter puisse être un meilleur agent que lui. Ainsi, après une belle ouverture de la saison sur un beau combat entre Peggy Carter et Dottie (de retour, faisant ses méfaits habillée comme Peggy justement), Carter retrouve son fidèle compagnon Jarvis mais aussi l'Agent Sousa, anciennement amoureux d'elle, qui est le chef de la SSR de LA. Cette relocalisation située après un certain saut dans le temps ouvre tout un monde de nouvelles possibilités pour la série et pour le personnage et ce sur tous les plans.

L'ouverture sur Dottie et Peggy est un bel atout de la série : miser sur deux femmes intelligentes, puissantes, redoutables, offrant un beau duel dès le départ tout en rappelant bien que le héros ici est une héroïne, s'il vous plait. Malgré le saut dans le temps jusqu'en 1947, le retour de Dottie marque bien le lien avec la saison 1, lien bien entendu affirmé par la présence de Jarvis et surtout de Daniel Sousa, qui malgré des fiançailles imminentes, semble toujours éprouver quelque chose pour Carter. Par ailleurs, de nouveaux personnages font leur apparition, notamment le Dr. Jason Wilkes qui semble apprécier Peggy, sentiment d'ailleurs réciproque. Mais la perte de Wilkes dès le second épisode annonce des temps encore difficiles pour Peggy qui semblait jusque là si forte, si confiante, si prête à s'engager avec quelqu'un.

Mais la vrai intrigue se compose autour de la substance appelée « zero matter » ou la « Darkforce ». Alors une substance encore méconnue aux yeux de la SSR, Peggy et Jason ont essayé de voler cette zero matter à l'entreprise Isodyne, mais le plan ne se passa pas comme prévu. Carter se retrouva encerclée par plusieurs hommes tandis que Jason Wilkes fit face à Whitney Frost, ( qui deviendra madame Masque), une dangereuse scientifique qui n'a pas fini de s'interposer sur le chemin de Carter. Malheureusement cette confrontation provoqua une explosion de la zero matter, avec la mort de Wilkes (possiblement, pas de corps n'a été aperçu) tandis que Frost réussit par s'en sortir. Comment s'en est-elle sorti ? Quel impact cela aura-t-il sur Frost, nouveau personnage dont on ne connait encore que peu de choses ? Mystères, qui seront sûrement résolus dans la saison 2, mais des évènements nécessaires pour montrer la dangerosité aussi bien de la Darkforce que de Frost, ce qui ne sera pas de tout repos pour Peggy, Jarvis et Sousa à gérer.

Enfin, l'intégration d'Ana Jarvis incarnée par Lotte Verbeck donne une note rafraîchissante à la série. Mr. Et Mme Jarvis apporte une dose d'humour, peut être par moment un peu trop poussée, qui s'oppose radicalement au travail sérieux et dangereux de la SSR. Avec sa délocalisation ceci dit, cela fait du bien pour Peggy de retrouver une amie féminine et drôle, incarnée dans la saison 1 par Angie qui est malheureusement pour nous, restée sur New-York.

Au final, un très bon season premiere, qui marque le retour de Peggy Carter avec brio au sein de la SSR. Elle est prête à en découdre dès le début et semble motivée pour aller de l'avant tout en confiance, et on aime ça. Le format de cette saison qui passe de 8 à 10 épisodes va permettre d'explorer plus encore les personnages de la série et de leur donner plus de profondeur. Espérons cependant quelques passages à New-York, afin de maintenir le lien de Carter à cette ville, avec Dottie et Thompson.

Les fans de l'univers et les fans d'Agents of SHIELD auront sûrement remarqué rapidement le lien entre les deux séries avec la présence d'Hydra, ou tout du moins du début de l'organisation, ce qui est toujours très plaisant à noter.

Note : 7/10. En bref, deux épisodes qui remplissent leur rôle, présenter cette deuxième saison, son intrigue principale et introduire des nouveaux personnages sans trop donner d'informations. Ce début de saison est revigorant mais aussi plus mature par certains côtés avec une Carter plus en forme que jamais. La présence de Frost est intriguante, et on a envie d'en apprendre plus sur ce personnage qui sera probablement l'ennemie principale de Carter cette saison.