Les critiques // Daredevil : Saison 1. Episode 5. Un monde en feu.

Rédigé par Karim Saoudi
"Un monde en feu", c'est le titre du cinquième épisode de Daredevil mais, alors qu'on pensait qu'il faisait référence ce que dit Matt Murdock en début d'épisode au sujet de sa vue, la fin de l'épisode justifie littéralement ce titre avec Hell's Kitchen qui s'enflamme. 

Et oui, ce cinquième épisode est celui qui va nous proposer le tout premier retournement de situation en fin d'épisode, mais aussi un cliffhanger. Jusqu'à maintenant, ce n'était que de l'introduction et de l'exploration des personnages. Désormais, on a l'impression qu'on a passée une étape et qu'on est prêt à entrer dans la phase "cliffhangers et twists". L'intrigue prend alors son envole et devient intéressante, bien plus qu'au départ. Mais malheureusement, certains points dérangent légèrement dans ce nouvel épisode. 

Tout d'abord, il y a le fait qu'on mélange beaucoup trop d'univers à la fois. D'un coté nous avons le héros au masque noir qui se bat et tente d'en savoir plus sur Fisk, nous avons aussi Foggy et Karen qui s'occupe d'une affaire dont le but est de défendre des locataires victimes d'un marchant de sommeil et enfin, il y a Fisk et ses rencards avec Vanessa, un personnage presque détestable aux airs vicieux. Des mélanges qui ne vont pas tous ensemble et qui perturbent même notre plaisir à suivre Daredevil dans sa quête pour sauver sa ville. Mais heureusement que les intrigues vont se lier à la fin de l'épisode. 

En effet, les dernières minutes de l'épisode vont lier les personnages à une seule intrigue. Fisk veut faire renaître la ville, mais pour cela il faut qu'elle soit détruite. C'est alors qu'on s'étonne en observant la ville s'enflammer, mettant Foggy et Karen en danger, mais aussi le héros qui va se retrouver coincé par trois policiers. Daredevil propose donc ses premiers twists et cliffhangers et, il était temps. 

Note : 7/10. En bref, c'est le premier épisode qui donne envie de voir la suite grâce aux intrigues.