Les critiques // Fear the Walking Dead : Saison 1. Episode 2. So Close, Yet So Far.

Rédigé par Julie Debelfort
Nous voilà reparti pour le deuxième épisode du spin-off de The Walking Dead. Le premier épisode ayant convaincu la plupart des fans de continuer la série, il est temps de savoir si Fear The Walking Dead tient ses promesses.

Et force est de constater que ce deuxième épisode, logiquement moins long que le premier, est tout aussi convaincant. Comme on l’avait prédit dès l’épisode pilote, il y a ce climat de tension qui ne nous quitte pas, et l’angoisse, la peur montante au sein de nos personnages nous prend véritablement par les tripes. Si ce l’arrivée de ce « virus » est tout aussi mystérieuse que lorsqu’on a découvert The Walking Dead, le déroulement de cette infection, le comportement des gens est très réaliste et très dérangeant. Ainsi, on traite dans ce deuxième épisode non seulement avec la peur mais aussi et surtout la violence des habitants, qui ne comprenant pas la situation, se déchaîne sur la police et autres commerces locaux.

En dehors de voir la suite de l’apocalypse se mettre en place, on traite aussi avec la famille recomposée de Travis et Madison. Nick est très mal en point, en manque en fait, et c’est sa sœur qui s’occupera de lui. Par ailleurs, Madison, leur mère, est parti récupérer des médicaments au lycée où elle travaille : c’est une belle preuve de réflexion, qui n’a pas non plus échappé à Tobias puisque les deux se retrouvent dans les couloirs, en train de faire des réserves. On tombe alors sur un nouveau malade. A leur aspect actuel, on ne peut pas véritablement encore les appeler Zombie (ou walker pour les habitués de The Walking Dead). L’état de « dégradation » est totalement différent que ce à quoi on a été habitué : normal puisqu’il s’agit du début de l’épidémie. C’est de cette façon qu’hormis des yeux et la bouche grands ouverts, accompagnés de râles rauques, il est difficile de voir tout de suite qui est « mort-vivant » et qui ne l’est pas pour le moment. On ne doute pas que d’ici la fin de saison la dégradation se fera certainement plus appuyée.

En parallèle, on découvre un peu plus le fils unique de Travis, Chris, et son ex-femme Liza. Travis les retrouve pour essayer de les protéger, mais ils sont bloqués par une manifestation qui vire à un déchaînement de violence. On fait alors  la connaissance de la famille d’un coiffeur, qu’on suivra probablement dans la suite des épisodes. Cet épisode a ainsi permis d’en apprendre plus sur le comportement des gens au début de l’épidémie. Entre la peur, la haine, la violence, l’incompréhension, il y a effectivement de nombreux aspects à exploiter. On a ainsi pu voir Madison prendre des décisions difficiles, pas forcément justes mais égoïstes, pour le bien de ses enfants, et ça nous brise clairement le cœur.  Mais c’est une manière également de montrer la force des personnages que l’on suit depuis l’épisode pilote, avec une Alicia déterminée, une Madison courageuse, un Travis et un Chris en quête de vérité et de compréhension.

Bilan : un bon épisode, sur les traces de The Walking Dead. La série met en place doucement mais sûrement ce qui amènera les héros de sa grande sœur à survivre sur 6 saisons. On a pu constater quelques petites incohérences (pas grand-chose, mais des scènes du type Alicia qui enlève ses gants, et deux secondes plus tard on la revoit enlever ses gants – ou encore Tobias venu chercher des réserves de nourriture et qui au final ne prend rien, alors qu’il semble très bien préparé à ce qui se passe). Ces erreurs maladroites ne sont pas des plus importantes, presque insignifiantes, mais ça marque quand même pour les personnes attentives à ce genre de détails. Hormis cela, la dynamique s’est clairement installée au sein de Fear The Walking Dead, et on est ancré dans l’aventure comme si on était à la place de nos personnages.

Note : 7.5/10, un bon épisode, encore parfois lent sur certains moments. On découvre l’attitude des gens au début de l’épidémie, pour le meilleur et surtout pour le pire, et ça nous marque. Rendez-vous dans deux semaines pour la suite.

Dans le prochain épisode :