Les critiques // iZombie : Saison 1. Episode 8. Dead Air.

Rédigé par Jordan Foulon
iZombie revient cette semaine après un septième épisode assez moyen, mais iZombie revient à son meilleur niveau avec ce huitième épisode !

Dans cette épisode notre héroïne décidera de passer au niveau supérieur avec son tout nouvel amoureux : Lowell. Connaissant le tempérament discret et raisonnable de la demoiselle, il est naturel de se demander ce qui a poussé la jeune femme a franchir le pas. La réponse est tout simple : une nouveau cerveau bien frais ! Lorsqu'une animatrice radio spécialisées dans les conseils amoureux est retrouvée morte, Liv décidera d'aider Clive à élucider ce nouveau meurtre. Comme à son habitude, Liv dégustera donc les cellules grises de la victime et héritera alors de certains penchants de la jeune femme. Et c'est ainsi que Liv se retrouvera convaincue qu'il lui faut foncer et profiter de sa relation avec Lowell. 

Cependant, il ne s'agira pas de la seule conséquence du cerveau de l'animatrice radio. En effet, les sens de notre héroïne seront en ébullition et l'encourageront à se mêler de la vie privée de ses amis. Ainsi, elle passera un petit moment à essayer de trouver une amoureuse pour Ravi. Chose étonnante, elle pourrait bien y parvenir puisque Ravi nouera une connexion particulière avec une jolie demoiselle. Parallèlement, Peyton apportera son aide à Major qui, enfermé dans une cellule de prison, a bien besoin d'un secours juridique. Cet épisode est vraiment intéressant car l'intrigue avance bien et permet d'en savoir un peu plus sur chaque personnage.  

L'épisode ce termine sur un bon cliffhanger promet du bon pour la suite ! Le prochain épisode devrait être dynamique et savoir ce qui va arriver à Ravi qui s'est fait mordre par un Rat/Zombie (oui un rat zombie). On a hâte d'en savoir plus sur les agissement de Blaine et le plan de Liv et Clive pour l'arrêter. 

Note: 7/10. En bref, un bon épisode avec un bon cliffhanger qui nous donne envie de revenir la semaine prochaine.

Dans le prochain épisode :