Les critiques // Doctor Who : Saison 9. Episode 1. The Magician's Apprentice.

Rédigé par Nicolas Gardères
On est reparti pour une toute nouvelle saison de Doctor Who qui s’annonce tout aussi sombre et mature que la précédente, véridique depuis l’arrivée de Peter Capaldi. Ce premier épisode est assez particulier dans le sens où il ne fait pas spécialement office d’introduction, on a presque l’impression de se retrouver face à une conclusion de saison. Peu de pistes sont lancées pour la suite de la saison, mais on imagine que cela viendra pour un petit peu plus tard. Au delà de ce détail, qui n’est pas forcément gênant, l’épisode s’avère très solide.

La scène d’introduction donne le ton et on se retrouve face à un ennemi bien connu de la série, Davros. Créateur des Daleks, ce personnage est une valeur sûre des grands méchants du Docteur et apporte une nouvelle fois sa prestance et sa menace d’une bien belle manière. Cette première scène va gonfler un peu plus la mythologie de la série en jouant avec le temps, c’est après tout une des choses que la série fait de mieux. On y apprend que les actes du Docteur ont joué un rôle plus que majeur dans la création de son pire ennemi. Ce nouvel apport amène de nouvelles réflexions très intéressantes sur le comportement du Docteur, particulièrement sur ce Docteur joué par Peter Capaldi.

Ces réflexions sont encore très présentes dans ce premier épisode de la saison, tout autant qu’elles pouvaient l’être dans la saison précédente. L’arrivée de Peter Capaldi et de son personnage apportent un véritable atout en terme de réflexion psychologique dans la série, élément parfois sous-estimé dans les saisons précédentes. La série suit donc logiquement les pas de la saison précédente sur son ambiance, et c’est certainement une bonne chose.

Concernant l’épisode en lui-même, l’histoire s’avère très solide et prenante, non seulement car elle approfondit une des plus importantes mythologies de la série, mais également car elle joue sur des éléments qui font la force de la série. Rebondissements plus ou moins inattendus sont au rendez-vous dans un épisode qui n’hésite pas à jouer avec sa mythologie profonde développée dans les premières saisons. On se retrouve en terrain connu et les connexions s’avèrent réussies.

Retrouver les personnages et l’univers de Doctor Who est un véritable plaisir dans un épisode qui réussit à être fun, mystérieux, voire même angoissant. Cet épisode n’est probablement pas un de ces épisodes qui restera dans nos mémoires, mais il propose un tas d’élément pertinents. Retrouver la classe du Docteur, la fraîcheur de Clara et la folie de Missy est plus que plaisant.

Note : 8,5/10. En bref, un épisode soigné et prenant qui reprend les éléments qui ont fait la force de la série dans la saison précédente mais également celles d’avant. Malgré l’absence apparente d’introduction et de fil rouge pour le reste de la saison, l’envie de voir le prochain épisode est grande.