Les critiques // The Walking Dead : Saison 6. Episode 4. Here's Not Here.

Rédigé par Nicolas Gardères
La régularité de la qualité des épisodes n’a jamais été le fort de The Walking Dead, et elle le prouve malheureusement une nouvelle fois avec ce début de saison. Après deux très bons épisodes, la série nous propose un nouvel épisode intéressant sur le papier mais qui s’avère au final beaucoup moins efficace qu’il n’aurait pu l’être et provoque un certain ennui pendant une grosse partie de l’heure.

L’épisode de cette semaine dure en effet plus d’une heure, c’est déjà la deuxième fois cette saison que la série prolonge la durée de ses épisodes, et c’est la deuxième fois que ça ne lui réussit absolument pas. The Walking Dead a toujours eu des problèmes de rythme, ce n’est pas l’allongement des épisodes qui va arranger ce problème. Pendant plus d’une heure on va donc suivre le passé de Morgan et son évolution psychologique qui l’a mené à ce qu’il est aujourd’hui.

Concrètement, c’est un épisode nécessaire puisque l’on n’a pas vu Morgan depuis de nombreux épisodes ; la dernière réelle apparition du personnage, sans compter ses succinctes apparitions sans développement, remontant à sa rencontre avec Rick et Michonne il y a déjà plusieurs saisons de ça. Il était donc intéressant de comprendre comment le personnage est passé de sa folie à l’homme qu’il est aujourd’hui, respectant notamment le code de ne tuer aucun humain.

On va donc passer un certain temps sur la folie de Morgan, lui qui a perdu sa femme et son fils, s’étant décidé à nettoyer à peu près tout ce qui bouge. Lorsqu’il va rencontrer Eastman, personnage particulièrement intéressant et bien développé dans cet épisode, les choses vont changer. Le problème c’est que lorsque un tel développement psychologique est développé en un seul épisode, on a l’impression que tout est trop facile, tout va trop vite, et c’est ironique compte tenu de la lenteur de l’épisode.

Mais les idées sont là, elles sont plutôt bien mises en place malgré l’impression de facilité qui persiste. Le problème majeur de l’épisode, c’est qu’il n’arrive pas forcément à bien remplir son heure et provoque l’ennui chez le spectateur bien plus d’une fois. Au final tout cet épisode aurait pu être résumer par une seule phrase de Morgan qui expliquait ce qu’il lui est arrivé, le tout en moins d’une minute chrono, ce qui rend l’épisode plutôt négligeable voire même dispensable malgré sa nécessité de base.

Une nouvelle fois, The Walking Dead tente quelque chose de potentiellement intéressant. Une nouvelle fois, la série se rate. Si on peut louer ce genre de tentative, cela ne suffit pas vraiment à nous accrocher et tout l’épisode nous laisse un goût amer. On notera notamment les oublis, certainement volontaires, de certains développements sur le passé de Morgan, notamment sa rencontre avec les hommes qui ont attaqué Alexandria. Ça aurait pu être sympathique de voir cet ajout pour gonfler l’intérêt de l’épisode. Au final The Walking Dead a eu les yeux plus gros que le ventre et est victime de son ambition.

Note : 5/10. En bref, malgré de bonnes idées et un développement psychologique intéressant des deux personnages de l’épisode, The Walking Dead provoque un certain ennui pendant plus d’une heure.