Les critiques // Hannibal : Saison 3 . Episode 1. Antipasto.

Rédigé par Jorick Wiart
Après un an d'absence et un final de deuxième saison quelque peu tragique, le tueur en série le plus affamé de la littérature est enfin de retour dans la troisième saison d'Hannibal, adaptation du roman « Red Dragon » de Thomas Harris, par Bryan Fuller. C'est une saison très attendue par tous les fans de la série puisque la fin de la saison 2 nous avez tous laissait sans voix devant nos écrans à la vue des quatre crimes magistralement orchestrés par notre cher docteur Lecter (Mads Mikkelsen) et par la scène final où l'on retrouvait Hannibal accompagné de sa mystérieuse psychiatre Bedelia Du Maurier (Gillian Anderson) lors d'un voyage en France.

Ce premier épisode intitulé : « Antipasto » est, comme son nom l'indique, une mise en bouche de cette troisième saison. L'épisode est centré sur les personnage d'Hannibal et de Bedelia dans leur nouvelle vie. En effet, les deux personnages ont désormais une nouvelle identité. Hannibal est devenu le Dr. Fell, un conservateur de musée à Florence, en Italie. Il a prit cette identité après avoir assassiné, puis déguster, le véritable conservateur, à Paris. Bedelia, quant à elle, est simplement devenue son épouse.

L'épisode se construit avec deux lignes temporelles, celle du présent et celle construite avec des flash-back. On y découvre comment se sont déroulés les derniers jours d'Abel Gideon (Eddie Izzard) en compagnie d'Hannibal. Le psychiatre nous explique son sentiment de supériorité face aux personnes dont il se délecte, avec toujours son credo « Eat The Rude » que l'on peut traduire par « Mange Le Grossier ». Mais cette épisode nous en apprend aussi d'avantage sur le personnage de Bedelia qui connaissait bel et bien la véritable nature d'Hannibal. On apprend aussi comment s'est déroulée son agression et comment et pourquoi elle a tué son patient. Hannibal, lui promettant de la protéger, elle est devenue une marionnette comme ce fut le cas avec Abigail Hobbs (Kacey Rohl) dans les premières saisons de la série.

Dans cette épisode, Hannibal est soumis aux soupçons quant à ses compétences dans l'histoire biblique italienne. Il doit donc improviser un cours sur le personnage biblique de Dante. Épreuve qu'il réussit parfaitement. Cependant, son usurpation d'identité en tant que Dr. Fell risque d'être révélée, avec l'arrivée d'un homme qui connaissait Hannibal sous une troisième identité lors de sa visite à Paris (où il élimina le véritable Dr. Fell). Hannibal se charge donc de brouiller les traces de son usurpation en assassinant l'homme, sous les yeux de Bedelia, restée dans un rôle d'observatrice.

Cet épisode est très intéressant car on y découvre ce personnage compliqué de Bedelia qui semble distante, méfiante et apeurée face à l'attitude imprévisible d'Hannibal mais qui pourtant reste en sa compagnie, par peur ou à cause des manipulations d'Hannibal, qu'il avait auparavant put exercé sur Will Graham (Hugh Dancy) et Abigail Hobbs. On regrette cependant de n'avoir aucune information quant aux personnages présents dans le manoir de la fin de la deuxième saison. Si certains ont survécus et si oui, que font-ils. (bien que les bandes-d'annonces nous donnent certaines de ces informations). Enfin, la scène finale de l'épisode nous montre Hannibal, triste, sûrement de l'absence de Will qu'il considérait comme son égal. Un petit moment de nostalgie partagé, de la part de notre cuistot psychopathe.

Note : 6/10. En bref, une entrée savoureuse, mais qui, en l'absence de scènes plus corsées, rend l'épisode un peu fade.

Dans le prochain épisode :