Les critiques // Daredevil : Saison 1. Episode 13. Daredevil.

Rédigé par Karim Saoudi
Et voilà, nous y sommes. Season finale de la première saison de Daredevil, la nouveauté de Marvel chez Netflix. Treize épisodes de folies, introduisant des personnages forts et intéressants. Construisant un univers solide et un héros digne de ceux que l'on voit dans le grand écran. A coté, les séries de ABC font peines à voir, bien que certains y trouvent du plaisir à les suivre. Daredevil est une série ambitieuse et de très haute qualité qui n'a absolument rien à voir avec tout ce que Marvel a proposé jusqu'à maintenant, au cinéma et à la télévision. Les super-héros Marvel sont souvent introduits avec une grosse dose d'humour, il y a du sérieux mais l'humour est bien présent. Chez Daredevil, on pourrait très bien penser que ça vient de chez DC Comics, qui elle n'aime pas l'humour et prône plutôt le sérieux pour ses super-héros.

Dans ce season finale intitulé "Daredevil", on ne perd pas de temps et on va droit au but. Les personnages ont perdu des proches, ont fait des sacrifices et tout ça, pour arriver à un seul moment : l'arrestation de Wilson Fisk. Le monde du grand Caïd s'est écroulé depuis sa rencontre avec Vanessa, laissant ses sentiments prendre le dessus. Un homme avec un rêve de changer la ville, de faire renaître Hell's Kitchen. Un homme qui va finir derrière les barreaux, pas facilement, mais qui n'y échappera pas et cela, grâce à Daredevil. Matt Murdock, cet homme, ce personnage, jouissif et excellent qu'on a envie de voir aux cotés de Batman. Comme prévu, le héros passe d'un pyjama noir à un vrai costume. Un costume qui ne me plaisait pas en photo, mais qui va s'avérer magnifique en mouvement et en adéquate avec l'ambiance de la série. Marvel a mis le paquet sur ce costume et il superbe. 

Avant de s'achever avec l'arrestation du Caïd et la révélation du costume de Daredevil. La série va s'amuser à nous montrer le FBI attraper les fonctionnaires corrompus de la ville avec une musique opéra en fond. Des scènes esthétiquement magnifiques et jouissives. Mais, des scènes magnifiques et jouissives il y a en a plusieurs. Par exemple, celle où les hommes du Caïd s'attaquent aux FBI le transportant en prison sur un pont. Une scène qui m'a beaucoup rappelé la trilogie Batman de Christopher Nolan. Il y a aussi la scène où Daredevil et le Caïd se combattent. Encore une scène jouissive avec le héros qui insiste sur le fait que Hell's Kitchen est sa ville, sa famille. 

Au final, Daredevil est la série Marvel qu'on attendait depuis très longtemps. Agents of SHIELD et Agent Carter n'ont pas l'ambition, ni la qualité de Daredevil et, c'est dommage de voir que le network n'arrive toujours pas à proposer des projets aussi riches que ceux du câble/streaming. Netflix c'est le service streaming qui ne cesse de devenir géant avec ses nouvelles séries originales. On connait House of Cards et Orange is the New Black. Cette année, on a rencontré Marco Polo, Bloodline et Daredevil. Des séries de qualités et ce n'est que le début. Marvel et Netflix prévoient d'autres séries sur des héros pas très connus, pour au final, les rassembler dans une mini-série. Et tout ce qu'on peut dire, c'est qu'on fait amplement confiance à Marvel et Netflix pour continuer à nous proposer des séries dignes de ce nom. 

Note : 10/10. En bref, un final géant pour une série et une première saison de haute qualité. Des personnages bien explorés, un univers sombre comme il se doit, des intrigues qui ne perdent pas de temps et un héros Marvel digne de ceux de chez DC Comics. On veut plus de séries de ce genre et moins de séries fades des networks.