Les critiques // Arrow : Saison 4. Episode 7. Brotherhood.

Rédigé par Karim Saoudi
Après un épisode marquant le retour de Ray Palmer dans la série, Arrow revient cette semaine avec un épisode contenant beaucoup trop de points négatifs. 

En effet, "Brotherhood" est l'épisode qui fait perdre toute crédibilité à la série. Oliver est mort mais pas vraiment, Thea est morte mais pas vraiment, Sara est morte mais pas vraiment, Ray est mort mais pas vraiment, et enfin, Andy est mort mais pas vraiment. L'épisode nous fait découvrir que le frère de Diggle n'est en fait pas mort et qu'il est désormais l'un des Ghosts de Damian Darkh. Pourquoi ne pas laisser les personnages morts ? Pourquoi les faire revenir sans cesse ? On peut comprendre le retour de Sara ou encore de Ray Palmer qui vont partir dans le spin-off Legends of Tomorrow, mais pourquoi Andy ? Qu'est-ce que cela apportera à l'histoire ? De plus, on ridiculise encore plus le personnage de Deadshot, qui finalement, n'est pas le tueur à gages aussi professionnel que ça s'il n'a pas réussi à le tuer il y a plusieurs années de ça. 

De plus, si Diggle ne veut plus rien à voir affaire avec son frère depuis qu'il a découvert que c'est un criminel, Oliver et le reste de la team force et insiste pour capturer Andy du groupe des Ghosts. Toute l'intrigue est donc une bonne blague qui n'a pas lieu d’être. Pourquoi on ne se concentre pas sur "comment battre Damian" ?. Oliver décide qu'il s'attaquera à Damian la journée en tant que Maire mais ce n'est pas vraiment ce qu'on a envie de voir, surtout qu'on ne sait absolument pas ce que ça veut dire puisqu'on ne peut pas dire qu'Oliver est tellement passionné par son poste de Maire leadé par un jeune de l'age de sa sœur. En parlant de Damian Darkh, on va aussi découvrir que Thea peut vaincre Damian ou du moins qu'elle présente une faiblesse pour l'homme aux pouvoirs magiques. Un peu facile tout ça vous ne trouvez pas ? 

Finalement, ce nouvel épisode de Arrow est tout simplement mauvais. L'histoire ne mène nulle part, le méchant perd toute crédibilité chaque semaine à se répéter dans des scènes qu'on a déjà vues depuis le lancement de la saison 4 et enfin, la série devient de plus en plus surréaliste. On retiendra seulement le retour sympa de Ray Palmer même si on se demande bien comment ce dernier a appris à se battre, mais aussi toutes les scènes d'action qui était très bien chorégraphiée, notamment celle avec Thea (ps: peut-on nous expliquer comment Laurel a pu sauter d'un toit sans se blesser ?).

Note : 4,5/10. En bref, un bon épisode pour ses scènes d'action mais un mauvais épisode pour son histoire qui n'a ni queue ni tête (ne parlons même pas des flashbacks...).